Fidèle à son habitude de mêler l'ancien et le moderne, l'atypique Musée de la chasse et de la nature se joint à la programmation du Mois de la photo à travers "Voilà les Delton !", son exposition décalée sur le studio hippique des Delton père et fils. On y découvre un fonds photographique inédit, témoignage d'une société équestre révolue, mis en regard avec des œuvres contemporaines et... chevalines.

Voilà les Delton ! Exposition, musée de la chasse et de la nature
Modernes et Anciens se côtoient au Musée de la chasse et de la nature © Aurélie Coudière

Nous avons eu la chance de découvrir cette exposition à travers une présentation faite par l'un de ses deux commissaires, Nicolas Chaudun. Cet érudit, homme de lettres et historien qui a également dirigé l'ouvrage publié sur le studio Delton1, apporte un éclairage passionnant sur ce qui pourrait n'apparaître que comme une fantaisie de la Belle Époque. Ces tirages, pour la plupart au collodion humide sur plaque de verre, sont un régal pour les amoureux des vieux procédés.

Le studio Delton — du nom de ses propriétaires, Louis-Jean Delton et ses deux fils — a photographié la belle société de 1862 à 1914, au point de devenir une halte incontournable pour tout noble cavalier. Ainsi les portraits réunis ici nous montrent-ils tour à tour l'entourage de la famille impériale de Napoléon III, les coquettes en vue à l'époque, mais aussi les princes, ducs et tsars ayant séjourné à Paris.

Voilà les Delton !
Le Prince Achille Murat et Cora Pearl, 1865, J. Delton,
tirage moderne d'après plaque de verre, coll. Archives Hermès (Paris).

Il faut bien comprendre qu'en 1880, Paris compte près de 98 000 chevaux dans ses rues, qui font vivre d'innombrables professions par les soins et les infrastructures qu'ils nécessitent. Plus qu'un moyen de transport, le cheval est alors le pilier d'une société en plein essor. Aristocratie et bourgeoisie, rivalisant de prétention, déambulent à dos de cheval sur l'avenue de l'Impératrice, aujourd'hui avenue Foch. C'est donc judicieusement que Louis-Jean Delton, homme d'affaires avant tout, implante son studio hippique au numéro 83 de cette artère.

Car ce siècle finissant voit également l'avènement de la photographie et les studios de portraitistes fleurissent partout, au point qu'en 1870, on en dénombre près de 360 dans tout le pays. Delton a flairé l'opportunité d'une affaire et su la gérer de main de maître.

Mais une séance chez les Delton coûte cher et prend du temps : préparation des chevaux, installation des décors peints sur la terrasse de pose et enfin prise de vue, qui au début requiert l'immobilité totale des chevaux pendant plusieurs secondes. En photographie hippique, la vitesse est un véritable enjeu.

Par delà de leur catalogue attractif de célébrités établi pour attirer la clientèle de luxe, les Delton suivent donc de près les avancées techniques de la photographie, au point de participer eux-mêmes à l'amélioration des outils de déclenchement. Pari gagné : en 1884, les opérateurs Delton, qui se sont peu à peu émancipés du carcan du studio grâce à un matériel plus léger, signent la première photo de finish de course, prise sur le vif !

Voilà les Delton !
Équipage du comte de Vibraye, château de Chambord, pont sur le Cosson,
album des Équipages des maisons de France de l'équipage Piqu'hardi, c. 1910, J. Delton.

Si on sait peu de choses sur la vie de Louis-Jean avant son studio, on retiendra de lui qu'il fut l'un des précurseurs de la photo sportive. En effet, après son studio hippique, il sort tour à tour La Photographie hippique puis un magazine avant-gardiste : Le Sport Universel Illustré. Déjà à l'époque, la question de vendre les photos de reportage se posait. La réponse de Delton fut de fonder son propre organe de presse !

Une véritable "success-story" à laquelle la première guerre mondiale mettra brutalement fin. La mort du jeune héritier au front s'accompagnera de la fin de la civilisation du cheval, supplanté par l'automobile.

Cette exposition est une magnifique occasion de se replonger dans notre passé de citadins et de photographes !

Voilà les Delton !
Guillaume Ier, roi de Prusse, c. 1864, J. Delton, coll. particulière. © Sylvie Durand


Voilà les Delton !
Jusqu'au 26 janvier 2015
Dans le cadre du Mois de la Photo
Musée de la chasse et de la nature
62 rue des Archives, 75003 Paris
Du mardi au dimanche de 11h à 18h, nocturne le mercredi jusqu'à 21h30.
Visites guidées sur RDV.
Entrée : 8 € ; tarif réduit 6 €.

> Musée de la chasse et de la nature
> Le Mois de la Photo 2014
PARTAGER

Vos réactions sur le forum :
Mois de la Photo - Voilà les Delton !



Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation