De son vrai nom, Edward James Muggeridge, Muybridge est connu du grand public pour être un des pères du cinéma avec notamment l'invention du zoopraxiscope. Le personnage, dont on dit aussi qu'il était un peu fou, a fait cette année l'objet d'un film, un biopic, que quelques poignées de spectateurs ont pour certains déjà eu la chance de découvrir.

Affiche du film Eadweard

La photographie comme révélateur

Né en 1830 dans la banlieue de Londres, Eadweard Muybridge a immigré aux Etats-Unis à l'âge de 25 ans et y a appris la photographie avec une réelle passion.

À l'époque où la photo n'en est qu'à ses prémisses et où les émulsions présentent une sensibilité n'autorisant que des temps de pose de plusieurs secondes, Muybridge a toujours fait parti des précurseurs. Il voyait dans la photographie un outil scientifique, permettant de décrire la réalité avec fidélité et offrant des perspectives jusqu'alors insoupçonnables.

C'est ainsi qu'avant l'invention des barrières de déclenchement infrarouge, avant les films à émulsion rapide et avant les modes rafale, il a décomposé, en 1878, le galop d'un cheval, prouvant ainsi la véracité, photo à l'appui, de la théorie du français Étienne-Jules Marey, selon laquelle les jambes de l'équidé ne quittent ensemble le sol qu'une seule fois. Son équipement était alors composé de douze chambres photographiques, déclenchées par un système de fils tendus en travers de la course du cheval et chargées de plaques au collodion humide qui demandaient d'être préparées à la dernière minute.


« Muybridge race horse animated » par Eadweard MuybridgeAnimation by User Waugsberg.
Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons.

Un touche à tout un peu fou

Si cette expérience, et l'invention du zoopraxiscope, un projecteur faisant défiler des images placées autour d'un disque, restent les découvertes qui ont fait la célébrité du photographe, l'homme a laissé une quantité d'image absolument phénoménale. On retiendra notamment ses très nombreuses photographies de San Francisco, dont un panoramique à 360° très célèbre. Il s'est également essayé à la photographie stéréoscopique, a réalisé des reportages sur la guerre indienne, des paysages époustouflants du Parc National de Yosemite et fut photographe officiel de la présence militaire américaine en Alaska.

Eadweard

Ses expériences autour du galop du cheval le conduiront également à procéder à une analyse poussée de la décomposition du mouvement chez l'homme, la femme et les animaux. En 1887, ses travaux sont publiés dans un ouvrage, Animal Locomotion, réparti en onze volumes et présentant environ 100 000 photographies !
Mais ce que le grand public connaît moins de cet homme, c'est son côté obscure, son accident de diligence en 1860 et les jours de coma qui suivirent, la folie qu'on lui a alors prêté et le meurtre de l'amant de sa femme pour lequel il fut le dernier Américain à profiter du verdict d'"homicide justifiable".

Eadweard

Le Film

Toute cette vie est réunie dans un long métrage de 104 minutes classé, on s'en serait douté, dans la catégorie des drames psychologiques. Le film, diffusé dans plusieurs villes des États-Unis, à Munich en Allemagne, à Edinburgh en Écosse et bientôt à Vancouver au Canada, n'a pas encore de projection prévue en France. Néanmoins, les plus curieux peuvent toujours découvrir deux bande-annonces accessibles en ligne.

EadweardEadweardEadweard


> Voir la bande-annonce en version courte
> Voir la bande-annonce en version longue
> Présentation du film et bande-annonce sur Motion 58
Source : Motion58
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation