Bien qu'il n'ait pas encore d'appareil photo capable de réaliser des vues en 3D, Nikon se lance dans le tri-dimensionnel via son service My Picturetown.  Mais attention, le service est pour le moment strictement réservé au marché nippon. Ce qui ne l'empêche pas d'être techniquement très intéressant. 

Il est en effet bâti autour de deux volets. Dans un premier temps les utilisateurs de My Picturetown peuvent transférer leurs clichés 2D, afin qu'ils soient convertis en 3D via des algorithmes maison. Nikon précise sur son site japonais que la conversion peut même être appliquée à de courtes séquences vidéo. 
Une fois converties, les images sont affichées au domicile du client, sur un cadre photo 3D lenticulaire... donc sans lunettes !

Le procédé lenticulaire: les images sont décomposées en deux (une pour chaque oeil). Un réseau de micro lentilles dirige la bonne image sur le bon oeil. 

Le cadre en question est un Nikon NF-300i, construit autour d'un écran de 7,2 pouces. Il dispose d'une définition de 800x600 pixels pour une luminosité de 400 cd, intègre le WiFi b et g en plus d'une prise réseau. Sa mémoire interne est e 4 Go. Détail intéressant, il tourne sous Android 2.1. Pour voir les images en relief sans lunette, il faut être à une distance optimale d'un mètre du cadre. 

Le cadre photo 3D Nikon NF-300i. 

Le principe du service repose enfin sur la location. Il est en effet impossible d'acheter le NF-300i; il est mis en location pour 1995 Yens par mois (17,65 euros), ou 19 950 Yens à l'année (176,50 euros). La cotisation annuelle comprend trois mois de conversion de clichés en relief. Au delà de la quatrième conversion, chaque transformation en 3D sera facturée 300 Yens (2,70 euros)

> Plus d'informations sur le Nikon NF-300i (en japonais)
> Plus d'informations sur My Picturetown 3D (en japonais)
Source : Nikon Japon


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation