La 17e édition du Prix HSBC pour la photographie a primé hier soir la Franco-britannique Leonora Hamill et le Français Eric Pillot.

Prix HSBC pour la photographie 2012, les finalistes - crédit Renaud Labracherie
Les 13 finalistes du 17e prix HSBC pour la photographie.

Le conseiller artistique de cette édition, Rafael Doctor Roncero, historien de l'Art madrilène, entouré d'un comité exécutif constitué, entre autres d'Agnès Gouvion de Saint-Cyr, a sélectionné dans un premier temps 13 photographes parmi plus de 500 dossiers participants.

Pour Rafael Doctor Roncero, la sélection représente douze façons de penser la photographie à travers le regard de treize photographes : « La photographie comme poésie, la photographie comme théâtre, la photographie qui contemple des autres comme le sont les animaux, le portrait qui assume et fait appel à une typologie picturale concrète, la photographie comme guérison, la photographie pour cataloguer les espaces que nous habitons, la photographie pour construire des images où se confondent la réalité et la fiction, la photographie pour tenter de capter l'écho d'un événement passé, la photographie comme alliée dans la reconstruction de la mémoire historique aussi bien personnelle que d'une société, la photographie comme fragments d'un voyage personnel, et enfin la photographie réalisée dans une partie du monde afin d'informer l'autre partie d'une situation d'injustice ou d'oubli, et surtout de la dénoncer. »


Multimedia I Warsaw 2009 © Leonora Hamill

Leonora Hamill
, lauréate 2012, née en 1978 à Paris, a suivi des études de photographie à New-York et Londres. Sa série Art in Progress, 2012 est un catalogage des espaces construits comme les écoles d'art et les ateliers d'artistes. Son œil sillonne ainsi le monde pour constituer un répertoire des actes et pratiques artistiques avec une esthétique froide et directe, où la trace de l'être humain est palpable mais absente visuellement.

Eric Pillot
In Situ, 2010 © Eric Pillot

Eric Pillot
, lauréat 2012, agé de 44 ans, après des études scientifiques, fait ses classes en photographie dans les ateliers de Bernard Plossu, Paul den Hollander et Jean-Claude Bélégou. Pour sa série In Situ, 2010, son regard l'a amené à se rendre dans divers zoos européens pour se confronter au nouveau statut de l'animal sauvage, celui de la captivité. Ici l'être animal a la présence si particulière, intrinsèque à l'environnement créé de toutes pièces par l'homme. Pour Rafael Doctor Rancero « Eric Pillot fait un portrait de l'état de désolation de ces êtres vivants si proches et cherche en même temps la confrontation de leur regard. » Une démarche documentaire mais empreinte d'une grande poésie.

Des histoires d'aujourd'hui racontées par des approches et des regards singuliers.
Contact LES RDV PHOTOS Charte de la vie privée