Destins Dolganes, depuis le 20 janvier et jusqu’au 7 mars 2016, fait étape au Musée de l’Homme à Paris. À travers un parcours tranquille de quelque 70 photographies argentiques, le photographe et journaliste Nicolas Mingasson nous fait découvrir ce peuple isolé de la région du Nord Taïmyr, le côté russe de l’Arctique.

Nicolas Mingasson, Destins dolganes, exposition au Musée de l'Homme, Paris
Dans la péninsule de Taïmyr, à l'extrême Nord de la Sibérie, un enfant Dolgane de 2 ans fait sa sieste à l'extérieur du campement, emmitouflé dans le manteau de sa mère. Derrière lui, des rennes du troupeau domestique passent leur chemin. © Nicolas Mingasson

Il y a des lieux où l’on ne s’attend pas toujours à rencontrer la photographie. Elle nous surprend derrière un mur, au détour d’un couloir. C’est ce qui pourrait bien se produire si vous passez visiter le Musée de l’Homme au Trocadéro, à Paris, et qu'au premier étage du musée, dans une salle baignée de lumière douce, vous prenez le temps de vous arrêter devant les clichés de Nicolas Mingasson.

Nicolas Mingasson, Destins dolganes, exposition au Musée de l'Homme, Paris
Egor Antonov est l'un des rares éleveurs à poursuivre son activité, été comme hiver, à travers la toundra de la péninsule de Taïmyr. Ici, Egor attèle ses rennes qui auront à charge de tracter le "balok", l'habitation traditionnelle dolgane. L'Arguish, la grande transhumance d'été, débutera dans quelques semaines et Egor, accompagné de sa famille, rejoindra les pâturages du Nord. © Nicolas Mingasson

Éleveurs de rennes, les Dolganes se sont aujourd’hui majoritairement sédentarisés, et la mondialisation galopante ne cesse de les rattraper.
Habitant un territoire reculé et isolé, ils n’ont jusqu’à présent été que très peu sujets à une couverture médiatique. Cette exposition est donc une première pour ce peuple du Grand Nord, balloté entre ses traditions et la réalité du 21e siècle.

Si le photographe propose ici une œuvre picturale, l’Observatoire Photographique des Pôles dont il est le créateur s’associe au Musée de l’Homme et à divers établissements scientifiques dont le CNRS et le MNHN pour compléter son travail. L’exposition s’accompagne donc d’un cycle de projections-débats sur la Sibérie les 30 janvier, 13 février et 5 mars. Ces événements seront l’occasion de rencontrer chercheurs et intervenants pour discuter sciences et photographie.

L’exposition sera de plus complétée par la diffusion de 8 courts documentaires réalisés par le photographe lui-même et Vincent Gaullier, en collaboration avec Look at Sciences, qui coorganise l’événement.

Nicolas Mingasson, Destins dolganes, exposition au Musée de l'Homme, Paris
Près de 500 habitants vivent dans le village de Novorybnoïe, accroché sur les rives de la rivière Khatanga, dans la partie orientale de la péninsule de Taïmyr. Ici, un intérieur contrastant avec les intérieurs traditionnels que l'on rencontre la plupart du temps. La petite fille blonde témoigne des brassages de population et du hasard des rencontres, nombreux dans les régions de l'Arctique. © Nicolas Mingasson

Une exposition à la frontière entre sciences et photographie, qui mérite que l’on s’y penche. Car au-delà du simple cliché, c’est tout un peuple et une culture qui sont à découvrir pendant quelques mois.
Destins Dolganes
Du 20 janvier au 7 mars 2016
Musée de l'Homme
17 place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75116 Paris
Ouvert tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h, le mercredi jusqu’à 21h
Tarif plein : 10 € ; tarif réduit : 8 €
Accès libre avec le billet d'entrée

> Présentation de l'exposition sur le site du Musée de l'Homme
> Horaires, tarifs et plan d'accès
> Toute l'actualité
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation