On vous le répète depuis plusieurs mois : le marché de la photo dévisse. Ou plutôt, pour être exact, les ventes de boîtiers ne cessent de plonger. En 2014, on est revenu en gros au niveau des ventes de l'an 2000, au tout début de la photo numérique.

Le graphique ci-dessous, présenté lors du GfK Imaging Summit de 2014, met particulièrement bien en évidence la contraction soudaine du marché :

Courbe de production CIPA d'appareils photo entre 1947 et 2014, graphique, by Mayflower

L'euphorie, c'était entre 2005 et 2011. Depuis, les ventes reculent à un rythme effarant, surtout pour les compacts qui sont plus que moribonds. La tendance affecte visiblement moins les reflex et les hybrides, sans pour autant que ces derniers ne parviennent à tirer le marché vers le haut ni à accroître leur volume de vente.
 
Alors à qui la faute ? On accuse souvent le smartphone — à tort ou à raison, difficile à dire. L'auteur de ce graphique, Heino Hilbig, officiant chez Mayflower Concepts et anciennement dans les hautes sphères du marketing de Casio et d'Olympus, semble convaincu que non, l'envolée du smartphone n'explique pas à elle seule le déclin du marché.

Dans sa présentation, il met en avant un "effet Apple", celui qui a apporté "fun" et simplicité aux appareils multimédias. À l'inverse, le monde de la photo numérique est resté très conservateur, abscons pour le profane... et certainement décourageant pour beaucoup. Il suggère donc comme piste de travail de mettre plus d'émotion, plus de facilité, et moins de technologie ou de méthodes commerciales agressives.


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation