La chimère d'une fusion parfaite entre smartphone et appareil photo habite nos esprits depuis maintenant quelques années. Si une telle idée paraissait encore incongrue en 2000, date à laquelle les premiers téléphones à intégrer un APN ont fait leur apparition, les constructeurs ont depuis rivalisé d'imagination. Alors que beaucoup se frottaient aux problèmes de taille inhérents à l'intégration d'un module photo à l'intérieur même d'un périphérique mobile, d'autres — plus rares — se sont penchés sur la conception de modules photo externes.

Module photo Olympus Air A01
Module photo Olympus Air A01.

Des capteurs dont la taille avoisine 1" aux zooms optiques à la plage de focale étendue, diverses solutions ont été envisagées au fil du temps. Si le succès commercial n'a pas toujours été au rendez-vous, nous vous proposons ici un inventaire non exhaustif des modules externes les plus aboutis et les plus étonnants.

"Smart-Lens" Sony QX

Objectif Sony 16-50 mm f/3,5-5,6, module photo Sony ILCE-QX1 et smartphone Sony Xperia Z2
Objectif Sony 16-50 mm f/3,5-5,6, module photo Sony ILCE-QX1 et smartphone Sony Xperia Z2.

À l'IFA 2013, à l'occasion de la présentation de son smartphone Xperia Z1, Sony annonçait également une gamme de produits inédits : les Sony QX. Le concept, censé préserver la compacité et la polyvalence de nos smartphones tout en améliorant la qualité des images, introduisait des appareils photo numériques réduits à leur strict minimum : un objectif, un capteur, un déclencheur, une batterie et un emplacement pour carte microSD. Si chaque module peut ainsi fonctionner de façon autonome, c'est en le connectant à un terminal Android ou iOS (par le biais du NFC ou du Wi-Fi) qu'il révèle tout son intérêt.

Deux produits furent d'abord présentés : les QX10 et QX100. Avec son zoom 25-250 mm (équivalent 24x36) f/3,3-5,9 et son capteur 1/2,3" de 18 Mpx, le QX10 reprenait une partie des caractéristiques techniques du compact WX200. Plus intéressant, le QX100 s'armait quant à lui d'un capteur 1" de 20 Mpx et d'un objectif Carl Zeiss 28-100 mm (équivalent 24x36) f/1,8-4,9 — soit les caractéristiques du RX100 II.

Module photo Sony DSC-QX100
Module photo Sony DSC-QX100.

Un an plus tard, Sony soutenait encore ce concept et le déclinait avec le QX30 et le QX1. Le premier proposait le même type de formule que ses prédécesseurs avec une plage de focale encore plus impressionnante : un capteur 1/2,3" de 20 Mpx était ainsi couplé à un zoom 24-720 mm (équivalent 24x36) f/3,5-6,3. Le QX1 poussait quant à lui le concept encore plus loin en proposant un capteur APS-C de 20 Mpx ainsi qu'une monture E permettant l'utilisation de tout objectif compatible.

Bien qu'en ce début d'année 2016, un brevet déposé par Sony pouvait laisser croire à une nouvelle déclinaison du concept QX, celui-ci a pour l'instant été délaissé faute d'avoir trouvé son public. Malgré son caractère extrêmement innovant et des qualités indéniables, nous déplorions d'ailleurs, dès l'annonce de la gamme en 2013, l'absence d'une application de prise de vue à la hauteur de la clientèle à laquelle de tels produits pouvaient s'adresser.

> Les modules photo QX sur le site de Sony

Olympus Air

Module photo Olympus Air A01
Module photo Olympus Air A01.

En 2015, alors que Sony avait déjà délaissé le QX au profit d'appareils photo plus classiques, Olympus annonçait l'Air A01 à l'occasion du CP+. Première et seule itération de la gamme Olympus Air, ce module photo embarque un capteur CMOS de 16 Mpx au format 4/3" ainsi qu'une monture acceptant les objectifs du système Micro 4/3. Capable de se connecter en Wi-Fi aux smartphones et tablettes Android et iOS, l'Olympus Air A01 en constitue donc une extension photographique.

En plus d'être compatible avec une très large gamme d'objectifs, ce module photo externe a pour avantage de faire partie intégrante de l'OPC Hack & Make Project, projet mis en place par Olympus et se voulant ouvert aux contributions des développeurs et créateurs de tous bords. Un kit de développement logiciel (ou SDK pour Software Development Kit) est ainsi mis à disposition, laissant la liberté à qui l'entend de développer des applications compatibles et d'enrichir les fonctionnalités du module.

Module photo Olympus Air A01 et objectif M. Zuiko Digital 14-42 mm f/3,5-5,6
Module photo Olympus Air A01 et objectif M. Zuiko Digital 14-42 mm f/3,5-5,6.

Une chouette idée, donc, qui semble cependant avoir été quelque peu oubliée par Olympus. En effet, après un accueil de la presse spécialisée empreint d'une curiosité bienveillante, la distribution de l'Air A01 s'est faite de façon sporadique : annoncé uniquement au Japon dans un premier temps, sa commercialisation semble maintenant concerner quelques grandes enseignes américaines.

Plus d'un après sa sortie, et malgré des lacunes concernant la durée de vie de la batterie, des surchauffes éventuelles et une réactivité largement perfectible, l'Olympus Air A01 bénéficie toujours de très bons commentaires de la part de la poignée de photographes ayant tenté l'aventure. Voilà donc un produit qui mériterait un soutien plus prononcé d'Olympus — voire une deuxième itération —, de façon à éprouver les avantages et limites du concept.

> Le module photo Air A01 sur le site d'Olympus

DxO ONE

Module photo DxO ONE et smartphone Apple iPhone 6
Module photo DxO ONE et smartphone Apple iPhone 6.

À notre grande surprise, la firme française DxO s'est aventurée en 2015 sur le périlleux marché des modules photo externes. La DxO ONE propose des caractéristiques techniques la rapprochant d'appareils compacts experts : son capteur CMOS rétroéclairé de 1" et 20,2 Mpx (le même qui équipe les RX100 Mark II et Mark III de Sony) est ainsi associé à une optique 32 mm (équivalant 24x36) bénéficiant d'une ouverture de f/1,8. Des arguments alléchants donc, qui sont de plus supportés par un design réussi et une fabrication en aluminium.

Module photo DxO ONE

Contrairement à Sony et Olympus, DxO fait cependant le choix contestable d'une compatibilité limitée aux smartphones Apple. Si la DxO ONE dispose de fonctionnalités photographiques avancées et délivre des images de qualité, l'addition s'avère ainsi particulièrement salée. Au marché déjà réduit des photographes exigeants prêts à investir dans un module photo externe, DxO impose donc des limitations drastiques en termes d'usage et de prix.

Notez qu'à l'inverse des modules QX et Air A01, la DxO ONE est toujours vivement soutenue par son constructeur. Diverses mises à jour de son application de prise de vue ont ainsi été publiées, apportant notamment des réglages manuels en vidéo, un fonctionnement autonome plus pratique et la possibilité d'une connexion W-Fi.

> Le module photo ONE sur le site de DxO

Hasselblad True Zoom

Module photo Hasselblad True Zoom et smartphone Lenovo Moto Z
Module photo Hasselblad True Zoom et smartphone Lenovo Moto Z.

Quelques mois seulement après l'annonce d'un partenariat entre Huawei et Leica à travers le P9, Lenovo et sa filiale Motorola dévoilaient leur association avec Hasselblad, un autre grand nom de la photographie. Le Hasselblad True Zoom se démarque quelque peu des autres modules photo externes présentés jusqu'ici en proposant un design unique, permis par une compatibilité limitée aux smartphones modulaires que sont les Moto Z, Moto Z Force et Moto Z Play.

Le True Zoom et les terminaux de la gamme Moto Z présentent en fait un système d'aimants offrant une connexion quasi instantanée et une ergonomie se rapprochant d'un appareil photo compact. Le module photo se dote de plus d'un zoom optique 25-250 mm (équivalent 24x36) stabilisé à ouverture glissante f/3,5-6,5, d'un capteur CMOS de 1/2,3 " à la définition de 12 Mpx (photosites de 1,55 µm) autorisant une plage de sensibilité s'étalant de 100 à 3 200 ISO, d'un déclencheur physique, d'un flash Xenon, ainsi que de la possibilité de capturer des photos au format RAW et des vidéos en 1 080p à 30 ips, le tout pour un poids de 145 g.

Module photo Hasselblad True Zoom

L'embonpoint provoqué par l'adjonction d'un module photo externe est donc ici justifié par la présence d'un zoom optique et non par celle d'un capteur de plus grande taille. Si un gain en polyvalence est ainsi accordé à l'utilisateur, le bénéfice en termes de qualité d'image est malheureusement minime ; à focale équivalente, le True Zoom fait légèrement mieux que le Moto Z, tandis que les performances du module s'avèrent décevantes lorsque le zoom est déployé à sa plus longue focale.

Les associations entre marques historiques de la photographie et acteurs majeurs de la mobilité étant de plus en plus fréquentes, le True Zoom constitue ainsi une nouvelle occasion de se questionner sur les conditions réelles d'un partenariat entre de tels constructeurs. Notons cependant que le module externe destiné aux terminaux Motorola est un produit encore récent, dont les résultats mitigés pourraient se voir améliorés par le biais d'une mise à jour logicielle.

> Le module photo Hasselblad True Zoom sur le site de Motorola

Arlésiennes et avenir des modules photo externes

Relonch Camera

Module photo Relonch Camera
Module photo Relonch Camera.

Malgré les bonnes idées déployées, le marché des modules photo externes pour smartphones est fortement marqué par des projets délaissés après une courte durée de vie, ou même abandonnés avant leur commercialisation. Dans la même veine que les produits décrits précédemment, on peut ainsi citer la Relonch Camera. Présentée à la photokina 2014, elle se présentait sous la forme d'une coque pour iPhone 5s ou 6 intégrant un capteur APS-C et une optique propre. Espérons que les optimistes ayant effectué une précommande n'étaient pas trop nombreux, car la Relonch n'a jamais vu le jour...

Google Ara

Smartphone modulaire Google Projet Ara
Projet Ara de Google.

S'il relève d'une approche différente, il faut également citer le Projet Ara. Après plusieurs années de recherche et de développement, les ambitions du smartphone modulaire de Google semblaient avoir été revues à la baisse au cours de l'année 2016 de façon à en assurer la commercialisation. Nous nous questionnions alors sur la compatibilité d'un tel produit avec Android (système d'exploitation conçu pour fonctionner avec une configuration matérielle figée), ainsi que sur la viabilité d'un tel projet au milieu d'acteurs de la téléphonie bien établis et auprès de consommateurs aux habitudes désormais difficiles à faire évoluer.


La réponse de Google s'est faite en deux temps : tout d'abord par l'abandon du Projet Ara au mois de septembre, puis par l'annonce en octobre des Pixel et Pixel XL, smartphones haut de gamme aux caractéristiques techniques musclées, mais au caractère innovant plus limité.


Des problématiques d'usage sont bien entendu sur la table depuis l'apparition des premiers modules photo externes, car l'utilisation d'un dispositif additionnel ne va pas sans contraintes. Non seulement il faut veiller à l'état de sa batterie et de sa capacité de stockage, mais l'encombrement provoqué se révèle à peine inférieur à celui d'un appareil compact ou d'un hybride de petite taille. Nous aimerions néanmoins voir plus d'audace de la part des constructeurs, en termes d'innovations techniques bien sûr, mais aussi en ce qui concerne la distribution et le suivi des produits déjà annoncés.

Voir aussi :
> Smartphones photo hors du commun et avancées technologiques
> Tous les smartphones testés
> Toute l'actualité
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation