Nous avons prêté à deux lecteurs de Focus Numérique le nouveau Canon PowerShot G7X pendant quelques semaines afin qu'il partagent avec nous tous leurs impressions sur ce le dernier compact expert de chez Canon. Christophe Ramonet et Gaël Le Guen ont été sélectionnés parmi les très nombreuses candidatures que nous avons reçues.

lecteur-testeur canon G7X

Première partie : la prise en main

Nos deux lecteurs ont tous juste reçu le nouveau Canon PowerShot G7X et nous livrent leurs premières impressions sur l'appareil. Au programme de ce volet : prise en main, ergonomie, simplicité des menus, modes de prise de vue, autofocus, réactivité, polyvalence et le mode vidéo !

L'avis de Gaël Le Guen

Gaël Le Guen, lecteur testeur Canon Powershot G7X
Gaël Le Guen, 38 ans, vit à Auray
et est en reconversion pour devenir professeur des écoles.
À la première prise en main, le G7X fait son effet. L'appareil est bien construit, avec de belles finitions. Personnellement, j'adore la bague crantée. Il est beau, compact et solide.

Son poids est d'ailleurs surprenant pour un compact. Il semble presque lourd la première fois, quand on est accoutumé à un compact classique, mais on s'y habitue très vite. On a bien affaire à un appareil expert. Toutefois, il se cale bien dans la main et peut se glisser sans problème dans une poche, même de jeans (pas un slim). Je pense qu'il vaut mieux poser un film de protection sur l'écran pour éviter les rayures et surtout les traces de doigts (écueil du tactile).

La prise en main est rapide et simple. D'ailleurs, l'appareil s'allume plutôt vite — un gros avantage quand on a des enfants à photographier comme moi. Le paramétrage est assez simple.
Un bémol, tout de même : le manuel complet n'est pas fourni, il faut le télécharger.

Quand j'ai commencé à utiliser l'appareil, la première chose que je me suis dit, c'est : "Waouh !" Les photos sont superbes et l'écran, d'excellente qualité, les met en avant sans problème. Franchement, c'est bien mieux que mon ancien Nikon D90.

Personnellement, je ne trouve pas que l'appareil manque de réactivité. Je trouve même que grâce à l'écran tactile, on gagne en vélocité. Certes, ce n'est pas un reflex, mais on n'en est pas si loin et vu le prix du G7X, il faut savoir être raisonnable.

Canon Powershot G7X, test lecteurs, exemple de photo de jour, photo Gaël Le Guen

Un autre gros avantage de cet appareil est pour moi qu'il peut servir à tous : ma femme pourra l'utiliser en mode "tout auto" et elle obtiendra de superbes photos. Mais pour l'amateur averti que je suis, le G7X apporte un grand nombre de réglages qui me satisferont de la même façon. Il s'agit vraiment là d'un appareil polyvalent. Par exemple, en mode Auto, l'appareil n'arrivait pas à faire le point sur un objet en macro. Lorsque je suis passé en priorité ouverture, aucun problème. Le point s'est fait tout seul.

Même après quelques jours d'utilisation, certains réglages sont difficiles à trouver en navigant dans les menus de l'appareil. Cela n'aurait pas été un luxe d'avoir un manuel complet papier. Je pense que pour exploiter pleinement la bête, il faut un peu de temps, mais le jeu en vaudra la chandelle.

Le mode "Filtre artistique" est assez sympa et propose différents cadrages et filtres en automatique à partir d'une seule prise de vue. C'est assez chouette, même si ce n'est pas révolutionnaire.

Concernant le zoom numérique, je pense qu'il est totalement inutile car il altère grandement la qualité de l'image. Il vaut mieux le couper et faire un recadrage à partir d'une photo de bonne qualité prise avec le zoom optique. Pour la vidéo, le G7X "fait le job" sans problème.

Canon Powershot G7X, test lecteurs, exemple de photo de nuit, photo Gaël Le Guen

À noter : je n'ai pas réussi à télécharger les photos prises sur mon MacBook Air via le Wi-Fi. Par contre, je n'ai pas eu de problème sur mon iPad via l'appli Canon.

Dernier point, la batterie est très faible : chargé à plein, je n'ai pu prendre que 150 photos avec avant extinction de l'appareil... c'est très léger, je trouve. Il faudra acquérir une seconde batterie pour y remédier. À noter également : l'état de déchargement ne m'a pas semblé progressif (je suis passé de 3 barres à presque zéro en très peu de temps).

L'avis de Christophe Ramonet

Christophe Ramonet, lecteur testeur Canon Powershot G7X
Christophe Ramonet vit à Noisy-le-Grand et travaille dans une enseigne culturelle.
Au déballage, l'objet séduit. Petit, trapu, on le devine robuste. Le crantage des molettes et de la bague, sa finition granitée et la présence d'un repose-pouce le rendent moins lisse que les Sony RX100. La préhension est meilleure. Il rassure et on se sent à l'aise avec, à quelques détails près...

En effet, l'index qui presse le déclencheur appuie forcément sur le sélecteur de mode, ce qui gêne un peu au début, puis on s'y fait. Heureusement les molettes sont fermes et ne bougeront pas sous l'index.

Ensuite il y a la bague, bruyante, et qu'on ne peut bouger du bout des doigts tant elle est ferme. Il faut la prendre entre l'index et le pouce de la main gauche, mais en venant par le côté, les doigts sont un peu gênés par les angles du boîtier. Il est préférable de la saisir en passant dessous.

Quant à l'écran orientable, la charnière semble solide et l'affichage est bon. La vitre arrive très près des bords, il vaut mieux éviter les chocs.

Le G7X est assez réactif à l'allumage, son suivi du sujet est rapide, et la mise au point est généralement très rapide aussi, même avec le tactile. Il arrive toutefois que l'AF pompe quand il rencontre des zones insuffisamment contrastées à son goût.

Canon Powershot G7X, test lecteurs, exemple de photo de jour, photo Christophe Ramonet

Bon point, l'amplitude du zoom le rend plus polyvalent que le Sony RX100 Mark III et conserve la même ouverture. Utilisant le plus souvent un 24-105 mm sur mon reflex, je me suis senti à l'aise et léger avec ce compact dans la poche de ma veste.

On s'habitue très vite à son fonctionnement. Avec le sélecteur de mode sur le dessus et la touche "Set" associée à la bague crantée, on peut directement agir sur les réglages de chaque mode et on va rarement dans le menu, par ailleurs assez clair. Entre ces facilités de réglage, le Wi-Fi (très appréciable pour déclencher à distance ou sauvegarder sur un smartphone), l'écran orientable et tactile ainsi que les filtres et effets directement accessibles, on prend du plaisir à l'utiliser et tester toutes ses possibilités.

En intérieur et en automatique, il faut parfois faire attention au temps de pose, car l'appareil semble vouloir "ralentir" la montée ISO et compenser par une pose un peu plus longue, mais ce n'est pas systématique. C'est parfois difficile d'anticiper son comportement, alors je passe en semi-auto ou manuel.

Les réglages sont vite trouvés, on ne loupe rien. En ce qui concerne les effets, j'ai retrouvé le mode HDR mais pas de panorama. En mode prise de vue créative, l'appareil propose directement quelques effets. C'est amusant mais pas très pertinent. On trouve sur le sélecteur un mode de filtres plus complet, facile à gérer avec la touche "Set" et la bague crantée.

Canon Powershot G7X, test lecteurs, exemple de photo de jour, photo Christophe Ramonet

Pour la vidéo, le mode prévu sur le sélecteur permet notamment de basculer d'un mode standard vers un mode manuel où l'on peut gérer les paramètres d'exposition directement sur l'écran tactile, ce qui permet de ne pas faire de bruit. Attention, la vidéo peut se déclencher par une touche sous le repose-pouce, et il m'est arrivé plusieurs fois de l'activer sans faire exprès... À part ça, pour moi qui ne suis pas amateur de  vidéo, j'ai trouvé la qualité bonne avec un son correct ; toutefois, quand le sujet bouge beaucoup, on peut ressentir un manque de netteté.



Dans quelques jours, nous publierons la deuxième partie dédiée à la qualité d'image.

> Test Canon PowerShot G7X
> Retrouvez l'ensemble du test "Lecteurs-Testeurs Canon PowerShot G7X"
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation