CP+ 2015 - Les salons riment normalement avec nouveauté. L'an dernier, le maître mot, c'était la 3D. Cette année, c'est plutôt l'écran retournable pour le selfie, sans oublier les photophones et autres nouveautés technologiques plus ou moins bien senties. Or pour la plupart, ces nouveautés ont déjà été "tentées" par le passé. Une vitrine-musée sur le salon donne une bonne idée de l'ancienneté des concepts mis en avant dans bien des nouveautés actuelles.

L'Olympus i:robe IR500 : un APN à selfie déjà disponible... en 2004. Le "selfie" était déjà l'argument de ce boîtier (bien que le mot ne soit pas encore utilisé à l'époque), et l'écran pivotable à 360° en était l'un des points forts, le stockage des photos sur un disque dur enfichable dans une imprimante miniature de la marque en étant un autre.

Olympus i:robe IR500

Le Toshiba Allegretto PDR-2 était lui aussi assez en avance sur son temps. Non seulement il fonctionnait déjà sur un capteur CMOS (à l'époque le CCD était plus répandu), mais son écran était aussi monté sur charnière... en 1997.

Toshiba Allegretto PDR-2

Aujourd'hui les nouvelles interfaces pullulent, et on n'a plus que l'embarras du choix pour transférer ses photos. En 1997, Nikon tentait une approche différente : on pouvait rentrer l'appareil photo dans le lecteur PCMCIA de son ordinateur... original, à défaut d'être esthétique. Le Coolpix 100 (lien vers le manuel avec son capteur de 0,3 Mpx a également été l'un des premiers appareils photo numériques grand public. 

Coolpix 100

Aujourd'hui tout le monde a un capteur photo dans son smartphone... et ces derniers commencent à vraiment en avoir sous le pied. En 1999, leurs ancêtres ressemblaient à ce Kyocera VP-210, le premier téléphone-appareil photo au monde. Capteur de 110 000 pixels au menu, avec un écran LCD 2 pouces couleur (65 000 couleurs)... la Rolls à l'époque, vendue à prix d'or: plus de 300 USD. C'est presque bon marché comparé à un iPhone 6 !

Kyocera VP-210

Mais l'idée de coupler un appareil photo avec un autre objet n'était pas neuve. Dès 1959 on trouvait sur les étagères ce très amusant "ramera", de Kowa, une radio-camera capable de photographier tout en écoutant les tubes de l'époque sur les ondes. Les images étaient capturées sur un film 16 mm logé dans des cassettes Minolta 16 capables de contenir 20 poses. 



Même si la 3D n'est plus du tout dans l'ère du temps, il est bon de rappeler que la technologie en elle même est vieille comme Erode. En témoigne ce Nimslo 3D de 1982 doté de 4 optiques et capable de sortir des photos 3D via une impression lenticulaire sur papier photo et dont on pouvait profiter sans lunettes. 

Nimslo 3D

Quant au co-branding, c'est là encore un thème expérimenté dans le passé. Ce très chic Minolta - Courrèges AC301 de 1983 en témoigne. Plusieurs couleurs, plusieurs décorations, et une marque chic. 

Minolta - Courrèges AC301

Enfin pour tous ceux qui ne se satisfont plus d'un iPhone et qui attendent le premier iCamera avec impatience, rappelons que si la chose sortait un jour, ce ne serait pas un coup d'essai pour la marque à la pomme qui avait déjà tenté le coup en 1994 avec ce QuickTake 100 qui fut vraiment l'un des premiers appareils numériques grand public. Il sortait des photos en 640x480, et étaient coporuits pas Kodak. On remarquera pour l'anecdote que déjà à l'époque Apple tentait la carte du verrou autour de sa marque, rendant le QuickTake 100 compatible uniquement avec un Macintosh (on l'y connectait par port série). Les modèles ultérieurs furent rendus compatibles avec les PC sous Windows. 

QuickTake 100 Apple

> Toute l'actualité du CP+ 2015


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation