Alors que les annonces reflex sont assez calmes en ce début d'année, le moyen format fait parler de lui avec un leitmotiv : 40 Mpix sinon rien !!

Hasselblad H4D-40
Le tout nouveau Hasselblad H4D-40.

Face à la montée en puissance des reflex, les constructeurs de moyens formats s'organisent et proposent des alternatives parfois complètes (boîtier, dos et 80 mm) à 40 Mpix et aux tarifs de plus en plus étudiés (moins de 20 000 euros HT). Avec ses "presque" 40 Mpix (37,5 exactement), le S2 de Leica confirme que cette définition semble s'imposer comme le nouveau standard en 2010. Revue des troupes.

Leaf Aptus–II 8 - 13995 HT ou 16738 TTC (dos uniquement)

Dos Leaf Aptus-II 8 et boîtier PhaseOne
La famille des Aptus à écran tactile orientable s’agrandit avec cette version 40 Mpix proposée à 13995 € HT.

Ainsi, la gamme Aptus-II comprend désormais 5 dos échelonnés de 22 à 56 Mpix. La version 8 est construite autour du plus petit des capteurs Dalsa (la nouvelle référence) pour moyen format qui ne mesure « que » 44 x 33mm, soit des pixels de 6 microns de côté. L’ergonomie du logiciel de pilotage Leaf Capture s’améliore lentement :  s'il devient possible de shooter à partir d’un iPhone ou d’un iPod Touch, les demandes basiques des utilisateurs comme le crop rotatif ne sont toujours pas satisfaites. Que va d’ailleurs devenir ce logiciel dont la version 11.3 est livrée gratuitement avec l’Aptus–II 8 ? Une question d’une actualité brulante puisque la toute nouvelle version 5.1 de Capture One supporte maintenant la totalité des dos Leaf. Il semblera difficile pour Leaf, nouvelle filiale de Phase One, de conserver une équipe de développeurs alors que la nouvelle maison mère a en catalogue Capture One. Ce soft est plus généreux en fonctions basiques et évoluées, comme la correction de défauts optiques ou la détection automatique de la zone de netteté. Leaf est fier de préciser l’absence de microlentille sur sa série Aptus II. L’avantage du gain de netteté sur les bords de l’image est sensible avec les courtes focales et plus évident lors de forts décentrements, en particulier avec une chambre.

Leaf Aptus II 8

Capteur : CCD Dalsa de 40 Mpix mesurant 44 x 33 mm
Taille de l’image : 7360 x 5562 pixels
Rafales : 0,8 i/s
RAW 16 bits : 80 Mo (fichier Tiff 120 Mo)
Sensibilités : 80 - 800 ISO
Dynamique : 12 diaph
Écran : Tactile de 6x7 cm (3,5 pouces)
Boitier compatibles : Phase one 645, 645DF,
Mamiya 645AFD, 645AFD II, 645AFDIII, RZ67, RZ67 Pro II, RZ Pro IId, RB67, Hasselblad series V et H,
Contax 645
Fuji GX680II, GX680III
Bronica SQA/SQAi/ ETRSi
Chambres Alpa, Arca, Cambo, Horseman, Linhof, Sinar, Toyo, Rollei X-Act2
Dimensions : 95 x 82 x 59 mm
Poids :  600 g

Notre premier avis
:
Le dos le plus universel. Il se monte sur chambre et moyens formats. Il supporte les forts décentrements. Il est piloté aussi bien par Leafcapture que Capture One. Il est construit autour des meilleurs capteurs Dalsa.

Une présentation du Leaf Aptus II-8 est programmée le 9 mars de 14 – 20H au studio Mac Mahon, 54 rue des Acacias 75017 Paris.
Vous pouvez vous inscrire au 01 43 8253 32 ou sur studiomacmahon@wanadoo.fr

Hasselblad H4-D40 – 13995 HT ou 16738 TTC (dos + boîtier + 80 mm f/2,8)


Hasselblad H4D-40
Le tout nouveau Hasselblad H4D-40.

À la manière des reflex ! La conception du dos numérique est bouleversée depuis le rapprochement Imacon, Hasselblad. La marque suédoise ne se contente plus de vendre des boîtiers ou des dos, mais une « plateforme ». Un travail colossal puisque la nouvelle plateforme H a dû tout réinventer. Réservée depuis la version 3 au seul dos de la marque, elle gagne en ergonomie à chaque version. La version H4D s’enrichit d’accessoires, et d’optiques made in Fujinon. Elle vit d’améliorations techniques à la manière des reflex. Il ne semble plus question de conserver son moyen format et de changer seulement le dos, mais d’upgrader le tout. Le H4D-40 est le moins résolu des 4 H4D. Il supporte aussi la technologie True Focus résumée par le maintien du point lors d’un recadrage de l’image. En effet, avec de gros capteurs, sauf à l’infini, toutes modifications de cadrage, après la mesure de l’AF par le capteur central, entrainent une inclinaison modifiant le plan de netteté et donc le point. Le système True Focus mixe capteur d’inclinaison et microprocesseur pour empêcher cette déviance. Focus-numerique a testé, ça marche, mais surtout sur des sujets immobiles du type Packshot. Phocus 2.0, le logiciel maison de pilotage et de développement des RAW, reçoit une interface maintenant semblable à la concurrence. Plus de problèmes pour passer d’un logiciel à l’autre en cas de location ! Il intègre de plus nombreux modules de corrections optiques. De quoi éliminer franges colorées, vignettage et flous périphériques sans y penser sur les 9 objectifs fixes et les 2 zooms HC compatibles avec le boîtier H4D.


Capteur : CCD Kodak de 40 Mpix mesurant 44,2 x 33,1 mm
Taille de l’image : 7304 x 5478 pixels
Rafales : 1,1 i/s
RAW 16 bits : 50 Mo (fichier Tiff 8 bits  120 Mo)
Sensibilités : 100-1600 ISO
Dynamique : 12 diaph
Écran : 3 pouces - 230 000 points
Boitiers compatibles : /
Dimensions : 153 x 131 x 213 mm
Poids : 2290g avec le 80mm HC

Notre premier avis  :
Le moins cher de la bande travaille avec un boîtier moderne. Un bon choix pour se lancer dans le monde du moyen format.

Phase One P40+ + boîtier 645DF + 80 mm -17990 HT ou 21516€ TTC

PhaseOne + P40+ + 80 mm
Avec le Boîtier Phase One Camera 645 DF + 80 mm Schneider - 17990 HT ou 21516€ TTC

La technologie Sensor+ enrichit le nouveau 40 Mpix. Sous l’habituelle forme du dos numérique P25, se cache le nouveau capteur Dalsa doté par Phase One de la techno Sensor +. Elle permet de travailler dans des conditions de faible lumière. Le capteur mixe alors les pixels voisins et devient 4X plus sensible. L’assemblage se fait aux dépens de la définition. Le P40+ se transforme alors en un 10 Mpix avec une dynamique et un bokeh (différenciation des plans de netteté) jamais égalés en 24x36. Le P40+ devient le second dos, après de P65+, capable de grimper jusqu’à 3200 ISO. Le capteur de taille respectable - 43,9 x 32,9 mm - ne couvre pourtant pas le format 4,5x6 cm (42x56mm pour être précis). Les habitués du format devront appliquer un coef de 1,3 pour estimer leur focale. Le classique 80mm se transforme en mini télé de 104mm. La forme et l’ergonomie du nouveau Phase One camera 645 DF ne surprendront pas les passionnés de Mamiya puisqu’il sort de cette usine. Phase One, nouvel actionnaire majoritaire, a modernisé l’ancien 645 AFDIII. L’électronique et les moteurs de l’AF le rendent plus réactif. Le temps de MAP est réduit de 30%. Le viseur plus lumineux et plus long permet la compatibilité avec les dos Leaf (une nouvelle filiale de Phase One). Le 645DF est maintenant épaulé par des optiques Schneider Kreuznach plus piquées que les classiques focales Mamiya ou Phase One. Les trois optiques siglées Schneider Kreuznach embarquent un obturateur central qui permet de shooter jusqu’au 1/1600s. De quoi figer tous les mouvements ! Le défaut reste le prisme fixe qui interdit le shoote à hauteur de ceinture ou la visée sur banc de reproduction. La visée vidéo couleur, plus lente, mais plus précise peut aider à contourner ce problème. L’intégration du dos sur le 645DF est encore plus poussée. Il est maintenant possible de régler la majorité des fonctions du boitier à partir de l’interface du dos.

Capteur : CCD Dalsa de 40 Mpix mesurant 43,9 x 32,9 mm
Taille de l’image : 7320 X 5484 pixels
Rafales : 1,2 i/s en plein def – 1,8 en Sensor+ (sur 10 Mpix)
RAW 16 bits : 40 Mo (26 Mo compressé) (fichier Tiff 120 Mo)
Sensibilités : 50-1600 ISO (200-3200 en sensor+)
Dynamique : 12,5 diaph
Écran : 2,2 pouces 230 000 point
Boitiers compatibles : Phase one 645, 645DF,
Mamiya 645AFD, 645AFD II, 645AFDIII, RZ67, RZ67 Pro II, RZ Pro IId, RB67
Hasselblad séries V et H
Contax 645
Fuji GX680II, GX680III
Bronica SQA/SQAi/ ETRSi
Chambres Alpa, Arca, Cambo, Horseman, Linhof, Sinar, Toyo, Rollei X-Act2
Dimensions : 95 x 82 x 59 mm
Poids :  600 g

Notre premier avis :
Le leader du marché français a beaucoup d’atouts pour le rester :
- L’exclusivité de la technologie Sensor+ aux résultats bluffants.
- La robustesse des dos Phase One devient une légende.
- La réactivité des équipes de développeurs pérennise l’avance des dos face aux futurs reflex 30 Mpix deux fois moins chers.
- La formation et le service après-vente du distributeur français sont un modèle du genre.
- L’intégration dos – 645 DF en progrès

Leica S2 nu - 15 551,84 HT soit 18600TTC

Leica S2
Avec le SUMMARIT-S 70mm f/2,5 ASPH – 22220 € ttc

Bonne idée ! Leica a revisité le reflex en partant du constat que le format 24x36mm serait un jour limité par le nombre de pixels. Il est toujours possible d’empiler les pixels toujours plus petits sur la même surface, mais la qualité des optiques doit être en rapport avec la résolution du capteur pour en tirer le meilleur. Comment faire des optiques séparant plus de 100 paires de lignes par mm nécessaires pour des capteurs de plus de 30 Mpix ? La solution proposée par Leica, maître ès optique est l’augmentation de la taille du capteur. Bonne idée, née il y a plus de 3 ans, dont la concrétisation semble tarder. Le S2, un 37, 7 Mpix, a eu un accouchement difficile, des mois de retard. Les quelques avis glanés ça et là parlent surtout de l’absence de logiciel de pilotage et de traitement dédiés. L’adoption d’un fichier RAW DNG déjà traité laisse planer beaucoup de questions.

Les différents retards interdisent de s’en émerveiller seulement d’en rêver.

Focus-numerique a fait la première prise en main du S2 lors de la photokina 2008, puis lors du salon du moyen format à Pairs début 2009 et enfin au salon de la photo 2009. À chaque fois, il nous était demandé de ne pas juger l’AF « en cours de finalisation », ou le bruit du fichier en haute sensibilité, « du fait d’un firmware provisoire ». Aujourd’hui le S2 est en vente, il n’est toujours pas simple de le tester. Problème de fabrication, de vente ou peur du résultat ? Il se passe quelque chose d’étrange chez Leica. Si personne ne peut l’essayer (alors que c’est habituel pour un moyen format chez les concurrents) et le juger avant de l’acheter, il est évident que les objectifs de vente (1000 ventes/an dans le monde) risquent d’être décevants.
Capteur : CCD Kodak de 37,5 Mpix mesurant 45 x 30 mm
Taille de l’image : 7500 X 5000 pixels
Rafales : 1,5 i/s
RAW 16 bits : DNG 75 Mo
Sensibilités : 80 -1250 ISO
Dynamique : 12 diaph
Écran : 3 pouces 460 000 points
Boitiers compatibles : /
Dimensions : 160 x 120 x 80 mm
Poids : 1410g nu, 2150g avec le 70mm f/2,5 ASPH

Notre premier avis :
Wait and see ! Bien pensé sur le papier, le S2 mérite un test avant de se lancer dans l’achat d’un appareil figé. La qualité de fabrication des objectifs fait rêver, il faut les tester. Impossible de ne changer que le capteur tout en gardant le boîtier pour profiter d’upgrade abordable. Même s’il est fait pour durer, il faudra revendre le boîtier pour évoluer. Se pose la question de la pérennité de la série S peut répandue.
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation