À chaque édition son boîtier évènement. L'an dernier c'était Pentax et son 645D qui déplaçait les foules. Cette année c'est le très attendu Fuji X100 qui a cet honneur. 

fujifilm x100 file d'attente au cp+Presque trente minutes de queue pour pouvoir le toucher le sacro-saint "mirrorless". Et c'est en compagnie d'un très jovial Britannique que nous avons passé le temps. 

Mais au final une petite prise en main rapide. Ouf. Première impression: waaaaaaa ! Le boîtier est relativement haut et bien plus imposant à priori qu'un Micro4/3 et qu'un NEX. Mais l'optique fixe et très lumineuse (f/2) est par contre un atout fantastique pour en réduire l'épaisseur.  

le fuji x100 semble faire des heureux

Le contact avec l'appareil est lui aussi très flatteur. La qualité d'assemblage et des matériaux est digne du prix final de l'engin (près de 1000 euros faut-il le rappeler). Le châssis en aluminium est recouvert de magnésium sur les parties extérieures en haut et en bas. Un peu de plastique çà et là (boutons, trappes), mais très peu. Et le X100 est un peu lourd, dense, et renvoie une très belle impression de solidité. Du beau boulot. 

x100 fuji prise en mains
À défaut de pouvoir enregistrer quelques images avec le X100, le compact de Fujifilm déclenche des sourires !

Les principales commandes sont accessibles très facilement, et l'utilisateur un peu avancé s'y retrouvera très vite. C'est un excellent compagnon pour l'amateur de reflex, à l'inverse d'un NEX pour lequel Sony a visé une simplicité accessible à "monsieur tout le monde".

L'ouverture se règle grâce à la molette disposée sur l'objectif (un peu à l'image des anciennes optiques Nikon de série D). Sur le dessus les deux molettes de réglage de la vitesse d'obturation et de compensation d'exposition sont faciles à trouver. Pour changer la sensibilité ISO une pression sur le petit bouton Fn (fonction) et on ajuste avec le pouce sous lequel tombe parfaitement la roue codeuse (la plage disponible s'étend de 200 à 6400, extensible de 100 à 12800). L'autofocus quant à lui est réglable via un petit sélecteur situé sur la tranche gauche du boîtier. De manière très conventionnelle on aura le choix entre les trois modes AF-C, AF-S et M. Rien de révolutionnaire, mais tout est vraiment bien pensé et bien placé. 

Fuji x100 objet de tous les désirs

Mais le gros plus du X100 c'est sa visée. Fujifilm a réussi à  fusionner visée optique et visée électronique. Pas mal pour un boîtier aussi compact. Pour passer de l'une à l'autre, une petite pression sur le petit levier en façade de l'appareil suffit. On peut ainsi le faire en gardant l'œil dans le viseur.

Visée et viseur

Et cet EVF  (Electronic ViewFinder) est assez époustouflant. Très bien défini (1,44 Mpx), ce petit écran de 12 mm il couvre 100% du champ (le viseur optique cadre lui plus large que le champ couvert). Il permet également d'afficher des informations en surimpression sur la visée optique, de sorte que vous disposiez, même en optique, d'un panel d'aides à la prise de vue très intéressant. Une pression sur la touche "Disp back" permet de faire apparaître l'histogramme dans le coin inférieur gauche du viseur, et un horizon artificiel permettant de cadrer droit, en plus d'autres informations utiles (sensibilité, qualité, expo, etc.). Nous attendions Fujifilm au tournant sur cet aspect et le pari d'un viseur hybride est gagné !

fujifilm x100 prise en mains dosOn appuie sur le déclencheur (sans carte à l'intérieur malheureusement)...  et surprise, Fuji a peaufiné les détails au point d'enregistrer 3 sons de déclenchement mécaniques différents, enregistrés sur de vrais boîtiers. Amusant !

La photo prise s'affiche sur l'écran LCD de 7,1 cm du X100. De bonne qualité il permet de se faire une assez bonne idée de la précision de sa photo. Et autant qu'il nous a été permis d'en juger sur le stand, le piqué a l'air de belle facture. En attendant les premiers tests, il est possible de consulter une galerie de clichés officiels, disponibles en téléchargement en pleine définition à cette adresse.

Autofocus

L'autofocus quant à lui semble correct... Fuji en compare la vitesse à celle du F300EXR (pas exceptionnel donc, mais bon et largement en dessous de la seconde). Ce qui est une bonne référence. Mais encore une fois la prise en mains sur stand n'est pas un bon moyen d'en juger. Faire la mise au point sur un garde-chiourme qui ne vous laisse pas vous éloigner à moins de 50cm n'est guère difficile. Quid d'un enfant qui court partout... il faudra patienter encore un peu pour le dire.  

Notre premier avis :

L'impression finale est donc très encourageante. Le démarrage est rapide, la visée est excellente, et l'appareil de très belle qualité. Bien évidemment une prise en main sur stand ne peut avoir valeur de test. Les conditions sont loin d'être optimales et tout ceci demandera une étude plus approfondie. 
Oui le X100 sera cher. Trop cher, c'est vrai. Mais c'est également un bien bel objet, ayant bénéficié de tous les soins dans sa conception. Plaisant en mains, son EVF est un vrai plus et les réglages sont tous facilement accessibles même en visant. Si son ramage (la qualité de ses photos) se rapporte à son plumage (sa qualité générale et sa jolie frimousse rétro)... vous connaissez la suite. Nous en tout cas sommes passés en "mode impatient". La sortie du X100 est programmée début mars au Japon.


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation