Hier, nous avons eu la possibilité d'essayer pendant quelques heures des exemplaires définitifs du compact expert Fujifilm : le X100. Une bonne occasion de se familiariser avec "la bête".

En préambule, Renaud Thierry, directeur de Fujifilm France a tenu à nous rassurer sur la situation au Japon. Aucun employé n'a été atteint par les différentes catastrophes (tremblement de terre, tsunami, accident nucléaire).
Les usines ne sont pas détruites, mais certaines lignes de productions sont toutefois endommagées  et notamment certaines qui produisent le compact expert X100. Les dégâts ne seraient pas trop sérieux, mais des retards sont à craindre quant à la livraison des produits, car c'est également sur toute la logistique qui entoure la production des boîtiers que des incertitudes subsistent (Sendai est l'un des plus gros ports commerciaux du pays).
Le lancement commercial du produit serait donc décalé, de manière peut-être optimiste, au mois de mai et plus probablement au mois de juin.

Renaud Thierry directeur général de Fujifilm France pour le lancement officiel du X100
Renaud Thierry, directeur général de Fujifilm France.

Une petite dizaine de produits définitifs étaient disponibles lors de la présentation officielle du X100 (un exemplaire de test devrait arriver très prochainement à la rédaction), mais nous pouvons d'ores et déjà émettre un premier avis sur les quelques heures passées avec le compact.

Boîtier d'exception

Les premiers contacts avec le X100 sont convaincants et la finition est de bien meilleure qualité que sur les différents prototypes que nous avions pu prendre en mains précédemment. Le revêtement est agréable et les différentes molettes sur le dessus du boîtier (vitesse, correction d'exposition) tournent avec délicatesse. Le compact tient bien en main et sa masse relativement importante (un peu plus de 450 g tout équipé) rassure.

Ergonomie : de petites choses à revoir

Difficile de donner un avis définitif sur un appareil que nous n'avons utilisé que quelques heures, mais si globalement l'appareil s'avère très agréable d'emploi, quelques éléments viennent perturber une mécanique bien huilée. Ainsi, le bouton de validation positionné au centre de la roue codeuse, est un peu dure à enclencher. À peine affleurant, il n'est pas rare d'appuyer sur l'un des axes du trèfle au lieu de valider une option.

Fujifilm X100 dos

Un basculeur (en haut et à droite) cliquable situé au dos de l'appareil est une riche idée.Toutefois, celui-ci n'est pas vraiment exploité notamment à la prise de vue ou son utilité est réduite. Pour l'instant, ce basculeur n'est pas personnalisable . Il serait pourtant pratique de pouvoir associer le choix d'un collimateur AF ou le choix de la mesure de la lumière à cette commande. Peut-être dans une prochaine mise à jour ? On regrette également que l'emplacement de la carte SD (SDXC USH-1) soit situé dans la semelle du boîtier, un endroit peu pratique lorsque l'appareil est monté sur pied.

Visée et écran : bilan mitigé

La pièce maîtresse reste bien sûr le viseur hybride de l'appareil. En mode optique, celui-ci s'avère lumineux et agréable à utiliser (même avec des lunettes). L'écran LCD permet d'afficher un nombre important d'informations sur la prise de vue (correction d'exposition, balance des blancs, simulation film, mise au point, ouverture, sensibilité ISO, batterie, nombre de vue...). 

Fujifilm X100 viseur optique information
La visée optique du Fujifilm X100.

Le cadre de visée ne couvre que 90% du champ de la photo. Concrètement, lorsque vous cadrez à l'aide des repères, vous obtenez un cliché sensiblement plus large. Libre au photographe de retoucher ses images pour retrouver le cadrage initial.

En mode numérique, les premiers essais sont plutôt sympathiques. La précision de l'image est bonne, plutôt contrastée et la dynamique de bon aloi. Toutefois, sous un éclairage artificiel ou en basse lumière, le moindre mouvement met en évidence un affichage saccadé et des flous. Lors de la mise au point, l'affichage se fige quelques instants, interdisant donc tout suivi d'un sujet en déplacement. En pleine lumière, l'affichage retrouve un peu de fluidité. Toutefois, on réservera la visée électronique aux conditions délicates (manque de lumière, vérification de la balance des blancs, histogramme d'exposition...). Au final, la visée optique se montre beaucoup plus agréable et à l'usage, il est probable que le photographe choisira cette option dans la plupart des situations.

Mise au point et réactivité

En visée optique, l'autofocus se montre plutôt véloce. Nous n'avons de chrono, mais notre sentiment est plutôt bon. L'appareil réagit bien et accroche facilement les sujets. Toutefois, nous avons quelques surprises avec notamment l'impossibilité de faire le point sur certains sujets, comme un téléviseur en fonctionnement.
La mise sous tension n'est pas très rapide, mais on prendra donc soin de laisser le X100 allumé afin de pouvoir photographier sur le vif. La distance minimale de mise au point (mode normal) est de 80 cm et 10 cm en mode macro. Entre les deux, impossible de faire un cliché. Il faudra donc prendre certaines habitudes. En mode macro, la mise au point se montre également un peu plus hésitante. La mise au point manuelle n'est pas franchement évidente, la bague de réglage de l'ouverture bloquant les doigts trop rapidement. Il faudra donc faire bouger la mise au point par dessous, à la manière d'un Leica, l'ergot si pratique, en moins. 
L'interface graphique est également un peu lente, mais rien de rédhibitoire. Plus gênant peut-être (et malgré la compatibilité SDXC USH-1), le X100 se montre peu rapide lors de l'enregistrement des images. En raw+Jpeg, il faut bien patienter plusieurs secondes avant d'avoir la main sur l'interface et changer un paramètre de prise de vue. Cela n'empêche toutefois pas d'enchaîner les prises de vue. Ouf.

Qualité des images

Les premières réalisées avec le X100 sont plutôt convaincantes. Nous attendons de recevoir notre exemplaire de test pour réaliser une montée ISO, mais les essais réalisés à 3200 voire 6400 ISO sont étonnants : le bruit électronique est très fin et peu coloré. Les images conservent beaucoup de détails et sont globalement très agréables. Vous pouvez déjà télécharger quelques images en pleine définition sur notre galerie d'images. On pourra toujours reprocher au X100 de délivrer des images un peu douces (un peu comme celles des reflex expert ou pro) et il faudra sans doute accentuer les images soit dans les menus de l'appareil, soit sur l'ordinateur en postproduction.

> Galerie d'images Fujifilm X100

PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation