photokina 2014 - L'arrivée du D750 dans les gammes Nikon confirme une tendance désormais bien établie : avec pas moins de 10 modèles FX au catalogue, Nikon semble de plus en plus focalisé sur le 24x36 au détriment des modèles DX en APS-C.
Certes, parmi les 10 FX en activité, quelques-uns datent un peu, comme les D3s et D3x. Mais parmi les 12 modèles DX actifs, ils sont beaucoup plus nombreux à être vieillissants (D90, D300s, D3000, D3100, D5100, D3200).

Le nouveau Nikon D750
Le nouveau Nikon D750.

Si l'on met de côté le D4, au positionnement pro/sportif particulier, et le Df (ovni au capteur du D4 dans un boîtier "rétro"), les 3 modèles qui retiennent le plus l'attention sont donc le D610 (entrée de gamme FX), le D810 (haut de gamme FX), et le nouveau D750 qui vient se glisser entre les deux.

Ce petit tableau récapitulatif permet d'en comparer les caractéristiques plus facilement :

  D610 D750 D810
Boîtier Alliage de magnésium / polycarbonate Alliage de magnésium /
fibre de carbone
Alliage de magnésium
Capteur Plein format (35,9 x 24 mm) Plein format (35,9 x 24 mm) Plein format (35,9 x 24 mm)
Définition 24 Mpx 24 Mpx 36,3 Mpx
Taille de l'image 6016x4016 6016x4016 7360x4912
Filtre passe-bas oui oui non
Processeur Expeed 3 Expeed 4A Expeed 4
Sensibilité native 100-6 400 100-12 800 64-12 800
Sensibilité étendue 50-25 600 50-51 200 32-51 200
Module AF Multi-CAM 4800 Multi-CAM 3500 II Multi-CAM 3500 FX
Collimateurs 39 51 51
Collimateurs croisés 9 15 15
Mesure d'expo. RGB 2 016 px RGB 91 000 px RGB 91 000 px
Vitesse obturation max. 1/4000 s 1/4000 s 1/8000 s
Cycles obturateur 150 000 150 000 200 000
Premier rideau électronique non non oui
Rafale max (FX) 6 ips 6,5 ips 5 ips
Synchro flash 1/200 s 1/200 s 1/250 s
Flash intégré oui oui oui
Compensation expo +/-5 EV +/-5 EV +/-5 EV
Couverture pentaprisme 100,00 % 100,00 % 100,00 %
Grossissement 0,7x 0,7x 0,7x
Moniteur 3,2 pouces 3,2 pouces 3,2 pouces
Définition moniteur 921 000 px 1,23 Mpx 1,23 Mpx
Pivotable non oui non
Tactile non non non
Vidéo HDTV 1080 HDTV 1080 HDTV 1080
Cadence vidéo 30p/25p/24p 60p/50p/30p/25p/24p 60p/50p/30p/25p/24p
Format vidéo MPEG-4 / H.264 MPEG-4 / H.264 MPEG-4 / H.265
Son enregistré mono stéréo stéréo
Sortie HDMI non compressée non non oui
Support d'enregistrement SD/SDHC/SDXC SD/SDHC/SDXC SD/SDHC/SDXC + CF
Nombre de slots 2 (SD) 2 (SD) 1 (SD) + 1 (CF)
USB USB 2.0 (480 Mb/s) USB 3.0 (5 Gb/s) USB 3.0 (5 Gb/s)
Wi-Fi intégré non oui non
Autonomie batterie 900 vues 1 230 vues 1 200 vues
Poids 850 g 750 g 980 g

La lecture de ce tableau permet de voir que Nikon a bien peaufiné les spécifications du nouveau venu. Son arrivée bouche un trou assez béant qui séparait le D610 du D810.
Du D810, le D750 reprend bien sûr les principales fonctionnalités de l'AF (51 collimateurs, 15 croisés et 11 répondant à f/8), la mesure d'exposition, et les caractéristiques en enregistrement vidéo. Il faut dire que le HDTV 1080 30p, avec son mono du D610, semble bien faible, y compris face à un hybride ou un compact moderne.

Tour de force, Nikon réussit à doter le D750 de caractéristiques de premier ordre (écran LCD inclinable, poids et autonomie au top, Wi-Fi intégré, bonne rafale), sans pour autant venir perturber le D810, ce dernier conservant quelques exclusivités comme l'excellent capteur 36 Mpx sans filtre passe-bas, le premier rideau électronique (déclenchement silencieux et sans vibrations), une synchro flash plus rapide, une plage ISO native commençant à 64 ISO (avec une dynamique exceptionnelle à cette sensibilité), et un obturateur censé être plus endurant.

Le plus agaçant avec le D750, pourtant si alléchant, étant sans doute le choix d'en brider la vitesse d'obturation à 1/4000 s... alors même que le D700 auquel il est censé succéder opérait déjà à 1/8000 s. Mais quoi qu'il en soit, ce sont surtout les possesseurs de D610 qui risquent de mal digérer l'arrivée du D750, leur boîtier prenant un sacré coup de vieux, alors même qu'il n'est pas si ancien que ça, puisqu'il est arrivé en rayon fin 2013, début 2014. Soit moins d'un an.

Par rapport à la concurrence enfin, le D750 aidera Nikon à mieux se positionner face à un Canon n'offrant pour l'heure en 24x36 que les 5D Mark III et 6D (1Dx mis à part, comme les D4). Mais là encore, tout semble fait pour éviter la confrontation directe. Le 6D est bien moins cher, offre un AF moins raffiné, mais une meilleure sensibilité standard, le tout pour une ergonomie (écran inclinable et Wi-Fi) et un poids comparables. Face au 5D MkIII, le D750 doit s'incliner sur quelques aspects primordiaux comme la sensibilité ISO, l'AF ou la mesure d'exposition, de tout premier ordre chez Canon.

Notre avis

Le D750 semble donc très bon, sur le papier. Mais au final il résulte de ce boîtier une impression assez particulière. Il nous semble être un boîtier "de commercial", pensé pour occuper un segment précis, peaufiné pour ce positionnement strict... pile entre le D610 et le D810. Et il y rentre au chausse-pied. Mais avec un peu trop de sagesse certainement, et à force de ne pas vouloir répéter l'erreur d'un D700 cannibalisant les D3, Nikon en vient à pécher par trop de conformisme.

Bien qu'intéressant (et même très intéressant), ce D750 semble manquer de personnalité. Il aurait pu être un "petit sportif", avec une rafale plus musclée, autour des 8 ips comme savait le faire le D700 avec les bonnes batteries. Il aurait pu être un modèle FX plus orienté cinéma, domaine dans lequel Nikon semble copieusement lever le pied (alors que le D90 a été le premier reflex à enregistrer de la vidéo). Et pourquoi pas, il aurait même pu inaugurer de nouveaux composants, en remplaçant par exemple le sempiternel AF sur 51 points que Nikon remet au goût du jour depuis bientôt 7 ans.

Bref, ce Nikon D750 est certainement très bon. Et trouvera son public... sur l'autel de la raison. 2 200 € pour un boîtier avec ces caractéristiques, ça semble raisonnable. Mais aussi bon soit-il, il aurait facilement pu avoir une personnalité bien plus affirmée.
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation