Fujifilm renouvelle deux de ses compacts à Super CCD EXR. Si le Z800EXR succède logiquement au Z700EXR avec un style toujours ultra-compact, le F300EXR rompt radicalement avec l'héritage du F200EXR. Ces deux appareils partagent également une énorme nouveauté : ils seront capables d'utiliser la corrélation de phase pour la mise au point !

La détection de phase pour compacts !

Sur ces deux modèles, l'information la plus surprenante concerne l'autofocus. Fuji a en effet mis au point un "système autofocus hybride". Celui-ci consiste en l'utilisation parallèle de la détection de contraste (classique pour les compacts) et de la corrélation de phase.


Rappelons que la corrélation de phase est le système de mise au point utilisé sur les reflex. Le principe consiste à découper l'image, comme sur un stigmomètre (illustration ci-dessus) : le déphasage entre les deux morceaux d'image obtenus permet de connaître la correction à apporter pour que l'image soit nette. Il est alors possible d'ajuster instantanément et précisément la mise au point, sans sans perdre du temps à rechercher le contraste maximum.

Le problème, c'est qu'un tel système prend de la place, sur le "plan image" (surface du film ou du capteur) et derrière lui.

Fujifilm indique avoir réussi à intégrer des détecteurs de phase au sein même du Super CCD EXR, soit un exploit inédit qui pourrait faire des F300 et Z800 les premiers compacts capables de rivaliser avec les reflex en matière de vitesse d'autofocus. La mise au point prendrait moins de 0,2 s, ce qui placerait l'appareil largement devant les meilleurs élèves "classiques" (nous comptons 0,4 s pour les compacts les plus performants).

Reste à vérifier comment cette affirmation se traduira dans les faits. Les appareils dotés de cet autofocus hybride seront-ils réellement beaucoup plus véloces que les autres ? Il est déjà annoncé que le système est peu efficace en basse lumière, où la classique détection de contraste prend le pas. Mais à quel point ?

Franchement, nous sommes très impatients de le savoir : cette annonce pourrait être une vraie révolution dans le monde des compacts...
Fujifilm FinePix F300EXR

Fujifilm FinePix F300EXR

Fin 2009, on a vu apparaître en parallèle au F200EXR, doté d'un capteur 1/1,6" (5,9 x 7,9 mm), le F70EXR puis le F80EXR. Cette gamme recevait un capteur Super CCD EXR, mais de 1/2", soit 4,8 x 6,4 mm. La différence de taille peut paraître minime, mais à définition égale (12 Mpx), cela signifie une densité augmentée de 50 %, donc des photosites amputés d'un tiers de leur surface.

Le F300EXR, qui apparaîtra en septembre pour 329 €, signe la disparition du "grand" capteur. Il reprend en effet à son tour un Super CCD EXR de 1/2" et 12 mégapixels. Pour se démarquer, il mise sur le zoom : celui-ci était de 5x sur le F200, il passe à... 15x, avec un équivalent 24-360 mm ! Fuji attaque ainsi directement le marché des superzooms par le haut, en égalant les Samsung série WB600, tenants du record.

L'objectif est d'une luminosité banale pour ces superzooms (f/3,3-5,6), et tient dans un appareil de 33 mm d'épaisseur, là encore ordinaire. Il s'agit toutefois d'une belle performance puisque le Super CCD EXR reste un peu moins petit que les capteurs de la concurrence (type 1/2,3"), et qu'à cette échelle chaque dixième de millimètre compte.

Parallèlement, l'écran reste à 7,6 cm, mais passe à 460 000 points, une définition bien plus agréable. Le mode vidéo est également revu : la HD 720p est là, le zoom continu aussi, mais le son reste en mono.
Fujifilm FinePix Z800EXR

Fujifilm FinePix Z800EXR

Changement de discours avec le Z800EXR, qui relèvera en septembre (pour 199 €) le Z700EXR. L'appareil est plus statutaire, plus imposant aussi, et profite de spécifications plus sérieuses.

Comme son prédécesseur, il repose en effet sur un objectif équivalent à 35-175 mm. C'est rigoureusement le même que sur le précédent modèle, qui proposait des images correctes en grand-angle mais plus faibles au téléobjectif.

Comme son prédécesseur toujours, le boîtier est stylé, fort plat (2 cm d'épaisseur) et profite d'un écran tactile gigantesque : 8,9 cm ! Sa définition de 460 000 points est agréable, mais on espère que Fuji aura travaillé le revêtement : celui Z700EXR était un authentique miroir, inutilisable en conditions lumineuses.

La vidéo est en HD720p, mais le zoom reste bloqué et le son reste mono.

La principale différence avec le Z700EXR est donc l'introduction du nouveau système autofocus, dont l'efficacité déterminera sans doute une bonne part de l'avenir de l'appareil...


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation