CP+ 2016 – Cette édition du CP+ a été très intéressante d’un point de vue optique. Sony y a présenté ses nouvelles G Master, Sigma son nouveau 50-100 mm f/1,8, Pentax son nouveau 11-30 mm f/2,8 (dont la ressemblance avec le modèle Tamron est troublante) et Tokina son nouveau 18-40 mm f/2. Tamron, pour sa part, a profité du salon pour continuer le développement de sa nouvelle gamme de focales fixes SP. Après les 35 et 45 mm f/1,8 VC lancés l’an passé, c’est au tour d’un tout nouveau 85 mm de voir le jour tandis que le 90 mm se fait un petit "lifting". Nous terminons notre série d’interviews de ce CP+ 2016 avec l'entretien que nous avons eu avec l'équipe de développement Tamron.

CP+ 2016, stand Tamron, vue générale

CP+ 2016, stand Tamron, service de nettoyage des optiques (lens cleaning)
Sur le stand de Tamron, et comme sur celui de beaucoup d'autres constructeurs, les visiteurs pouvaient bénéficier d'un service de nettoyage de leurs optiques.

La délégation qui nous a accueillis était impressionnante : pas moins de 5 personnes nous faisaient face — MM. Makato Ayabe, Masaaki Komoda, Keiki Warashina, Minoru Ando et Masayuki Nakamura. En plus de répondre à nos questions, ils nous ont aussi donné l’opportunité de visiter l’une de leurs usines clés au Japon dans la province d’Aomori. Souvenez-vous, nous avions déjà visité leur siège l’année dernière non loin de Tokyo.

CP+ 2016, l'équipe Tamron
Impressionnante délégation de Tamron pour répondre à nos questions ! Aux côtés de votre serviteur, MM. Makato Ayabe, Masaaki Komoda, Keiki Warashina, Minoru Ando et Masayuki Nakamura.

Focus Numérique – L’année dernière vous avez lancé deux nouvelles focales fixes, un 35 mm et un 45 mm. Ces deux modèles appartiennent à votre gamme SP et présentent une ouverture maximale de f/1,8 associée à une stabilisation optique VC. Votre nouveau 85 mm intègre ces mêmes caractéristiques. Pourquoi avoir choisi une ouverture de f/1,8 à la place d’une ouverture f/1,4 ?

Tamron – Nous avons d’abord pris la décision que les nouvelles optiques SP seraient équipées d’une stabilisation optique. Nous avons fait des études et réalisé des prototypes d’objectifs avec une ouverture maximale de f/1,4. Ces prototypes étaient lourds et volumineux. Afin de conserver un équilibre acceptable en termes de taille et de poids, nous avons décidé d’utiliser l’ouverture de f/1,8. Au final, nous pensons que la combinaison f/1,8 avec la stabilisation optique est beaucoup plus utilise pour nos utilisateurs qu'une ouverture de f/1,4.

Tamron, nouveau SP 85mm F1.8 Di VC
Le nouveau SP 85 mm f/1,8 Di VC de chez Tamron.

Focus Numérique – Pourquoi avoir choisi de lancer en premier un 35 et un 45 mm. Une focale de 45 mm est un peu originale comparée au très classique 50 mm beaucoup plus répandu. Pourquoi ce choix ?

Tamron – Nous avons fait beaucoup de prototypes de focales fixes allant du 20 mm au 50 mm. Nous avons décidé de nous lancer sur le 35 et 45 mm car nous avons découvert qu’elles étaient les focales les mieux équilibrées vis-à-vis de 4 critères : performance optique, stabilisation optique, distance minimale de mise au point et enfin taille. Nous avons porté beaucoup d’attention à la qualité optique en photo rapprochée. Pour ce qui est du 45 mm, en réalité la diagonale d’un capteur 24 x 36 mm fait 43 mm. C’est pourquoi nous pensons que le 45 mm est plus un standard que le 50 mm.

Tamron, objectifs à focale fixe de la gamme SP
Photo de famille de toutes les focales fixes de la gamme SP.

Focus Numérique – Nous vous avons déjà posé la question l’année dernière. Dans la conception optique de certains de leurs objectifs, Canon et Nikon utilisent des éléments diffringents. Ils permettent de réduire significativement le poids et la taille des optiques. Nous avons été particulièrement séduits à ce titre par le 300 mm f/4 de chez Nikon. Que pensez-vous de cette technologie que vous employez déjà dans vos solutions de surveillance, et pouvons-nous espérer la voir arriver dans des objectifs photo dans le futur ?

Nikon AF-S Nikkor 300 mm f/4 E PF ED VR

Impossible de ne pas recommander cette optique ! Elle a tout d'une grande dans un format compact. La qualité optique est remarquable malgré un peu de vignetage et un léger piqué en retrait à la plus grande ouverture f/4.

Voir le test complet



Tamron – Comme vous le soulignez, nous utilisons déjà cette technologie dans nos solutions de surveillance. Pour des usages photo, c’est plus difficile car elle entraîne des problèmes de flare. C’est pour cela que nous ne l’utilisons pas. Cependant nous étudions comment résoudre cette contrainte et pouvoir l’utiliser un jour. Cette technologie nous intéresse.

Focus Numérique – Nous sommes surpris de voir que Tamron, contrairement à Canon et désormais Nikon, ne développe pas de motorisation autofocus avec une technologie pas-à-pas plus adaptée à la captation vidéo. Chez Canon, il y a la motorisation STM ou nano USM (implémentée sur leur nouveau 18-200 mm proposé en kit avec l'EOS 80D) et chez Nikon, la nouvelle AF-P (présentée au dernier CES sur une nouvelle version du 18-55 mm).

Tamron – Nous avons déjà des objectifs qui intègrent cette technologie : le 14-150 mm en monture Micro 4/3 ou le 18-200 mm en monture E pour Sony. Le problème avec la motorisation pas-à-pas est qu’il est difficile de déplacer des éléments optiques lourds. Si nous voulons l’utiliser sur des optiques SP, par exemple, nous devons concevoir une formule optique spécifique.

Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III

Au final, ce 14-150 mm est une bonne surprise malgré une fiche technique un peu décevante : une ouverture glissante peu lumineuse (f/3,5-5,8) et une absence de stabilisation optique. Même si de nombreux appareils Micro 4/3 sont stabilisés au niveau du capteur, ce n'est pas le cas de tous !

Voir le test complet



Focus Numérique – Depuis maintenant 2 ans, Sony a lancé avec succès ses nouveaux hybrides A7 avec capteur 24 x 36 mm. L’année dernière, Zeiss a lancé deux focales fixes dédiés à cette nouvelle monture FE (le Batis 85 mm et le Batis 25 mm) et Sigma vient d’annoncer une nouvelle bague d’adaptation pour pouvoir utiliser ses objectifs dessus. Êtes-vous intéressé par la monture FE et, si oui, allez-vous plutôt vous orienter vers la solution Sigma avec une bague d’adaptation ou développerez-vous une nouvelle gamme d’objectifs avec un plus court tirage ?

Tamron – Nous avons déjà reçu beaucoup de questions à ce sujet. Et oui, nous aimerions développer une gamme dédiée à la monture FE et ne pas utiliser de bague d'adaptation. Nous sommes très intéressés et discutons actuellement entre nos différents services (ingénieurs, marketing, etc.) pour savoir si nous nous lançons.

Nous aimerions développer une gamme dédiée à la monture FE et ne pas utiliser de bague d'adaptation.



Focus Numérique – Vous devez savoir que Sony vient de lancer une nouvelle gamme d’objectifs en monture FE avec ses G Master. Ils insistent beaucoup sur leur nouvelle lentille asphérique XA qui a un niveau de précision de l’ordre de 0,01 micromètre. Grâce à cette technologie, ils affirment disposer d’optiques au comportement presque parfait (MTF) avec un incroyable bokeh. Par comparaison, quel est le niveau de précision des lentilles asphériques chez Tamron ?

Tamron – Nous ne pouvons pas vous donner cette information, mais notre niveau de précision est similaire.

Focus Numérique – Quel(le) a été la technologie ou le produit qui vous a le plus impressionné sur ces 5 dernières années, qu'il ou elle vienne de Tamron ou non ?

Tamron – Pour ce qui est de l'innovation, notre 150-600 mm a ouvert un nouveau marché. D'un point de vue technique, le 11-24 mm f/4 de chez Canon a été très impressionnant.




> Toute l'actualité photo du CP+ 2016
> Toute l'actualité
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation