La plupart des appareils photo numériques et des logiciels de retouche affichent un outil appelé histogramme. Cette omniprésence tend à suggérer qu'un tel graphique a son importance. Si celui-ci peut à première vue sembler complexe, il est en réalité très simple à appréhender et constitue un allié de poids. En analysant la répartition des tons d'une image, cet outil permet en effet de soigner la prise de vues et de retoucher des photos avec précision.

Astuce photo : comprendre l'histogramme

LE PRINCIPE

Un histogramme est une représentation graphique de la gamme de tons d'une image. En d'autres mots, il permet d'évaluer dans quelle mesure une photographie comporte des tons clairs (hautes lumières) et des tons foncés (basses lumières). L'histogramme dépend donc principalement de l'exposition de l'image à laquelle il est affilié.

En photographie numérique, la quantité de tons qu'une image comporte est délimitée par la dynamique du capteur. Un appareil photo dont le capteur possède une bonne dynamique est apte à retranscrire une scène comportant à la fois des basses lumières et des hautes lumières.

Une fois la photo enregistrée par votre appareil, vous pouvez bien entendu visionner celle-ci pour en vérifier l'exposition. Seul problème, la quantité de tons affichés par l'écran dépend de sa propre dynamique. Les écrans d'appareils photo (tout comme certains écrans d'ordinateurs) sont bien souvent incapables d'afficher toute la gamme de tons réellement enregistrée par un capteur. Afficher l'histogramme permet alors de contourner cette limite et de vérifier avec précision l'exposition d'une image.

Histogramme
Histogramme affiché par Lightroom.

Quelques éléments clés permettent d'appréhender facilement un tel graphique. L'axe des abscisses (horizontal) indique la luminosité de l'image. Les tons sombres sont représentés par la partie gauche de l'histogramme tandis que les tons clairs sont représentés par la partie droite. La partie du milieu correspond donc aux tons moyens. L'axe des ordonnées (vertical) indique quant à lui la quantité de pixels pour chaque valeur de luminosité.

Si une partie de l'histogramme se situe à l'extrémité d'un des deux côtés du graphique, cela indique une perte de détails. Vous êtes alors en mesure de savoir si certains éléments de l'image sont sous-exposés (côté gauche du graphique) ou surexposés (côté droit du graphique).

EN PRATIQUE

Il est relativement simple d'observer dans quelle mesure un histogramme correspond à la photographie à laquelle il est affilié. À titre d'exemple, voici trois versions d'une même photographie, chacune d'elles étant exposée différemment.

Histogramme (sous-exposition)

Cette première image nous montre une photographie sous-exposée. En représentant une majorité de tons sur la gauche, l'histogramme nous indique une faible présence de hautes lumières ainsi qu'une perte de détails dans les basses lumières. Cette perte de détails correspond notamment à la partie inférieure de l'image, essentiellement composée de zones sombres.

Histogramme (surexposition)

À l'opposé, cette deuxième version présente une photographie à la limite de la surexposition. L'importance des tons présents sur la droite de l'histogramme nous indique une faible présence de basses lumières et une grande quantité de hautes lumières. Les tons clairs n'atteignant pas l'extrémité droite du graphique, il n'y a cependant pas de perte de détails. L'exposition peut donc être corrigée avec un logiciel de retouche.

Histogramme (exposition correcte)

Cette troisième et dernière version nous montre une photographie correctement exposée. Même si l'aspect du graphique nous indique la présence d'un ciel lumineux, l'histogramme affiche une répartition des tons relativement équitable. Il n'y a ici aucune perte de détails due à l'intensité lumineuse.

Suivant l'information voulue et le logiciel utilisé, il est possible d'avoir accès à différents types d'histogrammes. Les graphiques affichés précédemment, générés par le logiciel Lightroom, nous donnent des indications sur la luminosité générale de l'image (en gris) et sur l'intensité lumineuse de différentes couleurs.

Pour la même version de cette image, Photoshop permet d'avoir accès à ces informations par le biais d'un affichage composé de différents histogrammes.

Histogramme Photoshop
Histogramme affiché par Photoshop.
 

POUR CONCLURE

L'histogramme peut donc être d'une aide non négligeable, que ce soit lors d'une séance de prises de vues ou au moment de retoucher vos photographies. Comme pour tout outil, il serait cependant dommage de lui vouer une confiance aveugle.

L'aspect d'un tel graphique dépend en effet grandement de la scène photographiée. Un histogramme représentant la photographie d'un sujet positionné devant un fond noir affichera nécessairement une quantité inhabituelle de tons foncés.

S'il est donc impossible de juger de la qualité d'une image uniquement grâce à un histogramme, il est par contre utile de s'y référer pour vérifier que tous les éléments de la scène photographiée sont correctement retranscrits. N'hésitez pas à vous servir de cet outil lorsque, face à l'écran de votre appareil photo ou de votre ordinateur, la luminosité ambiante vous empêche d'apprécier correctement le niveau d'exposition d'une image.

> Toutes nos astuces photo
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation