Les Français boudent-ils la photographie numérique?  C'est la question que s'est posée le cabinet d'étude GfK cette année. Il a donc mené une grande étude qui l'a amené à des conclusions quelque peu étonnantes.



Cette année, le marché de la photo numérique est semble-t-il marqué par une baisse conséquente en particulier dans le secteur des compacts. En effet, les appareils d'entrée de gamme sont malmenés par les smartphones que l'on a toujours en poche, facile à utiliser avec des écrans tactile et qui au fil des ans produisent des images de plus en plus qualitatives. En outre les capacités de communication et de partage sont sans commune mesure. À l'heure de Facebook, Twitter et autre Pinterest, le choix est vite fait. Les industriels doivent innover en jouant, par exemple, la carte des optiques surpuissantes pour sortir la tête de l'eau.

Heureusement, les compacts à objectifs interchangeables (nos chers COI) semblent hermétiques à ce désamour criant des photographes pour les petits appareils puisque les chiffres se maintiennent à 600 000 pièces vendues. Des appareils plus chers certes, mais plus performants et innovants. Selon les marques, les COI embarquent des écrans tactiles, rotatifs, des connexions Wi-Fi ou NFC, des autofocus de plus en plus sophistiqués, des filtres artistiques... Ils disposent en outre de capteurs plus grands bien plus efficaces en basse lumière.

Se maintiennent à niveau les secteurs bridges et réflex qui laissent un peu plus de place à une augmentation des ventes d'hybrides qui semblent représenter un bon compromis pour le consommateur avec des ventes autour de 110 000 appareils. Cela représente 10% de plus que l'année précédente.

graphique-chiffre-affaire-photonum-2013
GfK conclut son rapport en soulignant que le marché global de la photographie numérique tend petit à petit à se stabiliser et devrait atteindre d'ici quelques années l'équivalent de ce qu'occupait le marché de l'argentique dans les années 90. En 2014, le cabinet d'étude prévoit en effet un palier à 3,2 millions de produits vendus.

Un retour à la normale plus qu'un réel désintérêt donc, nous voilà rassuré.
Source : GfK
PARTAGER

Vos réactions sur le forum :
La crise n'affecte pas la passion selon GfK



Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation