Avec le X100, Fujifilm pourrait bien nous réserver la plus belle surprise de cette Photokina 2010. En effet, la marque présente un compact à grand capteur APS-C doté d'un viseur unique en son genre, le tout dans un boîtier aux allures de Leica M9. Sigma et Leica ne sont donc plus seuls sur le segment des compacts experts à grands capteurs !

Fujifilm X100
Un télémétrique signé Fujifilm ? Non, un compact à gros capteur APS-C au design bien inspiré.

Alors que tout le monde attendait l'arrivée de Fujifilm avec un appareil Micro 4/3 (Fujifilm est membre du consortium), la marque nippone créée la surprise (pour une fois bien gardée) avec un compact équipé d'un capteur APS-C de 12 Mpix. Celui-ci est probablement le CMOS qui équipe déjà une bonne partie des reflex actuels (Nikon D90, Pentax K-x), mais également le compact X1 de Leica. Le communiqué de presse précise que celui-ci a été amélioré en interne afin de mieux collecter la lumière en bordure de capteur et éviter l'assombrissement en périphérie. Pour cela, les ingénieurs semblent avoir réorganisé le réseau de microlentilles afin d'optimiser le trajet de la lumière.

Fujifilm X100 capteur optimisation
Détails de l'organisation du réseau de microlentilles sur le capteur du Fujifilm X100.

Ce capteur CMOS est capable de filmer en HD, mais nous n'avons aucune précision sur la définition des images ou la cadence d'enregistrement. Nous n'avons également que peu d'informations sur le système autofocus. Il s'agit ici sans doute d'un module par différence de contraste sur le capteur principal (malheureusement Fujifilm n'a pas utilisé son système par corrélation de phase intégré dans le capteur sur ce modèle). Reste à découvrir si le X100 sera aussi rapide qu'un Panasonic GH1 ou Sony NEX-5 par exemple. 

Nouveau processeur d'images EXR

Avec ce nouveau capteur, Fujifilm a également développé un nouveau processeur de traitement du signal EXR. À l'image des options déjà disponibles sur les compacts de la marque, nous devrions retrouver des options pour améliorer la dynamique des images ou la réduction du bruit électronique. Fujifilm annonce également une excellente réactivité qu'il faudra vérifier lors de nos tests. Un autre bon point, la marque présente avec X100 une nouvelle interface graphique à la fois pour les réglages de l'appareil et les menus. Sur ce point, les informations sont laconiques et il faudra là aussi attendre une véritable prise en mains pour s'assurer de ces avancements. Dans tous les cas, le changement est bienvenu, car la simplicité des interfaces des compacts Fujifilm n'est pas la principale qualité de que nous retenons.

Optique fixe lumineuse

Autre caractéristique intéressante du X100 du Fuji : l'optique. Il s'agit d'une focale fixe de 23 mm. Celle-ci est équivalente à 35 mm sur un système 24x36 et s'avère plutôt lumineuse avec une ouverture à f/2. L'objectif griffé Fujinon a été entièrement développé et optimisé pour le capteur APS-C. La formule optique comprend 8 éléments en verre moulé. Cet objectif est fixe (non rétractable) et n'a donc pas besoin d'être déployé lors de la mise en route. Voilà qui devrait faire gagner un temps précieux. Sur le papier, l'optique du X100 semble donc plus intéressante que l'Elmarit 24 mm f/2,8 du Leica X1 ou que le 24 mm f/2,8 du Sigma DP2s. Pour l'instant sur ce segment, seul le DP1x propose un vrai grand-angle à 28 mm (eq. 24x36) ouvert à f/4.

Fujifilm X100 optique
Structure optique du Fujinon 23 mm f/2 et ses courbes de MTF.

Fujifilm a également des choix assez "luxueux" pour son optique. Ainsi, le Fujinon propose un diaphragme à 9 lamelles qui devrait offrir un joli bokeh. Un filtre de densité neutre est également (3 IL) est également disponible pour à la fois permettre des poses à pleine ouverture par temps ensoleillé ou augmenter le temps de pose. Un mode macro est également disponible avec une mise au point à 10 cm.

Une visée optique ET électronique

L'autre singularité du Fujifilm X100 est son système de visée. En effet, le compact propose une visée hybride, combinaison d'un viseur optique classique de type "reverse galilean" qui est en fait un télescope inversé. Ce type de viseur se retrouve sur de nombreux compacts argentiques ou numériques et notamment sur le G12 (il présente une image réduite de la scène visée, ici, le grossissement est de 0,5x). Le principal avantage de ce type de viseur est qu'il procure une visée claire et précise. Toutefois, les informations annexes (vitesse, sensibilité iso, ouverture...) sont souvent indigentes et des problèmes de parallaxe peuvent apparaître pour des sujets proches (mode macro notamment). Le X100 propose, semble-t-il, une synthèse idéale de deux techniques : la visée optique et la visée directe (ce que voit le capteur). Le secret ? Un prisme qui permet de transmettre, selon les besoins, des informations provenant d'un panneau LCD et/ou de la visée optique. L'écran LCD affiche 1 440 000 points et une définition en 800*600 points. Il s'agit probablement du modèle Epson qui équipe déjà le viseur optionnel de l'Olympus Pen E-P2 et qui nous a particulièrement séduits.

Fujifilm X100 visée
Un prisme qui bouleverse les habitudes de la visée. À gauche, le prisme renvoie l'affichage de la visée directe (image vue par le capteur) dans le viseur. À droite, en plus de la visée optique, le prisme permet d'afficher des informations complémentaires dans le viseur.

Les avantages sont évidents. Lors de la visée optique (normalement lumineuse et précise), le prisme permet d'afficher en surimpression des informations dont nous avons du mal désormais à nous passer : vitesse, sensibilité, ouverture. La liste des options affichables n'est pas indiquée, mais nous imaginons qu'il sera possible de visualiser un histogramme d'exposition, les différentes zones de mise au point, la balance des blancs. Il sera normalement possible d'afficher uniquement la visée électronique. Vous pourrez donc contrôler la balance des blancs, vérifier le cadrage (sans doute 100%), avoir un meilleur rendu dans la pénombre avec une amplification du signal ou modifier des options dans les menus. Un bouton à l'avant du boîtier permettra de passer d'un mode de vue à l'autre. En outre, la visée optique permettra de suivre un sujet en mouvement sans la moindre interruption et devrait également accélérer la réactivité du boîtier lors du déclenchement. Autant vous dire que nous sommes impatients de jeter un œil dans un X100 !

Fujifilm X100 commande visée

Cette commande positionnée à côté de l'objectif n'est pas sans rappeler les retardateurs de certains reflex. Les concepteurs chez Fujifilm ont le sens du détail !

Fujifilm X100 bouton avant
Une gâchette placée sur l'avant de l'appareil, comme sur certains reflex argentiques !

Une sacrée "gueule"

Bien sûr, ce qui pourra séduire immédiatement certains photographes, c'est le design du X100. Après Olympus et son Pen remis au goût du jour, c'est au tour de Fujifilm de tirer sur la corde sensible de la nostalgie de l'argentique. Le X100 définitivement "vintage" fait immédiatement penser à un télémétrique (allez disons le tout de suite, un télémétrique d'origine allemande...) avec une reprise de certains codes : viseur optique déporté sur le côté, large molette sur le dessus pour régler la vitesse d'obturation, le correcteur d'exposition, bague de réglage du diaphragme sur l'optique...Une partie du châssis est en alliage de magnésium (léger et solide) et toutes les molettes de réglage sur le dessus sont en métal. Summum du luxe, le revêtement du boîtier est en partie en cuir ! Voilà qui place définitivement le X100 au rang des appareils d'exception. Il ne reste plus qu'à espérer que les tarifs ne soient pas aussi fastueux...

Fujifilm X100 leica X1
Un Leica X1 et un Fujifilm X100 côte à côte. Hormis les noms assez proches (!), les deux boîtiers ont quelques airs de famille...

Pour autant, le X100 n'oublie pas ses fondations numériques. Au dos, nous trouvons naturellement un écran LCD (aucune précision technique, mais il semble assez petit) et une interface plutôt moderne : roue codeuse pour naviguer dans les options, basculeur (cliquable ??), touche Fn sans doute personnalisable (pour la sensibilité ISO) sur le dessus, commande raw...

Fujifilm X100 dos
Fujifilm X100 : une interface complète.

Notre premier avis :

Difficile de se prononcer sur un appareil dont nous ne connaissons pas la moitié de la fiche technique ni le prix. Pourtant, ce X100 est diablement et doublement excitant. Doublement puisqu'il vient à la fois jouer les troubles fêtes parmi les compacts à gros capteurs de Leica et Sigma qui manquaient jusque là cruellement de véritable concurrence et les COI (Compact à Objectif Interchangeable) qui affirment être (un peu prématurément sans doute) l'avenir des compacts experts. En outre, voir Fujifilm revenir sur le devant de la scène avec un boîtier aussi tentant fait réellement plaisir. 

Ainsi,  le X100 pourrait bien matérialiser l'appareil de rêve de certains photographes exigeants : capteur 12 Mpx suffisant et de bonne qualité, optique polyvalente (type reportage) et assez lumineuse, visée hybride complète. Il ne reste plus qu'à vérifier certains points encore critiques : réactivité de l'autofocus, qualité de l'écran LCD, réactivité générale du boîtier, dimensions et poids, mode vidéo...

Le Fujifilm X100 sera commercialisé au début de l'année 2011 et le prix n'est pour l'instant pas fixé.
Source : Fujifilm France


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation