La conférence Google I/O 2016 a marqué un pas de plus dans le processus d'industrialisation d'un smartphone modulaire s'articulant autour d'un endosquelette et dont l'association correspond à ce que l'on connaît depuis plusieurs mois sous le nom de code "projet Ara". Alors que nombre de critiques high-tech ont exprimé leur déception en réaction aux ambitions de modularité revues à la baisse, quelques fans de photographie ont manifesté leur joie à la vue d'un module photo éjectable.


Bien que la réaction du public semble quelque peu disproportionnée, il convient de garder à l'esprit qu'un tel projet permettrait aux utilisateurs de personnaliser leur smartphone en fonction de l'utilité qu'ils en ont, des fonctions qu'ils souhaitent lui attribuer, ainsi que de leur budget. Les photographes que nous sommes pourraient quant à eux sélectionner le module photo (couple capteur/optique) qui leur conviendrait le mieux et pourquoi pas disposer de plusieurs modules dans le but de changer de focale lorsque la situation le demande.

Google projet Ara

Si l'aspect modulaire d'un tel smartphone est ici bien plus avancé que celui du LG G5 — notamment grâce à une large ouverture aux développeurs externes —, il semblerait que Google ait été obligé de revoir ses ambitions à la baisse sur certains points. Baptisé "Spiral 3", le modèle présenté lors du Google I/O s'éloigne donc quelque peu du projet initial par le fait qu'il comporte des éléments figés (tels que le SoC et l'écran), provoquant l'ire de certains passionnés de la première heure.

Google projet Ara

Bien que ce compromis permette une certaine simplification, des problématiques inhérentes à la nature modulaire du système semblent encore faire obstacle a une rapide commercialisation. Du côté technique, beaucoup s'interrogent ainsi sur le degré de compatibilité avec Android, système d'exploitation conçu, aujourd'hui encore, pour fonctionner avec une configuration matérielle figée. D'un point de commercial et sociétal, on peut de plus s'interroger sur la viabilité d'un tel projet au milieu d'acteurs de la téléphonie bien établis et auprès de consommateurs aux habitudes désormais difficiles à faire évoluer.


Si le projet Ara pourrait donc largement contribuer à faire évoluer le monde de la photographie sur smartphones, il faudrait pour cela qu'il conquiert bien plus que le cœur des photographes. Un premier terminal devrait être vendu aux développeurs cette année, puis auprès du grand public en 2017.

> Tous les smartphones testés
> Toute l'actualité
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique
Source : Google Ara
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation