Nikon D300
Nikon D300 : capteur APS-C, 12 millions de pixels, antipoussière, 6 ou 8 i/s, écran 3 pouces : 1 749 euros

Après beaucoup de rumeurs et de noms, le successeur du Nikon D200 (best-seller de la marque) est enfin annoncé : Nikon D300.
La formule est alléchante, car le Nikon D300 s'inspire directement des fonctionnalités du Nikon D3 avec des performances moindres. Le Nikon D300 est donc un vrai boîtier expert pour 1 749 euros, boîtier nu disponible au mois de novembre.

Châssis : alliage de magnésium avec étanchéité renforcée
Capteur : CMOS 12 millions de pixels APS-C (23,6x15,8 mm) coef 1,5x
Antipoussière : intégré
Mise au point : AF Multi-CAM3500FX, 51 collimateurs
Mesure d'exposition : Matricielle couleur 3D II
Obturateur : 30 à 1/8000 s (150 000 cycles)
Fonction niveau : non
Flash : i-TTL
Visée : viseur optique 100%, grossissement 0,94x, dégagement oculaire 19,5 mm, visée LiveView
Ecran : TFT 3'' VGA (640 x 480 pixels : 307 000 pixels*), angle de vision 170°
Format : Raw 12 ou 14 bits, JPEG
Stockage : 1 slot CF UDMA
Cadence : 6 i/s avec alimentation EN-EL3e, 8 i/s avec alimentation MB-D10 et accu EN-EL4a (plus de puissance)
Sensibilité : 200-3200 ISO (natif), extension possible de 100 jusqu'à 6 400 ISO
Alimentation : EN-EL3e
Poids : 825 g sans accu
Dimension : 147 x 114 x 74 mm

*la documentation annonce un écran LCD de 920 000 pixels, mais l'écran VGA 640 x 480 représente normalement "seulement " 307 000 pixels. Le nombre de 920 000 pixels pourrait représenter le nombre de sous pixels (RVB). J'attends plus de renseignements concernant ces chiffres pour confirmation.

Vous pouvez télécharger les spécificités complètes du Nikon D300 au format PDF.

nikon D300 chassis alliage magnesium
Nikon D300 : châssis et poignée en alliage de magnésium


Tout comme le Nikon D3, le boîtier expert embarque de nombreuses nouveautés technologiques que nous allons détailler.

Reconnaissance de scène
Il intègre un capteur RVB 1005 zones aux multiples fonctions (en plus de la traditionnelle mesure d'exposition matricielle 3D couleur II). Celui apportera une assistance nouvelle avec la reconnaissance de scène pour :
- la mesure de l'exposition et le contrôle du flash
- l'autofocus
- la balance des blancs auto

En effet, ce capteur de 1005 photodiodes est associé à de nouveaux algorithmes et à un réseau de diffraction pour "mieux voir" la scène photographiée et mieux l'analyser.

capteur RVB 1005 photodiodes
Le réseau de diffraction sépare les différentes couleurs de la lumière pour frapper les photosites correspondants.


L'image analysée (en couleur) est plus précise. Les algorithmes seraient alors capables d'identifier le sujet principal du fond (en déterminant la présence d'un visage par exemple). Des paramètres pris en compte ensuite pour le calcul de la mesure d'exposition matricielle 3DII.

reconnaissance de scène


Autofocus 51 collimateurs
Les bénéfices du capteur 1005 photosites ne s'arrêtent pas là. En effet, il épaule également le système autofocus sur le suivi de sujets mobiles. En effet, lors du passage d'un collimateur à l'autre pour le suivi d'un sujet, le système AF peut perdre la position de la mise au point. Les 1005 points du capteur permettent de dresser un maillage plus dense qui permet d'affiner le suivi AF

Suivi AF avec capteur 1005 photosites

Le nouveau module autofocus AF Multi-CAM3500FX. Celui-ci dispose de 51 collimateurs (c'est le système le plus riche actuellement) dont 15 en croix au centre. Ceux-ci sont sensibles jusqu'à f/5,6. Plusieurs schémas de répartition sont possibles :

- 51 collimateurs

Nikon D3 51 collimateurs

- 21 collimateurs

Nikon D3 21 collimateurs

- 9 collimateurs

Nikon D3 9 collimateurs

Il sera également possible de conserver le schéma à 11 collimateurs des boîtiers D2.
Le nouveau module permet également de calibrer les objectifs avec soit une correction globale (pour tous les objectifs), soit une correction individuelle (20 mémorisations).

Balance des blancs automatique
Dernière tâche attribuée au capteur RVB 1005 : amélioration de la balance des blancs. Avec la reconnaissance de scène, le système est capable de déterminer plus précisemment la source lumineuse.

Expeed : le traitement des images
Sous le label Expeed, on ne trouve pas un simple processeur pour le traitement des images. Il s'agit pour chaque gamme d'appareils d'un choix de composants pour le traitement des informations et pour assurer une homogénéité sur l'ensemble des produits Nikon (reflex et compacts). Voilà qui ne va pas simplier les choses. Sur la gamme des reflex, Expeed assure un traitement sur 16 bits et une cadence qui peut atteindre 11 images/s selon la taille.
Première transformation, les anciens modes I, II et III de rendu des images disparaissent (ouf...) pour laisser place à un nouveau système d'optimisation d'image baptisé Picture Control. Un système commun aux Nikon D300 et D3. Vous disposerez de 4 réglages prédéfinis (standard, neutre, saturé et monochrome). Pour chacun, il sera possible de modifier 5 paramètres : l'accentuation, le contraste, la luminosité, la saturation et la teine. Vous pourrez donc créer des réglages personnalisés et d'échanger ses paramètres (par un système d'enregistrement des personnalisations).

Nikon Picture Control

Antipoussière
Enfin, Nikon se décide à intégrer un système antipoussière à ses boîtiers (enfin pour l'instant seul le Nikon D300 en possède un). Espéront que les années de retard ont permis à Nikon de peaufiner un système très performant. Peu de surprise concernant le fonctionnement. Le filtre pass-bas du capteur est monté sur des élements piezo électriques qui le font vibrer afin de décoller les poussières. Bien sûr, ce système vient en complément du dispositif de traitement des images sous Capture NX (toujours payant). Il semble que Nikon suive l'exemple de Canon concernant le système antipoussière et ne propose celui-ci que sur le D300. Une phase de "test" à grande échelle, afin de de le proposer une version "améliorée" sur une révision prochaine du D3.

Nikon D300 système antipoussière

LiveView
La visée sur écran LCD gagne une fois de plus du terrain en débarquant sur les nouveaux boîtiers Nikon D3 et D300.
Il existe deux modes :

- main levée : la mise au point utilise la fonction autofocus par contraste.
- trépied : la mise au point s'effectue pas à pas avec le miroir

Le mode LiveView "main levée" dispose donc d'un AF par détection de contraste (comme sur les compacts). Ainsi, c'est toute la surface du capteur qui est utilisé pour effectuer la mise au point. Contrairement aux autres systèmes LiveView (Olympus, Panasonic, Canon), le miroir n'a pas besoin d'être abaissé pour effectuer la mise au point. La visée sur l'écran LCD est donc réellement continue avec un vrai système de mise au point. Il ne manque que l'enregistrement vidéo (pourtant cela ne semble pas poser de problèmes techniques), encore absent des reflex.

Le contrôle de l'appareil sera possible via Camera Control Pro aussi bien pour la visée que pour l'autofocus.

D-lighting Actif
Pour l'instant, le système de D-lighting (débouchage des zones denses sans toucher aux zones claires) était proposé une fois la prise de vue effectuée. Dorénavant, il sera possible de procéder au D-lighting directement à la prise de vue.

sans d-lightingsans D-lighting Avec D-lightingavec D-lighting

Rapidité
Le Nikon D300 assure une rafale à 6 i/s avec l'alimentation classique EN-EL3e. Toutefois, il est possible d'augmenter la cadence en apportant un peu plus de puissance à l'appareil. Pour cela, il faut équiper le reflex d'une poignée d'alimentation MB-D10. Pour l'instant, nous n'avons aucune information sur le nombre de clichés que le D300 est capable d'enregistrer en une seule prise. Des précisions très prochainement.

 

Nikon MB-D10
Poignée d'alimentation Nikon MB-D10

Une fois la poignée chargée d'un accu EN-EL4a, le Nikon D300 peut aligner 8 i/s grâce au surplus de puissance apporté par la nouvelle batterie.

Vues du boîtier

Nikon D300

Nikon D300
Nikon D300

Nikon D300

 

Source : Nikon France


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation