Lorsqu’elle est retournée à Séoul en 2014, trente-deux ans après son premier voyage, Françoise Huguier a été fascinée par les transformations de la capitale coréenne. Elle y passera cinq mois en trois séjours pour produire les images constituant l'exposition Virtual Seoul, visibles en ce moment et jusqu’au 31 décembre 2016 au Pavillon Carré de Baudoin.

Françoise Huguier Virtual Seoul

Des jeunes stars de la K-pop La Boum qu’elle a photographiées en studio aux colatheks (sorte de thés dansants) en passant par les bidonvilles ou les ateliers de préparation à la mort, Françoise Huguier dresse un portrait aux mille facettes de la société coréenne.

À la pointe de la modernité, la Corée du Sud a connu une progression fulgurante ces dernières décennies. D’Europe, on ne voit généralement que la partie émergée de l’iceberg. Les images de Françoise Huguier ont ceci de précieux qu’elles reflètent toute la complexité de ces sociétés asiatiques, dont les profondes mutations ont engendré des écarts énormes entre les habitants et où les jeunes générations se retrouvent en décalage total avec les traditions encore fortes respectées par leurs parents.

La Boum par Françoise Huguier
La Boum. Photo : Françoise Huguier

Le voyage en métro est une vitrine en souterrain de la Corée du Sud contemporaine. Et ici le Wi-Fi fonctionne aussi dans les rames. Tous les voyageurs sont plongés dans leur portable. Je ne vois personne lire le journal et le seul livre que je remarque est une Bible.  Françoise Huguier, photographe.

L’exposition, qui présente une centaine de tirages répartis dans plusieurs pièces à thèmes, fait suite à celle qui s’est tenue au printemps au Musée d’Histoire de la Ville de Séoul et s’inscrit en parallèle de la publication, chez Actes Sud, de l’ouvrage Virtual Seoul.

Nous avons été séduits par les qualités techniques et esthétiques des images de Françoise Huguier, qu’il s’agisse des photos de rues réalisées en numérique ou des portraits que la photographe aime composer l’œil rivé sur son Mamiya 4,5 x 6, ainsi que par sa démarche de recherche et de compréhension de la société coréenne.

Françoise Huguier
L'apprentissage de la mort. Photo : Françoise Huguier


La rencontre avec ces familles m’a permis de comprendre combien le système familial traditionnel de trois générations cohabitant est en train d’évoluer. Françoise Huguier, photographe.

Dans l’exposition qui se tient au Pavillon Carré de Boudouin, nous avons également beaucoup apprécié la scénographie, malheureusement souvent minimale dans les expositions photo. Les images sont ici réparties dans différentes salles en fonction des sujets traités, ce qui a permis par exemple de nous retrouver immergés dans une ambiance colorée par une boule à facettes dans la salle des portraits de colatheks.

colathek françoise huguier

Autre curiosité, la chambre formée au milieu de la pièce principale, tapissée à l’extérieur des photos du pont des suicidés de Séoul, et à l’intérieur de laquelle on découvre les images d’une séance d’apprentissage de la mort à laquelle la photographe a pu assister. 

Un véritable voyage à Séoul, en somme, dans tout ce que la culture coréenne a d’amusant, d’inquiétant, de touchant, d'interloquant ou de dérangeant.

Françoise Huguier au Carré Baudouin
Françoise Huguier – Virtual Seoul
Du 7 octobre au 31 décembre 2016
Pavillon Carré de Baudouin
121 rue de Ménilmontant, 75020 Paris
Du mardi au samedi de 11h à 18h
Entrée gratuite

Virtual Seoul
Françoise Huguier
Éd. Actes Sud
Octobre 2016
17 x 22,5 cm – 252 pages
ISBN : 978-2-330-06667-3
Prix indicatif : 35 €
> Toute l'actualité
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation