Lors de la présentation des nouveaux Lumix G2 et G10, nous avons pu rencontrer Uematsu Michiharu, responsable du développement de la gamme Lumix chez Panasonic Japon. L'occasion de lui poser quelques petites questions.

Uematsu Michiharu Panasonic Japon interview exclusiveFocus Numérique : Canon vient d'annoncer un nouveau reflex avec un capteur de 18 Mpix (APS-C). Pensez-vous que la définition soit un élément important pour le grand public ?

Uematsu Michiharu : Je crois que nous devons stopper la course aux pixels dans les années à venir et nous concentrer sur d'autres éléments pour améliorer la qualité des images. Je pense qu'aller au-delà de 12 mégapixels n'est pas vraiment nécessaire pour des appareils grand public. Cette définition est largement suffisante pour la photo et l'augmentation de la définition ne sert à rien pour la vidéo. En vidéo, l'appareil doit enregistrer tous les pixels pour ensuite sous echantillonner en 2 mégapixels pour de la vidéo full HD.

Focus Numérique : Vous avez tous les éléments pour créer un caméscope micro 4/3. Pouvons-nous espérer un modèle expert à objectifs interchangeables assez rapidement ou n'est-ce qu'un rêve?

Uematsu Michiharu : Au sein de Panasonic, nous avons 2 divisions : photo et vidéo. Je ne peux pas répondre pour un autre département sur ce sujet, désolé.

Focus Numérique : Avec le format Micro 4/3 beaucoup de photographes attendent des objectifs "pancake" légers et lumineux. Pour l'instant vous n'avez qu'un 20 mm f/1,7. Peut-on espérer d'autres modèles très rapidement et notamment un grand-angle ?

Uematsu Michiharu : Nous allons bientôt proposer un 14 mm f/2,8 avant la fin de l'année (NDR : probablement cet été ou pour la Photokina) soit un équivalent 28 mm en 24x36 dans un format pancake, mais pour les autres modèles, je ne peux encore rien dire.

Uematsu Michiharu Panasonic Japon interview exclusiveFocus Numérique : Les nouveaux G2 et G10 disposent de la même mécanique que les premiers G et notamment un obturateur mécanique assez bruyant. Est-il raisonnable d'imaginer un jour un G sans obturateur et remarquablement silencieux ?

Uematsu Michiharu : Techniquement, c'est tout à fait possible.... En fait, cela dépend du système de lecture du capteur. Jusqu'à maintenant, nous devons utiliser un obturateur mécanique pour avoir une bonne qualité d'image, mais typiquement en mode vidéo ou visée sur écran, nous n'utilisons pas l'obturateur mécanique. Pour ne plus avoir à utiliser d'obturateur mécanique, nous devons apporter quelques modifications techniques à nos capteurs pour une lecture plus rapide des données. Nous allons dans ce sens. Je crois aussi que certains clients aiment bien ce bruit, mais personnellement je n'aime pas !




Focus Numérique : Les nouveaux boîtiers n'apportent finalement que peu d'avancées technologies. Quels sont les axes de recherche actuellement ?

Uematsu Michiharu : Effectivement, les nouveaux modèles sont des évolutions du premier G1, mais la qualité des images est améliorée notamment avec le nouveau processeur de traitement des images. Nous améliorons les choses petit à petit, mais dans les prochaines générations l'autofocus et la visée électronique seront plus performants. Il faut être patient. Avec la première génération d'appareils G nous avons dépassé de nombreuses limites, les améliorations seront sans doute moins impressionnantes.


Uematsu Michiharu Panasonic Japon interview exclusiveFocus Numérique : J'ai l'impression que les progrès viendront principalement du traitement des images.

Uematsu Michiharu : Vous avez raison. Alors qu'il fallait autrefois d'excellentes optiques pour avoir de belles images avec des films, aujourd'hui la plupart des défauts optiques (distorsion, vignettage, aberrations chromatiques...) peuvent se corriger numériquement. Les optiques doivent offrir un bon piqué, mais pour le reste, nous pouvons tout traiter. La photo est désormais en grande partie une affaire de logiciel et d'électronique, c'est pourquoi des acteurs comme Sony apparaissent maintenant.

Focus Numérique : Pourquoi garder un format "petit reflex" pour lancer un produit plus grand public et non pas une forme plus proche d'un compact comme le modèle Olympus ?

Uematsu Michiharu : Beaucoup de personnes sont encore attachées au viseur qu'il soit optique ou électronique même si dans les faits pratiquement tout le monde vise à bout de bras. Il est important d'avoir une gamme d'appareil avec un viseur. Nous avons conservé cette forme de "reflex" tout simplement parce qu'il plait. Pour certains photographes débutants, le fait d'avoir une forme qu'ils connaissent bien et qu'ils identifient comme qualitative est finalement très important.

Merci à Sophie Ripeau, Luc Saint-Elie et Philippe Sergent pour l'organisaton de cette entrevue.
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation