Alors que GoPro a dominé le marché de la caméra d'action pendant plusieurs années, la société américaine souhaite désormais développer son offre logicielle pour assurer un flux de publication simple et efficace. Nous avons profité de la création d'une unité française à Issy-les-Moulineaux pour rencontrer Charles "CJ" Prober, Senior Vice President of Software and Services (vice-président en charge des logiciels et services) chez GoPro.

Charles CJ Prober, Senior Vice President of Software and Services de GoPro, portrait par Renaud Labracherie
Charles "CJ" Prober, Vice-President Software and Services chez GoPro.

Focus Numérique – Après les récents rachats de sociétés françaises dans le domaine de la vidéo, pouvez-vous nous rappeler combien de personnes travaillent en France pour GoPro ?

Charles "CJ" Prober – Il y a environ 100 personnes qui travaillent en France pour GoPro, mais toutes ne sont pas localisées ici. Nous avons 3 bureaux : GoPro Issy, où nous sommes actuellement, GoPro Pigalle — qui est l'équipe de Stupeflix que nous venons d'acquérir, plus connue pour son application Replay que nous venons de rebaptiser Quik —, et enfin GoPro Alps, qui est l'équipe de Kolor que nous avons intégrée il y a quelques mois.

Focus Numérique – Les caméras d'action ont connu leur heure de gloire il y a quelques années ; désormais la concurrence est rude, avec de nombreux constructeurs et surtout des smartphones qui sont devenus d'excellents caméscopes de poche. Comment voyez-vous l'avenir chez GoPro ?

Charles CJ Prober, Senior Vice President of Software and Services de GoPro, portrait par Renaud LabracherieCharles "CJ" Prober – Si vous regardez la croissance des smartphones et des caméras d'action, vous avez sans doute remarqué que les deux appareils ont suivi les mêmes tendances, et si les smartphones deviennent de plus en plus "smart", les utilisations ne sont pas vraiment les mêmes. Ce qu'on peut faire avec des caméras d'action diffère un peu de ce qu'offrent les smartphones, grâce notamment à des équipements étanches, ou à la possibilité de les fixer un peu partout.

On pense souvent que les personnes achètent une GoPro pour faire du sport d'action. C'est exact, mais l'utilisation n° 1 de nos caméras reste la famille. Les caméras d'action sont reconnues pour avoir une meilleure qualité d'image et proposent d'autres perspectives avec des angles de champ plus larges. Il reste donc des usages spécifiques aux petites caméras.

Focus Numérique – Le cas de la famille est intéressant : c'est typiquement dans cette utilisation que le smartphone a pris des parts de marché aux compacts et aux caméras d'action, non ? Les smartphones proposent un enregistrement UHD et un partage facilité avec les amis...

Charles "CJ" Prober – Oui, vous avez raison, et c'est justement mon travail d'améliorer ces différents points. Nous devons apporter des solutions pour gérer, éditer et partager les contenus créés avec une GoPro. Nous devons rendre l'expérience plus simple, plus rapide, plus intuitive. Nous allons très prochainement proposer des logiciels pour faciliter le partage. Avec Quik, le logiciel détermine automatiquement les meilleurs moments d'une vidéo pour partager du contenu intéressant. Il y a encore beaucoup à faire pour mettre en valeur le contenu vidéo. Mon travail consiste à développer toute l'offre logicielle pour exploiter au mieux les productions GoPro.

Focus Numérique – Dans le monde de la vidéo, c'est la réalité virtuelle et la captation 360° qui a le vent en poupe. GoPro a déjà annoncé plusieurs produits dans ce sens, dont l'Omni et l'Odyssey. Pensez-vous que ce domaine est avant tout professionnel, ou sera-t-il de plus en plus accessible au grand public ?

Charles "CJ" Prober – Pour l'instant la captation 360° requiert le plus souvent plusieurs caméras. Typiquement, avec Odyssey, il faut gérer un nombre très important de GoPro et cela reste difficile à mettre en place, à utiliser et à monter. Le flux de travail est vraiment complexe, donc réservé au professionnel. Toutefois, nous espérons que la vidéo 360° deviennent rapidement accessible au grand public, tant du côté de la capture que du flux de travail. Vous savez, la plupart des personnes pensent que la vidéo 360° ne se visionne que dans des casques VR. Nous pensons que c'est une utilisation marginale. La vidéo 360° doit pouvoir être visualisée sur un téléphone, sur Internet...


GoPro rig 360° Omni et Odyssey

Avec GoPro Alps (Kolor) et GoPro Omni (6 caméras), nous avons à la fois un matériel facile à utiliser et une solution performante pour l'assemblage de photos et de vidéos. Enfin, nous avons également une plateforme de diffusion de contenu 360° avec GoPro VR. Nous possédons déjà un flux de travail complet et assez simple pour la vidéo 360°.

Focus Numérique – Il manque toutefois une brique : le montage. Il faut encore passer par des plug-ins (Mettle pour Adobe Premiere par exemple) pour réaliser un montage 360°, ce qui reste très compliqué pour gérer le son ou les sous-titres. Avez-vous des projets dans ce sens ?

Charles CJ Prober, Senior Vice President of Software and Services de GoPro, portrait par Renaud LabracherieCharles "CJ" Prober – Nous n'avons pas de projet pour un logiciel professionnel de montage et nous préférons travailler avec des acteurs déjà présents. Notre cible est plus large et plus grand public.

Focus Numérique – Omni dispose de 6 caméras, mais certains constructeurs proposent déjà des modules avec simplement 2 appareils, comme Ricoh Pentax avec le Theta S, ou Nikon avec la KeyMission. Vous travaillez aussi à simplifier la capture 360° ?

Charles "CJ" Prober – Avec Omni, nous avons déjà largement simplifié la capture grâce à une synchronisation des caméras à l'aide d'une seule caméra ou une meilleure gestion de l'alimentation. Avec 6 caméras, il est possible d'avoir une excellente qualité vidéo 360° et avec Omni, le processus est déjà très simplifié.

C'est un premier pas et nous travaillons également encore à simplifier la capture tout en conservant la qualité vidéo qui a fait la réputation de GoPro. La plupart des contenus 360° sont filmés avec des GoPro. L'arrivée prochaine d'Omni va encore renforcer notre position dominante dans le domaine de la capture. Nos investissements dans des solutions techniques pour faciliter le flux de travail (Kolor) sont des atouts importants.

La plupart des contenus 360°de qualité sont actuellement filmés avec des GoPro. Charles JC Prober, Vice-President Software & Services.


Focus Numérique – Vous allez embaucher de nombreuses personnes en France ; quels sont les profils recherchés ?

Charles "CJ" Prober – Nous allons recruter dans nos trois bureaux français des personnes avec des profils d'ingénieur informatique. Pour GoPro Pigalle, il faut renforcer la partie développement sur mobiles par exemple, mais également les sciences de l'image : la recherche des meilleurs moments dans une vidéo doit devenir le plus pertinente possible.
Il y a en France des écoles d'ingénieurs d'un très haut niveau, comme Polytechnique, l'Epitech ou l'École 42. Je pense qu'il y a une très forte culture de l'image et de la vidéo. Il est important pour GoPro, qui est une société mondiale, d'avoir des équipes en recherche et développement et en marketing dans le monde entier. La France est un marché très important.

Focus Numérique – On a beaucoup entendu parler du drone Karma, puis plus rien. Comment se porte le projet ? Est-ce vraiment essentiel pour GoPro ?

Charles "CJ" Prober – Le projet n'est absolument pas abandonné et nous planifions un lancement pour la fin de l'année. Nous avons des exigences très élevées et nous n'avions pas pu les atteindre au printemps. Nous avons donc décidé de repousser la sortie du drone. Mais nous sommes définitivement dans la partie : il faudra compter avec GoPro ! C'est un petit marché, mais à la progression très importante. Et une fois de plus, GoPro est déjà de la partie. La plupart des solutions de capture d'images avec des drones fonctionnent avec des GoPro. Les utilisateurs sont déjà habitués et nous avons vraiment une place à prendre.

> Toute l'actualité (tests et articles)
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation