Sony profite du CP+ 2014 pour lancer son nouveau compact à objectif interchangeable. Exit donc les NEX-6 et NEX-7 et bienvenue au nouveau A6000. L'ambition de Sony avec ce nouvel appareil est très simple : la firme japonaise souhaite proposer une réelle alternative aux reflex.

Pour ce faire, sans reprendre le "form factor" d'un reflex traditionnel comme peuvent le faire Olympus avec ses OM-D, Fujifilm avec son X-T1 ou même Sony avec ses A7, le nouvel A6000 de Sony est annoncé avec un autofocus plus rapide que ceux de la majorité des reflex entrée de gamme et expert. Cet aspect est censé constituer l'une des différences majeures entre un reflex et un compact à objectif interchangeable.

Remplacer deux appareils d'une gamme en un seul n'est pas chose facile. En effet le NEX-7 a une connotation très experte alors que le NEX-6 s'adressait à un plus large public. Le nouvel A6000 doit donc répondre à ces deux besoins bien distincts et convenir aussi bien aux utilisateurs novices qu'aux photographes déjà expérimentés.
Sony A6000
Le nouvel A6000 de Sony reprend donc, dans les grandes lignes, le design des NEX-6 et NEX-7. On retrouve un format très compact avec un écran orientable et un viseur électronique intégré positionné sur le côté droit de l'appareil. Celui-ci est équipé d'une grosse molette de réglage (comme celles développées sur le NEX-7), d'une griffe porte-accessoire connectée et d'un flash d'appoint rétractable.

Le viseur dispose d'une technologie OLED et d'une définition de 1,4 million de pixels. L'écran arrière, en technologie White Magic, est orientable à 45 degrés. Il mesure 3 pouces (7,6 cm) de diagonale et affiche une définition de 921 000 points. Il n'est malheureusement pas tactile.

Ce nouvel appareil se veut très personnalisable. En plus de pouvoir programmer les différentes fonctions en accès rapide sur l'écran arrière via la touche Fn, il intègre deux touches C1 et C2 à personnaliser. On retrouve l'interface des différents menus à onglets présente sur les reflex de la marque. Pour les plus novices avec les modes intelligents, l'interface est très simplifiée et intègre de nombreuses explications et conseils quant à l'utilisation de différentes fonctions.

Sony A6000 de dos
Toujours pas d'écran tactile sur le Sony A6000.

Le nouveau Sony A6000 est équipé du Wi-Fi et de la technologie NFC pour une connexion instantanée avec les smartphones et tablettes compatibles. Le Wi-Fi permet les fonctions usuelles de contrôle à distance, de transfert et de partage.
Nouveauté, il est désormais aussi possible d'installer des applications directement sur l'appareil en passant par le store en ligne PlayMemories Camera Apps afin d'enrichir le boîtier avec de nouvelles fonctions. Par exemple, on retrouve une application de partage des images en temps réel sur Facebook ou des modes de simulation des poses longues pour les débutants.

Pour entrer un peu plus avant dans la technique, ce nouvel appareil intègre un capteur au format APS-C Exmor R de 24 millions de pixels. Celui-ci est associé au dernier processeur Bionz X qui équipe également les A7 et A7r. Bon point en ce qui concerne le piqué (un peu moins pour le moiré), il est dépourvu de filtre passe-bas et intègre un système de micro-lentilles optimisées (espaces réduits et orientation en fonction de la position sur le capteur), comme sur le Sony A7r.

Le processeur Bionz X, très rapide en traitement, permet d'intégrer des fonctions d'optimisation des images via des algorithmes de netteté (accentuation) par zones, en fonction des détails des sujets. Le même type de technologie s'applique pour corriger la diffraction et réduire le bruit (l'appareil monte jusqu'à 25 600 ISO).

Sony A6000 micro sans fil
La griffe flash est compatible avec une multitude d'accessoires tel un micro sans fil Bluetooth.

Le processeur permet aussi de faire fonctionner le nouveau système autofocus : un réel point fort de cet appareil. En effet, il s'agit d'un autofocus hybride qui cumule simultanément de la détection de phase et de la détection de contraste. Cet AF dispose de 179 zones en détection de phase et 25 points en détection de contraste. Il est donc capable de couvrir plus de 90 % du champ. Ce nouveau système est actif en vidéo. Il permet une amélioration des fonctions de suivi du sujet et propose un système de détection d'œil pour la réalisation de portraits.

Nous avons eu la chance de prendre en main cet appareil et les premiers essais sur l'autofocus sont plutôt concluants. Malheureusement le temps d'allumage de l'appareil est toujours un peu long, ce qui limite son efficacité sur le vif depuis la position éteinte.

Les performances en rafale sont aussi très engageantes. L'appareil dispose d'une mode d'enregistrement à 11 images par seconde avec suivi autofocus. C'est donc très confortable pour les photos de sujets en mouvement. Sur ce point, l'A6000 devance une grande majorité des COI et des reflex.

La vidéo n'est pas non plus en reste sur cet appareil qui propose un mode d'enregistrement en 1920 x 1080 AVCHD. Il dispose d'une entrée micro via la griffe porte-accessoire connectée, des fonctions de zébras, une sortie en HDMI non compressé et une mode de visualisation en 4K.

Sony A6000 noir et bicolore

Le nouveau Sony A6000 se présente donc comme un concurrent sérieux du très remarqué nouvel Olympus OM-D E-M10, du Panasonic Lumix GX7, du Fujifilm X-E2 et - Sony l'espère - des reflex Canon et Nikon (entrée et moyenne gamme).
Le positionnement tarifaire est assez agressif avec un prix de 650 euros nu, 800 euros en kit avec un 16-50 mm rétractable, 1 050 euros en kit avec un double kit 16-50 et 50-200 mm et enfin 1 650 euros en kit avec le 16-70 mm f/4 signé Zeiss. L'appareil sera disponible à la vente début avril.

> Toute l'actualité du CP+
> Tous les tests de compacts à objectifs interchangeables
Source : Sony
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation