Envie de faire plaisir à un amateur photographe pour Noël ? Plutôt qu'un cadre photo, offrez-lui une demi-journée de stage. Différentes formules existent ; nous avons testé pour vous deux formations de Je veux être photographe ! : Paris la nuit et Portrait en extérieur.

L'idée est simple. Le manuel d'un appareil photo pour amateur ou expert s'adresse essentiellement à ceux qui savent quelle fonction ils cherchent et veulent savoir où la trouver ; il n'est pas fait pour donner un cours de photo. Or, la part de marché des appareils avancés ne cesse de progresser, portée par la baisse régulière de prix des reflex et l'arrivée des compacts à objectifs interchangeables. Corollaire : des personnes venues à la photo par des compacts automatiques désirent progresser, sans avoir le bagage technique qu'avaient les premiers acheteurs de reflex numériques, issus du reflex ou du télémétrique argentique et familiers des notions de vitesse, de profondeur de champ ou de mise au point.


Paris la nuit, exercice 1 : "je veux le feu tricolore avec les trois lumières et les traînées des voitures". Commentaire très diplomate de Franck Vogel : "Attention au cadrage : les feux coupés à gauche cassent l'équilibre de l'image et le lampadaire à droite aurait gagné à être un peu plus centré pour revenir vers le point de force."

Je veux être photographe !, fondé par Caroline Maurel, se donne donc pour but de vous accompagner dans votre évolution. Pour cela, l'entreprise propose une gamme de stages d'une demi-journée, appuyés sur une recette éprouvée : formation théorique d'environ une heure, puis passage à la pratique avec quelques exercices imposés, et enfin débriefing autour d'un café et commentaire de photos sélectionnées par les stagiaires.

L'ensemble est administré par un professionnel, Je veux être photographe ! préférant s'entourer de réels photographes que de formateurs professionnels : dans notre cas, les stages auxquels nous avons assistés étaient placés sous le patronage de Franck Vogel, reporter passé sous les feux des projecteurs cet automne notamment pour ses travaux sur les albinos tanzaniens et les Bishnoï indiens. Passionné, pédagogue, patient au besoin, aussi doué pour expliquer un réglage que pour transmettre sa passion du reportage... Caroline Maurel explique que la sélection de photographes alliant toutes les qualités requises est parfois un casse-tête, mais que ce profil est un élément important du succès des formations.

La formule est agréable, et Je veux être photographe ! propose des stages de différents niveaux — de la découverte de l'exposition au travail en studio. Les tarifs varient selon le niveau et le type de stage envisagé, commençant à 85 € — ce qui peut faire un cadeau de Noël raisonnable — et des offres de quatre ou six stages sont proposées. Je veux être photographe ! est présent à Paris et Toulouse, et devrait être étendu vers de nouvelles destinations l'année prochaine.

> Je veux être photographe !

Les autres formations à la photo
> Comme une tomate
> Rendez-Vous Photo
> Itinerancesphoto

PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation