Avec le D3000, Nikon met un terme à la carrière du D60 (testé) en concervant un boîtier 10 Mpix CCD, sans mode vidéo ni visée directe sur écran, mais au prix étudié et doté d'un module AF sur 11 points perfectionné. Le D3000 sera disponible en septembre pour 449 euros avec un objectif 18-55 mm non stabilisé.
Nikon D3000


Nikon D3000 : fiche technique synthétique 
Capteur : CCD 10,2 Mpix, 23,6 x 15,8 mm (coef. x1,5)
Sensibilité : 100-1600 ISO extensible à 3200 ISO (Hi-1)
Visée : Pentamiroir, verre de visée de type B, couverture 95%, grossissement 0,8x. Couverture 95%
Mise au point : TTL à détection de phase sur 11 points. Senibilité : -1 à 19 EV. Modes : auto, mode dynamique, suivi dynamique 3D, manuel
Écran LCD : 3 pouces, 230 000 points
Mesure exposition : TTTL sur 420 zones : matricielle couleur 3D II. Pondérée centrale, spot
Obturateur : Type plan focal à translation verticale contrôle électroniquement : 30 à 1/4000 s. B, synchro flash 1/200 s, rafale 3 i/s
Modes exposition : P,S,A et M. Modes scènes
Dimensions / poids : 126 x 97 x 64 mm / 485 g
Support mémoire, connexions : SD et SDHC / sortie vidéo, USB 2
Alimentation : batterie Li-ion Li-ion EN-EL9a (550 vues normes CIPA)


Le Nikon D3000 sera vendu également en différents kits :
- D3000 + 18-55 II : 449 euros
- D3000 + 18-55 VR : 549 euros
- D3000 + 18-105 VR : 649 euros
- D3000 + 18-55VR + 55-200VR : 749 euros

Le Nikon D3000 reprend le châssis du D60 et conserve donc l'aspect compact et un peu trappu avec une poignée petite, mais relativement agréable. L'interface est également identique avec une molette de réglage à l'arrière et un joypad directionnel. La première différence visible avec le D60 se trouve sur le barillet de sélection des modes d'exposition sur lequel on trouve une position Guide.

Nikon D3000 dos

En basculant en mode Guide, vous activez une aide graphique qui vous guide en pas à pas pour régler votre appareil selon l'effet que vous souhaitez produire comme par exemple avoir un arrière plan flou ou figer une personne en mouvement.
Nikon D3000 mode guide

Pour le reste des menus, on retrouve les menus classiques du D60 et la possibilité de modifier les paramètres de prise de vue directement sur l'écran à l'aide de la touche "Info" et vous diposez d'une aide contextuelle en appuyant sur la touche ?. Les menus du boîtier restent touffus et complexes et on apprécie la possibilité de paramétrer un menu personnalisé qui évitera de se perdre dans les méandres des différentes fonctionnalités.

Pour profiter pleinement du mode Guide, le D3000 est équipé d'un écran spacieux de 3 pouces, malheureusement celui-ci n'affiche que 230 000 points, une définition insuffisante pour afficher les images avec une bonne finesse. Dommage.

Côté technique, la fiche n'évolue pas beaucoup par rapport au D60 : même viseur optique  un peu étroit (pas d'affichage du quadrillage), même cadence rafale à 3 i/s, même capteur CCD 10 Mpix (avec sans doute une petite amélioration du traitement du bruit, mais il faudra vérifier pendant les tests), mêmes limitations sur la compatibilité des objectifs (pour profiter de l'autofocus, il faut impérativement un objectif AF-S) et le pilotage des flashes distants sans fil (le flash intégré du D3000 ne peut pas être pilote), même système antipoussière (vibration + contrôle d'air)...
La nouveauté la plus intéressante reste sans doute l'adoption du module autofocus MultiCAM1000. Le D3000 bénéficie donc de 11 collimateurs et d'un suivi 3D assez performant que l'on retrouve également sur les D5000 et  D90. Voilà qui change radicalement de l'AF 3 points du D60.

Nikon D3000 AF 11 points

Le D3000 intègre de nouveaux filtres photo dont un intéressant "miniature" qui crée une ligne de netteté artificiellement (j'avoue bien aimer cet effet) et un mode coloriage. On notera également la présence du Picture Control qui permet de peaufiner le rendu des images à la prise de vue.

Notre avis : Le D3000 est une évolution logique du D60 avec un module AF plus performant et un guide graphique de prise en main intéressant. Toutefois, on reste un peu sur sa faim. La présence d'un capteur CDD ne permet pas au boîtier de proposer une visée directe sur l'écran LCD comme le propose le Canon 1000D (testé) ou l'Olympus E-520 (testé), les concurrents directs (ils sont positionnés pratiquement au même tarif), du D3000. Nikon fait également l'impasse sur la vidéo et joue principalement la carte du prix. Cela sera-t-il suffisant ? Réponse dans notre test à venir.

Nikon D3000 flash ouvert faceNikon D3000 coté droitNikon D3000 coté guache
Source : Nikon France


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation