En ce moment, Nikon multiplie les annonces. Après les nouveaux Nikon 1 et le nouveau (il y a moins de 15 jours) reflex D7100, c'est un nouveau venu dans le monde compact qui voit le jour. Bienvenue donc au Coolpix A, compact expert haut de gamme qui a pour simple ambition de proposer la même qualité d'image que l'on peut espérer d'un reflex.

Nikon Coolpix A face
Le Coolpix A intègre une focale fixe équivalente à un 28 mm f/2,8. Pourquoi ne pas avoir inclus un système de stabilisation optique ou mécanique ? 

Le Nikon Coolpix A est une belle surprise, en effet, sur le segment des compacts experts, Nikon comptait déjà dans sa gamme le reconnu P7100. Après les Fujifilm X100 et X100S, certains modules Richo GR, les Lecia X1, X2 et le Sigma DP2 Merill, le Coolpix A entre dans la catégorie des compacts à objectif fixe équipé d'un capteur au format APS-C (DX pour Nikon).

Nikon Coolpix A dessus
Le Coolpix A dispose d'une gâchette pour la mise sous tension. Outre la molette pour le choix du mode d'exposition, le compact expert dispose d'une molette de réglage sur le dessus et d'une roue codeuse à l'arrière. Pas de touche pour lancer facilement l'enregistrement vidéo.


C'est donc sur une base de Nikon D7000 (même capteur) que Nikon a décidé de construire son Coolpix A. L'appareil intègre un capteur CMOS de 16 millions de pixels au format APS-C. Associé à ce capteur, on retrouve le processeur Expeed 2 qui prend en charge le traitement des images et les différentes fonctions que propose l'appareil. Le capteur, comme sur les reflex D800E, D7100 et les Nikon 1 est dépourvu de filtre passe-bas afin de restituer un maximum de détails sur les images (attention aux éventuels soucis de moiré sur des sujets à haute fréquence). L'appareil est capable de monter jusqu'à 6400 ISO en natif (extensible à 25600 ISO) avec le niveau de bruit que l'on connaît au D7000 (très bas donc). L'ensemble est capable de travailler en RAW 14 bits et peut monter jusqu'à 4 images par secondes en rafale (sur une séquence de 26 images).

Nikon a choisi d'utiliser une focale fixe Nikkor de 18,5 mm équivalent à un 28 mm sur une base 24 x36 mm (coefficient de conversion de x1,5 avec le format DX) ouvrant à f/2,8. Pas de stabilisation optique au programme pour cette focale conçue pour le reportage. À noter que le diaphragme est circulaire à 7 lamelles. Dans ce domaine, certains concurrents font donc mieux : f/2 pour le X100s de Fujifilm, f/2,5 pour le module A12 de Ricoh.

L'autofocus, à détection de contraste est basé sur un module à 99 points. L'appareil dispose aussi d'un suivi du sujet. Par contre on peut noter l'absence de la fonction peaking ou de stigmomètre numérique pour les amateurs de mise au point manuelle.

Nikon Coolpix A de dos
L'écran LCD du Coolpix A est malheureusement tout ce qu'il y a de plus classique. Affichage VGA et aucune fonctionnalité tactiles. Ce dernier n'est également pas orientable...


Pour la visée, l'utilisateur peut choisir entre une visée directe sur un écran LCD de 7,5 cm de diagonale disposant d'une définition de près d'1 million de pixels ou bien d'une visée optique via un viseur externe (en option) à monter sur la griffe prote accessoire de l'appareil. À noter que l'écran arrière est fixe et non tactile, mais que la griffe porte accessoire est compatible avec l'ensemble de la gamme des flashs cobra Speedlight.

Bien entendu, qui dit compact expert, dit contrôle total des paramètres de prise de vue. Le Coolpix A dispose donc des modes PASM, le D-Lighting actif, un mode HDR automatique et les Picture Control : le tout comme sur un reflex. Les différents réglages et menus sont présentés comme sur un reflex : un bon point. Quoi qu'il en soit, l'appareil dispose aussi d'un mode tout automatique et de 20 modes scènes différents. On retrouve également des fonctions de retouche avec des filtres créatifs à appliquer sur les images après la prise de vue.

Pour ce qui est de la vidéo, le Coolpix A dispose d'un mode d'enregistrement en Full HD 1080p à 30, 25 ou 24 images par secondes. L'enregistrement sonore est assuré par deux petits micros intégrés en stéréo : pas de prise micro externe ! Les amateurs de vidéo devront passer leur chemin sur cet appareil, puisqu'il ne dispose pas de déclencheur dédié et qui nécessite pas moins de 5 manipulations pour passer du mode photo au mode vidéo. L'accès au mode vidé se fait via le menu d'acquisition. La fonction est cachée derrière l'entrainement en rafale. Il n'y a même pas de mode sur la molette supérieure ! Inutile de le préciser, mais il n'y a évidemment pas de prise casque.

Question interface, l'appareil dispose d'une sortie HDMI, d'une prise USB propriétaire (merci Nikon) et d'une prise accessoire GPS et ou Wi-Fi car bien évidemment, ces deux fonctions fondamentales à l'heure actuelle ne sont pas intégrées dans l'appareil. L'appareil fonctionne avec la même batterie que l'on retrouve sur les Nikon 1 et avec des cartes SD.

Nikon Coolpix A viseur titane
Le Coolpix A de Nikon en version titane muni de son viseur optique optionnel (comme le connecteur Wi-Fi et le GPS...)
Nikon Coolpix A viseur en version titane

Pour ce qui est de la prise en mains, le Nikon Coolpix A surprend. En effet, l'appareil est particulièrement léger et compact. C'est un réel plaisir de pouvoir rentrer facilement dans une poche un mini D7000. Par contre, au toucher, les impressions sont plus mitigées. Malgré une construction en alliage d'aluminium et de magnésium (dessus), le touché manque un peu de corps et ne rassure pas vraiment. La bague de mise au point manuelle est pratique, fluide et agréable, mais elle ne révolutionne pas le genre et se trouve un peu trop proche du boîtier pour être facilement manipulée. L'interrupteur, situé autour du déclencheur ne rassure pas sur sa longévité. La molette principale manque de précision et la molette arrière est presque inutilisable. Au niveau de l'interface, l'accès direct à la vidéo manque sérieusement...

Le nouveau module autofocus nous a semblé assez réactif, mais on se demande pourquoi les ingénieurs de Nikon ne poursuivent pas leurs recherchent sur le segment des AF hybrides.

Nikon Coolpix A prise en mains
Le Nikon Coolpix A dispose d'un flash pop-up pour déboucher un contre-jour par exemple. La griffe porte accessoire permet d'utiliser les flashes cobra de la gamme SB.


Nikon Coolpix A prise en mains
Nikon Coolpix A prise en mains
Peu de connexions sur le Coolpix A : USB 2 (bien sûr...), une sortie HDMI, une prise GPS et c'est tout. Pas de prise pour un micro, un casque, une télécommande...

Nikon Coolpix A prise en mains
L'interface graphique du Coolpix A reprend les menus des reflex. L'idée est séduisante pour ne pas dérouter l'utilisateur de la gamme Nikon, mais un petit coup de jeune aurait été souhaitable.


Nikon Coolpix A prise en mains
Pour un compact APS-C, le Coolpix A est vraiment compact même la focale fixe 28 mm f/2,8. Bien joué Nikon.

Nikon Coolpix A logo DX
Le Coolpix A arbore fièrement son logo DX preuve de son appartenance à la famille des capteurs APS-C.

Le nouveau Nikon Coolpix A sera commercialisé en version noir et en version imitation titane dès le 21 mars prochain au prix public conseillé de 999 euros. Pour l'instant, le prix du viseur optique n'a pas été communiqué.

Notre premier avis

L'année 2013 s'ouvre sur de beaux auspices pour Nikon et ce compact à grand capteur et focale fixe est une excellente nouvelle pour ceux qui souhaitent mettre de côté leur reflex pour une simple balade en famille ou un reportage tout en discrétion. Le Coolpix A s'avère très compact avec son optique rétractable et donc facile à transporter. La réalisation nous a un peu laissés sur notre faim pour un boîtier vendu à environ 1000 euros, mais il faudra voir dans le temps. 

Pour le Coolpix A, Nikon semble avoir tout misé sur le capteur. Identique à celui du D7000, il devrait logiquement fournir de belle image jusqu'à 3200 voire 6400 ISO. L'absence de filtre passe-bas devrait renforcer les détails si l'optique est à la hauteur et sur ce point, il faudra attendre les premiers tests.
Nous regrettons le manque d'ambition du boîtier. S'il semble taillé pour les photographes que l'on qualifiera de traditionnels, il manque vraiment beaucoup de fonctionnalité au boîtier et nous énumèrerons en vrac : un écran tactile et orientable, une connexion Wi-Fi et GPS, un système de peaking ou de stigmomètre électronique pour la mise au point manuelle, un accès rapide à la vidéo, des entrées / sorties pour un micro et casque, la possibilité de greffer un viseur électronique, pas de viseur optique, pas de stabilisation... De même pour le module autofocus qui reste en version détection de contraste alors que l'avenir semble se dessiner avec des versions hybrides incorporant une détection par corrélation de phase sur l'imageur principal. 

Pour 1000 euros, Nikon n'a pas le droit à l'erreur (c'est deux fois plus cher qu'un D3200 avec 24 Mpx...et on ne parle pas du viseur à 450 $ apparemment....).
Si la qualité d'image et l'autofocus sont au rendez-vous pourquoi pas...

Lire également 

> Coolpix A sur le site de Nikon France

> Test du Nikon D7000
> Tous les compacts testés
> Toute l'actualité du Focus On Imaging
Source : Nikon France


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation