Près de 300 personnes étaient réunies de mercredi à vendredi derniers au MAS dans le 13e arrondissement parisien pour la deuxième édition des journées Pep’s. Des conférences plénières, des ateliers en petits groupes et surtout beaucoup d’échanges entre photographes et vidéastes étaient au programme de ces trois jours.

journées pep's 2016

Dès les premières minutes de la conférence d’ouverture, nous sommes frappés par le pourcentage de femmes dans la salle. Elles représentent environ 80 % des participants dont l’âge moyen se situe aux alentours de 30-35 ans. C’est bien différent des salons auxquels nous assistons généralement ! Dans l’assemblée, les participants sont donc jeunes, souvent autodidactes et exercent depuis trois à cinq ans en moyenne. Ils sont nombreux à pratiquer une double activité d’infirmier, de banquier ou d’agent de mairie pour les personnes avec lesquelles nous avons échangé. « Pour beaucoup, la période de transition est nécessaire afin d'étoffer leur portfolio et d'être sécurisé d'un point de vue financier. » analyse Amélie Soubrié co-organisatrice des journées Pep’s. Lassés de l’image vieillissante de certaines organisations professionnelles - quand ils les connaissent - les participants nous expliquent qu’ils sont venus de toute la France pour le charisme, l’énergie et la bonne humeur des organisatrices Agnès Colombo et Amélie Soubrié. Et c’est d’ailleurs sous une véritable ovation que les deux photographes entrent dans la salle pour lancer cette deuxième édition des journées Pep’s.

pep's facebook
Les journées Pep's, c'est avant tout de la bonne humeur, une ambiance décontractée et beaucoup de selfies partagés sur les réseaux sociaux comme cette photo extraite du compte Facebook de l'événement.

Un concept venu des US

L’idée de ces journées leur est venue il y a deux ans, après un séjour à Las Vegas pour le WPPI (Wedding and Portraits Photographers International). « On parle très mal anglais alors nous avons imaginé organiser le même genre d’événement en France avec des intervenants francophones qui connaissent le marché français » explique Agnès au micro. Et dès la conférence d’ouverture qui se déroule dans la salle plénière, le ton est donné : Fred Colantonio réalise devant une salle survoltée une prestation entre le one man show et le coaching, détaillant son étude sur la réussite professionnelle de personnalités reconnues publiée dans son ouvrage L’attitude des Héros. Les participants sont conquis.

pep's 2016

Programme à la carte

Pendant trois jours, quarante intervenants se sont succédés proposant des conférences et des ateliers autour de thématiques variées liées aux techniques photographiques, à la réalisation vidéo, la narration, les questions juridiques, les techniques de marketing ou encore la réalisation de sites web. En fonction de leur date d’inscription et du tarif qui va de 380 € à 680 € pour trois jours, les participants, dont une écrasante majorité a bénéficié du financement des organismes de formation, ont pu choisir sur une plate-forme Internet dédiée les ateliers auxquels ils souhaitaient participer en fonction de leur spécialité et de leurs envies. Nous en avons fait de même et nous avons beaucoup apprécié l’outil qui nous a permis de composer notre programme de manière à assister à différents types de conférences en fonction des places restant disponibles.

journees pep's 2016

Au final, nous avons participé à un atelier de Gabriel Menassier sur la stabilisation en vidéo suivi d’un autre sur les techniques d’éclairage au flash Cobra de la Nikon School avant de poursuivre par une conférence de Marie Astrid Agasse sur les techniques pour "être et rester unique dans un marché submergé" avant de terminer par une séance en petit groupe avec Joëlle Verbrugge sur les contrats des photographes de mariage. Le lendemain, notre journée a débuté avec une présentation des systèmes de stabilisation DJI par une équipe de Lovinpix. Elle s’est poursuivie par une conférence de Joanie Dachy sur les séances photo de nouveau né, avant d’enchaîner sur un échange avec Ali Terraoui sur la narration en vidéo pour s’achever par l’exposé de Jonathan Udot sur son organisation de travail autour de sa double activité de photographe de mariage et d’infirmier en réanimation.

journées pep's 2016 Ed Peers

Le dernier jour a quant à lui été consacré à des séances plénières où se sont succédés le photographe de mariage britannique Ed Peers, le couple canadien Brianna et Ewan Phelan spécialisé dans le boudoir et à nouveau Fred Colantonio. Notez que les organisatrices ayant avoué leur petit niveau d’anglais, elles avaient tout prévu et les conférences du dernier jour étaient traduites en direct via un système de casques disponibles pour tous les participants. L’an dernier, les journées Pep’s étaient limitées à deux jours, et c’est pour « proposer aux participants de voir plus loin, de découvrir ce qui se passe à l'étranger, mais surtout de leur prouver qu'il est possible de voir grand » selon les propos d’Amélie que cette troisième journée a été ajoutée.

Le bilan

Après trois jours d’échanges, de discussion et d’écoute, nous repartons des journées Pep’s avec un autre regard sur le métier de photographe social. L’organisation irréprochable, le dynamisme de l’équipe composée de 2 à 9 personnes suivant les jours et l’enthousiasme des intervenants comme des participants présentent un effet contagieux qui donne réellement envie de croire en ses capacités. « J’ai pris une vraie dose d’optimisme » nous confie d’ailleurs une des participantes. Alors que nous nous attendions à des formations plus conventionnelles, nous nous sommes laissés portés par l’émulation de groupe et la forme plus détendue, voulue par les organisatrices. « Le métier de photographe aujourd'hui repose davantage sur la personnalité, la motivation, l'envie et la passion que sur la technique comme cela pouvait être vrai autrefois. Nous n'avons fait qu'encourager une synergie naissante et espérons de tout cœur avec Agnès que d'autres initiatives de ce style verront le jour en 2017 pour poursuivre et accentuer ce mouvement. » analyse d’ailleurs Amélie.

On ne peut que donner raison à la jeune femme tant le métier de photographe, et surtout dans les domaines du mariage ou du portrait social, demande de séduire et de fidéliser ses clients. Mais à nos yeux la technique et la culture photographique restent indispensables aux attributs d’un bon photographe. Et sur ces points, nous avons à la fois été surpris du peu de connaissances des participants et un peu déçus de n’avoir pu profiter d’ateliers plus pointus. Chacun limité à une heure et demie, ils ne laissaient pas beaucoup le temps d'approfondir et semblaient parfois conçus pour que chaque intervenant puisse donner envie aux participants de suivre ultérieurement un de ses workshops ou une de ses séances personnalisées.

journées pep's 2016

Nous avons également été très surpris du nombre d’auto-entrepreneurs présents à ses journées. Ils étaient près des trois quarts selon nos estimations. Si Amélie constate comme nous qu’il s’agit « tout simplement de la réalité du métier de photographe aujourd'hui », c’est à nos yeux un constat inquiétant à la fois concernant la précarité des personnes que nous avons rencontrées et celle des photographes de mariage qui relèvent du statut d’artisan et se trouvent handicapés par leurs lourdes charges professionnelles. Mais cela montre aussi combien les initiatives comme ces journées Pep’s sont importantes pour apporter un peu de fraîcheur, d’entrain et de bonne humeur à tous les acteurs d’une profession qui fait rêver mais ne s’avère pas toujours facile. C’est sur ce point un pari réussi pour les organisatrices et il suffit de se rendre sur la page Facebook de l’événement pour constater la satisfaction des participants. Alors vivement l’année prochaine ?« Les Journées Pep's n'auront pas lieu en 2017 mais nous espérons pouvoir repartir dans l'aventure au 1er trimestre 2018. Après 2 sessions en un an et demi, nous pensons qu'il est temps pour nous de recharger les batteries. Nous souhaitons également voir ce qui se fait ailleurs et réfléchir aux évolutions que nous souhaitons apporter à cet évènement pour continuer à le faire vivre et surtout grandir encore. » conclut Amélie.

Lire aussi :

> Pep's 2015 : le lieu de rencontre et d'échanges sur la photo sociale
> Les conventions photo : une nouvelle mode venue des US
> Toute l'actualité
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation