Nous avons prêté à deux lecteurs de Focus Numérique le nouveau Canon PowerShot G7X pendant quelques semaines afin qu'il partagent avec nous tous leurs impressions sur ce le dernier compact expert de chez Canon. Christophe Ramonet et Gaël Le Guen ont été sélectionnés parmi les très nombreuses candidatures que nous avons reçues.

Lecteurs-Testeurs Canon G7X PowerShot

Deuxième partie : la qualité d'image

Nos deux lecteurs ont maintenant leur Canon PowerShot G7X depuis quelques jours. Après la prise en main de l'appareil, ils s'intéressent désormais à la qualité d'image.

L'avis de Gaël Le Guen

Gaël Le Guen, lecteur testeur Canon Powershot G7X
Gaël Le Guen, 38 ans, vit à Auray
et est en reconversion pour devenir professeur des écoles.
La qualité d'image, voilà un point primordial pour moi ! À quoi sert d'avoir un appareil expert si la qualité des images ne suit pas ?
Comme évoqué précédemment, j'ai été très agréablement surpris par les premières images que j'ai réalisées. Après presque une semaine d'utilisation, je dois dire que je suis toujours aussi content du G7X. Résultat : je porte toujours l'appareil avec moi.

Les images sont vraiment belles. Au niveau des couleurs, je trouve le rendu très fidèle. L'écran étant de bonne qualité avec un rendu flatteur, j'avais un peu peur de ce que cela donnerait sur un grand écran, mais là non plus, pas de problème : Canon a fait un superbe travail sur cet aspect-là aussi.

L'optique pour moi est un autre point fort du G7X. Elle est lumineuse et ça se voit ! On se surprend à prendre des photos sans flash et à les trouver plus qu'exploitables : même en pleine nuit, on peut faire des photos sans flash qui ne sont pas floues. Le zoom est également très polyvalent, bien plus que celui de certains concurrents. Pour moi, 70-75 au max, ce n'est pas suffisant.

Canon PowerShot G7X, test lecteurs, exemple de photos de famille (portrait) et d'intérieur, Gaël Le GuenCanon PowerShot G7X, exemple d'usage normal, photo de famille, photo d'intérieur,

Dans l'ensemble, les photos sont bonnes avec un beau piqué, à part peut-être sur les bords en grand-angle. Mais pour moi, cela ne m'a pas semblé être un problème. Par ailleurs, je n'ai rien remarqué au niveau du vignetage ou de la distorsion. Tout cela est d'un très bon niveau.

Canon PowerShot G7X,  test lecteurs, exemple d'usage normal, photo d'extérieur, Gaël Le Guen

La montée ISO est quant à elle plutôt bien gérée sur le G7X. On peut aller sans problème jusqu'à 1 600 ISO, le bruit est assez bien contenu. Tout n'est pas parfaitement net au-delà de 800 ISO, mais rien de rédhibitoire, sauf si vous imprimez de très grands tirages.

J'ai été également fort agréablement surpris par le flash, très bien équilibré. On l'utilise peu, mais lorsque c'est le cas, il fait du très bon travail.

Autre point primordial dans mon utilisation : le bokeh. Depuis l'abandon de mon reflex, j'étais en manque de beau flou d'arrière-plan. Et bien grâce au G7X, je peux enfin profiter de nouveau de ce petit plaisir qui me manquait tant. J'en suis ravi !

canon powershot G7X

Concernant la qualité des JPEG, je trouve que Canon a un vrai savoir-faire à ce niveau. Les photos ont un beau rendu, qui n'incite pas forcément un amateur comme moi à shooter en RAW puis à développer et retoucher les images. Par contre, si vous êtes un vrai expert, vous pourrez le faire sans problème et les retravailler.

L'avis de Christophe Ramonet

Christophe Ramonet, lecteur testeur Canon Powershot G7X
Christophe Ramonet vit à Noisy-le-Grand et travaille dans une enseigne culturelle.
On pouvait s'attendre à ce que ce Canon fasse beaucoup mieux qu'un compact ou un bridge classique, et c'est bien le cas.
En revanche, par rapport aux concurrents de sa catégorie, je dirais que le compact expert parfait n'existe pas encore.

J'aime bien les couleurs du G7X et le rendu agréable — voire flatteur — de ses JPEG. Ce sont là des qualités reconnues des boîtiers Canon. Cependant les JPEG présentent du lissage dès 1 600 ISO, et les fins détails en pâtissent, mais je préfère tout de même l'apparence du bruit sur ce Canon que celui produit par un Sony.

Les corrections optiques sont assez bien gérées, mais il arrive au grand-angle qu'il reste des aberrations chromatiques.

Canon PowerShot G7X, test lecteurs, exemple de photo, détail d'une sculpture, Christophe Ramonet

Face à des monuments, pour peu que l'on soit en contre-plongée, même légèrement, la perspective est faussée et il vaudra mieux être en RAW pour corriger cela (Lightroom 5.7 prend en charge le G7X).

Canon PowerShot G7X, test lecteurs, exemple de photo de nuit en pose longue, Champs-Élysées, Paris, Christophe Ramonet

Canon PowerShot G7X, test lecteurs, exemple de photo de nuit en pose longue, les quais de Seine, Paris, Christophe Ramonet

Les couleurs sont un peu renforcées en JPEG, et dans l'exemple de la pose longue sur les Champs-Élysées, l'Arc de Triomphe s'est retrouvé paré d'une teinte jaune alors que le RAW était plus naturel.
Le RAW conserve aussi assez bien les détails ; pourtant, je ne lui ai pas trouvé un potentiel énorme. L'écart avec le JPG existe, mais je n'ai pas trouvé cela toujours flagrant. Peut-être est-ce dû à un manque de piqué ? Ce n'est qu'une impression, subjective, mais je trouve les Sony RX100 meilleurs sur ce point.

Canon PowerShot G7X, test lecteurs, exemple de photo d'architecture, Christophe Ramonet

Canon PowerShot G7X, test lecteurs, exemple de photo macro, feuillage, Christophe Ramonet

Le piqué donne l'impression d'être meilleur à mesure que la focale augmente, mais il varie selon l'ouverture de façon différente. Au grand-angle, il mollit sur les bords après f/2,8, tandis qu'au téléobjectif, il est à son plus haut vers f/4 ou f/5,6. Après f/8, on perd rapidement en précision. Quoi qu'il en soit, le G7X est toujours bon au centre, et comme les JPEG ont un bon rendu, je pense que beaucoup pourront s'en contenter.

Canon PowerShot G7X, test lecteurs, exemple de photo d'architecture de nuit, façade d'église, Christophe RamonetCanon PowerShot G7X, test lecteurs, exemple de photo de nuit en mode P, statue de Clemenceau, Christophe Ramonet

De plus, j'ai été agréablement surpris par la qualité des images prises dans certaines situations délicates, et cela même en mode Auto ou P. Pour la photo de la statue de Georges Clemenceau en mode P, par exemple, l'appareil s'est calé à 800 ISO, f/2,5, avec un temps de pose de 1/20 s. Résultat : l'image est nette, peu bruitée, et l'ambiance est bien restituée.


Prochain volet : le bilan final de nos deux testeurs !

> 1er volet : prise en main
> L'ensemble du "Lecteurs-Testeurs Canon PowerShot G7X"

> Test Canon PowerShot G7X


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation