Le Nikon D300s relève le D300 de sa fonction dans la gamme professionnelle de Nikon. Un nouveau boîtier peu différent du précédent modèle, mais dopé aux anabolisants autorisant une rafale à 7 i/s (le D300s fait par la même occasion un petit pied de nez au Canon EOS 50D qui reste à 6 i/s, mais en 15 Mpix). L'adjonction d'une poignée d'alimentation (avec une batterie EN-EL4e) autorise d'ailleurs un plus grand développement à 8 i/s.
Le D300s sera disponible au mois de septembre pour 1799 euros nu.

Nikon D300s face avec 16-85 mm


Nikon D300s / D300 : fiches techniques synthétiques 
 Boîtier : Nikon D300s Nikon D300
Capteur : CMOS 12,3 Mpix, 23,6 x 15,8 mm (coef. x1,5) CMOS 12,3 Mpix, 23,6 x 15,8 mm (coef. x1,5)
Sensibilité : 200-3200 ISO extensible de 100 (Lo-1) à  6400 ISO (Hi-1) 200-3200 ISO extensible de 100 (Lo-1) à  6400 ISO (Hi-1)
Visée : Pentaprisme, verre de visée de type B, dégagement oculaire de 19,5 mm, couverture 100%, grossissement de 0,94x, quadrillage affichable Pentaprisme, verre de visée de type B, dégagement oculaire de 19,5 mm, couverture 100%, grossissement de 0,94x, quadrillage affichable
Mise au point : Détection de phase TTL Multi-CAM3500DX, 51 points AF (15 capteurs en croix) par module autofocus Nikon Multi-CAM 3500DX, plage de détection de -1 à +19 IL. Modes dynamique sur 9,21 ou 51 zones avec suivi 3D.
Contraste à plan focal [en mode Live-View (Pied)]
Mise au point automatique par détection de contraste opérationnel pendant l'enregistrement vidéo.
Détection de phase TTL Multi-CAM3500DX, 51 points AF (15 capteurs en croix) par module autofocus Nikon Multi-CAM 3500DX, plage de détection de -1 à +19 IL. Modes dynamique sur 9,21 ou 51 zones avec suivi 3D.
Contraste à plan focal [en mode Live-View (Pied)]
Écran LCD : LCD 3 pouces, environ 920 000 pixels (VGA) LCD 3 pouces, environ 920 000 pixels (VGA)
Mesure exposition : Système de mesure de l'exposition à pleine ouverture TTL avec capteur RVB 1005 photosites.
Correction d'exposition +/- 5 IL, bracketing de 2 à 9 vues
Système de mesure de l'exposition à pleine ouverture TTL avec capteur RVB 1005 photosites.
Correction d'exposition +/- 5 IL, bracketing de 2 à 9 vues
Obturateur : Type plan focal à translation verticale à contrôle électromagnétique : 30 à 1/8000 s. B, synchro flash 1/250 s.
Rafale 7 i/s et 8 i/s avec poignée d'alimentation MBD-10 et batterie EN-ELe4 ou 8 piles AA.
Type plan focal à translation verticale à contrôle électromagnétique : 30 à 1/8000 s. B, synchro flash 1/250 s.
Rafale 6 i/s et 8 i/s avec poignée d'alimentation MBD-10 et batterie EN-ELe4 ou 8 piles AA.
Modes exposition : P,S,A et M P,S,A et M
Dimensions / poids : 147 x 114 x 74 / 840 g 147 × 114 × 74 mm / 825 g
Support mémoire, connexions : Compact Flash type I (UDMA), SD, SDHC / sortie vidéo, HDMI (type C), jack stéréo pour micro 3,5 mm Compact Flash type I (UDMA) / sortie vidéo, HDMI (type C), USB 2
Alimentation : batterie Li-ion Li-ion EN-EL3e batterie Li-ion Li-ion EN-EL3e


Vue de l'extérieur et hormis le petit "s", le D300s n'est guère différent de son congénère. Il faudra regarder attentivement le dos des boîtiers pour constater de petites évolutions. Ainsi, vous noterez l'apparition d'une touche Liveview directement sur le dos (en dessous du joypad de navigation) et un bouton "Info" qui remplace la commande d'ouverture de la trappe pour les cartes mémoire.

Nikon D300s dos
Nikon D300s dos
Nikon D300 dos
Nikon D300 dos

La touche Info, permettra donc de modifier rapidement certains paramètres de prise de vue directement sur l'écran LCD de l'appareil comme sur les boîtiers D700 ou ceux de la série D3. Ainsi, vous pourrez facilement et rapidement modifier la réduction du bruit, le D-Lighting actif ou l'optimisation d'image (Picture Control). Dommage qu'il ne soit pas possible de personnaliser ces nouveaux menus. Il est également possible d'activer des bulles d'aide pour aider le photographe à paramétrer son appareil. Comme sur le D3 et D3x, le D300s dispose d'un niveau électronique affichage sur l'écran LCD.

Nikon D300s menus Nikon D300s dos

Autre point appréciable, comme sur les modèles plus haut de gamme, le joypad de navigation dispose désormais d'une commande centrale de validation.
L'ouverture de la trappe des cartes mémoire n'est plus commandée, mais laisse apparaître une heureuse surprise : 1 emplacement CF et 1 emplacement SD/SDHC. Comme sur les autres reflex de la marque, la gestion des deux emplacements permet à la fois le débordement (la seconde carte prend le relai lorsque la première est pleine), la copie (sauvegarde à l'identique des fichiers sur les deux cartes) ou la séparation des fichiers JPeg et Raw.

Nikon D300s emplacements cartes

Le D300s reprend toutes les caractéristiques du précédent modèle, un boîtier déjà bien abouti. Vous retrouverez donc un boîtier en alliage de magnésium (léger et robuste), une construction avec une étanchéité renforcée, un obturateur testé sur 150 000 cycles et un agréable viseur lumineux et 100% avec un grossissement de 0,94x. L'écran LCD est toujours un 3 pouces (920 000 points) pour un affichage VGA (640x480 pixels). En mode visée directe, l'autofocus par contraste (avec détection des visages) est toujours d'actualité, mais serait toujours aussi lent (parfois plusieurs secondes). En mode lecture, la reconnaissance des visages est utilisée pour zoomer directement sur les visages des sujets photographiés. En outre, il sera possible d'éditer les fichiers RAW en JPeg directement sur le D300s.

Au niveau de l'électronique, les spécifications sont également très proches avec un capteur CMOS de 12,3 millions de pixels (la définition reste identique face au D300 et inférieure à ces principaux concurrents que sont les Canon EOS 50D : 15 Mpix et Pentax K-7 : 14,6 Mpix), un module AF sur 51 points (dont 15 collimateurs centraux en croix et sensibles jusqu'à f/5,6) épaulé par un capteur 1005 zones pour la reconnaissance des scènes et des sujets. Ce même capteur est également utilisé pour le mesure d'exposition et la balance des blancs (vous pouvez retrouver plus d'information à ce sujet sur la présentation du D300).
L'ensemble de processeurs Expeed pour le traitement de l'image est sans doute différent du précédent modèle puisque le D300s dispose d'une cadence rafale plus rapide et surtout, c'est l'une des nouveautés du D300s, il permet l'enregistrement vidéo en mode HDTV 720p. Si la plage de sensibilité n'évolue pas 200-3200 ISO extensible à 6400 ISO, on peut s'attendre à une amélioration du traitement du bruit électronique avec le nouvel Expeed. Les fichiers RAW bénéficient toujours d'un convertisseur analogique/numérique sur 14 bits pour enregistrer les informations sur 12 ou 14 bits. Il faudra vérifier si le D300s est capable de tenir la cadence de 7 i/s en Raw 14 bits.

Le mode vidéo est donc l'évolution la plus notable (et la plus prévisible) du D300s. La fonction D-Movie est toutefois un peu décevante dans le sens où elle n'apporte qu'un seul avantage par rapport aux autres boîtiers vidéo (D90 et D5000) : l'autofocus pendant l'enregistrement. Attention, il ne s'agit pas d'un autofocus rapide et silencieux à l'image du Panasonic GH1, mais bien un autofocus ponctuel par détection de contraste assez lent. Autre avancée plus anecdotique, la possibilité de fermer le diaphragme à f/16.
Les vidéos sont toujours "limitées" à la définition HDTV 1280x720 pixels à la cadence de 24 i/s pour une durée de 5 minutes. La compression reste le Motion JPeg avec un enregistrement sonore mono (est-il si difficile d'implanter 2 micros sur un boîtier reflex alors que cette fonctionalité est déjà présente sur certains compacts comme le Panasonic TZ7 ou le tout récent Samsung PL70). On apprécie toutefois la présence d'une entrée micro (mini-jack) stéréo dont la sensibilité est ajustable. Tient intéressant, mais le D300s ne dispose pas de sortie casque pour le retour son et donc ajuster le niveau sonore...En mode lecture, il sera possible d'éditer légèrement les vidéos.

La fonction de D-Lighting (équilibrage des ombres) comporte désormais 5 niveaux (auto, fiable, normal, élevé et très élevé) et plus intéressant, il est possible d'associer cette correction à une fonction de bracketing.
Enfin, le D300s dispose du mode de déclenchement "Quiet" (silencieux) déjà présent sur le D5000. En réduisant la vitesse de rotation du moteur lors du mouvement du miroir, l’appareil minimise le bruit de la collision du miroir. Tant que l'utilisateur a le doigt sur le déclencheur, l'obturateur ne se réarme pas, ce qui permet de cacher l'appareil pour amoindrir le bruit occasionné.

Notre avis : Le D300s apporte quelques améliorations bienvenues, mais rien de vraiment essentiel. Le mode vidéo est sans doute la nouveauté la plus remarquable, mais malgré la présence d'un autofocus ponctuel pendant le filmage, celui-ci reste vraiment embryonnaire et ne sera vraiment utilisable que dans certaines conditions bien précises (sur pied, sujet peu mobile...). Vous pouvez utiliser un parc d'optiques conséquent (du fisheye au supertelezoom), mais cela ne vient combler que partiellement certaines lacunes comme l'absence de sortie casque, la limitation d'enregistrement à 5 minutes et le peu de réglages disponibles. Le déclenchement silencieux ou la présence de 2 emplacements pour les cartes sont certes appréciables, mais cela justifie-t-il les 400 euros d'écart avec le D300 ? On aurait aimé un mode vidéo plus perfectionné, une visée directe plus rapide et pourquoi pas une plage de sensiblités plus large avec pourquoi une gestion du bruit toujours en progrès. Tant qu'il est disponible, le D300 reste donc une excellente affaire.

La concurrence sur le segment reflex experts à petit capteur est assez rude avec des boîtiers tous moins chers que le D300s. Le Canon EOS 50D et son capteur de 15 Mpix se négocie à moins de 1000 euros et affiche une rafale à 3 i/s, un bel écran 3 pouces 920 000 points et une plage ISO plus large (jusqu'à 12800 ISO). Certes, il ne propose pas de mode vidéo, de viseur à 100% ni de système AF à 51 points. Pentax et son K-7 est également un concurrent de choix. Le K-7 est un boîtier bien construit (tropicalisation poussée) et à l'ergonomie étudiée. Si le boîtier de Pentax reste en retrait dans certains domaines (gestion du bruit électronique, rafale, module autofocus...), le K-7 n'a pas à rougir de ses performances avec une visée optique 100%, un mode vidéo 720p et un mode visée directe plus complet, un autofocus réactif, un nouveau système de mesure d'exposition et un traitement des images poussé (HDR, correction des aberrations chromatiques et de la distorsion...)

Les Sony Alpha 700 (qui ne devrait pas tarder à être remplacé) ou Olympus E-30 sont également à considérer avant de faire un choix pour un reflex semi-professionnel.


Nikon D300

Canon EOS 50D
Pentax K-7


Olympus E-30

Sony Alpha 700


Nikon D300s dessus Nikon D300s 3_4

Le flash intégré permet une synchronisation jusqu'à 1/320 s en mode FP et assure désormais une couverture jusqu'à 16 mm.

Nikon D300s MBD10 Nikon D300s flash ouvert

Source : Nikon France
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation