Photokina 2012 : Fujifilm poursuit le développement de sa gamme X Premium avec l'X-E1, compact à objectif interchangeable qui reprend les grandes lignes du X-Pro1 délaissant la visée hybride au profit d'un «simple» viseur Oled et d'un flash intégré.

Fujifilm X-E1 + 18-55 mm f/2,8-4
Le Fujifilm X-E1 équipé du nouveau 18-55 mm f/2,8-4 livré en kit.

Si le X-Pro1 vous avait séduit par sa qualité d'image et son look rétro, mais rebuté par son tarif un brin excessif, le nouveau X-E1 pourrait devenir votre nouvelle marotte.

Exit le viseur hybride optique / électronique

En effet d'un point de vue qualité d'image, le X-E1 reprend les mêmes éléments que le X-Pro1 à savoir un capteur Cmos X-Trans (doté d'un filtre coloré singulier) APS-C de 16 Mpx. Ce capteur est aujourd'hui ce qui se fait de mieux en terme de gestion du bruit électronique dans les hautes sensibilités ISO comme vous pouvez le vérifier sur notre test du X-Pro1. Les images sont parfaitement exploitables jusqu'à 6400 ISO et il est possible de grimper à 12800 voire 25600 ISO en JPeg seulement. Les optiques actuelles 18 mm, 35 mm et 60 mm sont également d'excellents éléments et l'absence de filtre passe-bas offre un piqué des plus intéressants. 

Pour se démarquer du X-Pro1, Fujifilm a choisi de supprimer le viseur hybride (optique/électronique) pour le remplacer par un simple viseur électronique. Mais n'importe lequel puisqu'il s'agit d'une dalle Oled affichant pas moins de 2 360 000 points soit une définition de XGA de 1024x768 pixels. Cela vous rappelle quelque chose ? Oui, c'est la définition du viseur Oled du Sony Nex-7 qui est, au passage, le meilleur viseur électronique du moment. Fujifilm annonce avoir travaillé sur la structure optique du viseur pour offrir un excellent confort avec 3 lentilles en verre, dont un élément double asphérique. Nous sommes impatients de voir si Fujifilm a réussi l'intégration de cette dalle Oled dans le X-E1 avec notamment une excellente fluidité dans toutes les conditions de luminosité.

Fujifilm X-E1 face avec capteur
Vue du capteur Cmos APS-C (23,6x15,6 mm) X-Trans.

Nouvelle optique 18-55 mm f/2,8-4 et autofocus amélioré

Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4
Fujinon XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS
Un des principaux reproches faits au X-Pro1 réside dans sa mise au point autofocus beaucoup plus lente que la concurrence. Fujfilm affirme avoir travaillé sur le problème et promet une excellente réactivité notamment avec le nouveau 18-55 mm f/2,8-4 OIS qui dispose d'une nouvelle motorisation interne.

Difficile de juger de l'amélioration de l'autofocus sur les prototypes qu'il était possible de manipuler, mais effectivement avec les optiques classiques (18 mm, 35 mm et 60 mm) la mise au point semble un peu plus rapide sans toutefois arriver au niveau de la concurrence notamment Panasonic ou Olympus. Le 18-55 mm n'étant pas encore disponible, il faudra attendre la Photokina (à partir du 17 septembre) pour avoir une idée des progrès réalisés dans ce domaine. 

La nouvelle optique semble, sur le papier, prometteuse avec une construction de haute volée (14 éléments répartis en 10 groupes dont 3 éléments asphériques et un verre à faible dispersion). C'est surtout l'ouverture f/2,8-4 qui est appréciable sur ce nouvel objectif alors que la plupart des modèles livrés en kit se contentent d'un modeste f/3,5-5,6. Il est vrai que Fujifilm et sa série X-Premium se sont forgé une réputation sur des optiques lumineuses (le X-Pro1 a été annoncé avec 3 optiques donc la moins lumineuse est à f/2,4...).

L'optique présente également un système de stabilisation optique (jusqu'à 4 IL selon le constructeur) et pas moins de 3 bagues : mise au point, zoom et ouverture. Notez que cette dernière n'est plus sérigraphiée. En effet, avec l'ouverture glissante f/2,8-4, il est plus pratique d'avoir une bague électrique qui permet d'adapter l'ouverture en fonction du zoom automatique. 

 Fujinon XF 14 mm f/2,8 R
 Fujinon XF 14 mm f/2,8 disponible en novembre
Une autre optique, un Fujinon 14 mm f/2,8 est également présentée, mais elle ne sera disponible qu'à partir du mois de novembre. Aucun prix n'est annoncé à l'heure de la rédaction de cet article. Ce grand-angulaire correspond à environ 21 mm en équivalent 24x36.

La construction optique comprend 10 éléments répartis en 7 groupes avec 2 éléments asphériques et 3 éléments à faible dispersion. Le diaphragme comporte, quant à lui, 7 lamelles. L'optique dispose d'une échelle des distances et de profondeur de champ. 

Vidéo

Le X-E1 enregistre en HDTV 1080/720 à la cadence de 24 vps. C'est bien pour le cinéma, un peu moins pour la fluidité des vidéos. On se consolera avec les deux entrées audio sur le boîtier (un peu proche à notre goût) et la possibilité de brancher un micro externe stéréo (prise mini jack en 2,5 mm). Nous regrettons également l'absence de touche dédiée à l'enregistrement vidéo pourtant si pratique.





Prise en mains

Le nouveau compact à objectifs interchangeables est plus petit et plus léger (350 g sans optique) que son grand frère X-Pro1. Dans son gabarit, le nouveau X-Premium tient plus du X100. L'ergonomie du boîtier ne change pas beaucoup et vous retrouverez une interface similaire à celle du X-Pro1.

Fujifilm X-E1 dessus

Sur le dessus de l'appareil, vous retrouverez donc une molette pour régler la vitesse, une molette pour la correction d'exposition et une touche Fn personnalisable. Au dos, la touche Q permet d'accéder rapidement aux principaux réglages de l'appareil. L'écran affiche toujours 460 000 points et vous disposez maintenant d'un flash intégré qui permettra de déboucher un contrejour par exemple. La griffe porte accessoire et toujours disponible pour fixer un flash déporté.

Fujifilm X-E1 dos

Disponibilité et prix

Le X-E1 sera disponible en deux finitions (noir & bicolore noir/argent) pour 900 euros nu et 1300 euros équipé de la nouvelle optique 18-55 mm f/2,8-4. Les boîtiers devraient être disponibles au mois d'octobre.

Notre premier avis

Fujifilm étoffe sa gamme X-Premium avec un X-E1 très accrocheur sur le papier. La visée hybride (optique / électronique) est sans doute un frein à l'achat pour certains photographes (le concept est intéressant, mais la mise en pratique peut être parfois déroutante). Le X-E1 offre donc la qualité d'image du X-Pro1, un flash intégré pour un prix plus modeste. L'objectif de kit 18-55 mm f/2,8-4 lumineux et stabilisé est également un atout non négligeable.

Naturellement, nous aurions aimé des changements plus importants comme un écran LCD mieux définit, orientable, et pourquoi pas tactile. Quelques lacunes, présentes sur le X-Pro1, ne sont pas corrigées : blocage du correcteur d'exposition qui tourne tout seul (pire, le verrou de la molette de vitesse présent sur le X-Pro1 disparait sur ce modèle). Nous avions également critiqué le mode vidéo qui n'évolue malheureusement pas et nous déplorons toujours l'absence d'USB 3 sur un boîtier présenté fin 2012.

C'est bien sûr la réactivité de l'autofocus qui sera déterminant sur le X-E1. Si Fujifilm arrive à approcher les ténors actuels, la marque aura alors gagné son pari. Nous attendons le mois d'octobre avec fébrilité !

> Fiche technique complète du X-E1 sur le site de Fujifilm

Lire également :
> Test Fujifilm X-Pro1
> Tous les compacts testés

PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation