CP+ 2016 – Emmenés par Keiji Murata, en charge du marketing pour l'Europe chez Panasonic, nous avons pu rencontrer une délégation d'ingénieurs responsables du design, du software et de l'interface graphique pour répondre à quelques-unes de nos questions sous la houlette de Yoshiyuki Inoue, spécialiste technique pour la presse.

CP+ 2016, Panasonic, conférence de presse avec les ingénieurs
Une partie des ingénieurs venus répondre à nos questions.

Alors que le CP+ 2016 vient de fermer ses portes, Panasonic n'a pas profité de l'occasion pour annoncer un nouveau produit en ce début d'année. Rendez-vous était tout de même pris à Yamagata pour visiter l'une de leurs usines de fabrication d'optiques. Une délégation d'ingénieurs nous attendait afin d'échanger sur les appareils actuels (Lumix G7 et GX8), parler de la stabilisation, du CM1 et du futur. 




Focus Numérique – Les viseurs électroniques sont des pièces essentielles dans la stratégie de développement de vos gammes d'appareils hybrides. Que pouvons-nous attendre comme améliorations dans les années à venir ?

Yoshiyuki Inoue – Vous avez raison, les viseurs sont importants et nous voulons arriver au même niveau de satisfaction que les viseurs optiques. Il nous faut travailler sur la définition, la dynamique, mais également sur toute la partie optique du viseur.

Focus Numérique – La plupart de vos concurrents comme Fujifilm, Nikon, Olympus, Sony utilisent une technologie d'autofocus que l'on nomme hybride et qui associe la détection de contraste et la corrélation de phase. Pourquoi ne développez-vous pas une technologie similaire ?

CP+ 2016, Panasonic, interview de Yoshiyuki InoueYoshiyuki Inoue – Chez Panasonic, nous avons développé notre propre technologie baptisée DFD (Depth from Defocus) qui permet d'améliorer la vitesse de mise au point, notamment pour le suivi de sujet en mouvement.
Nous sommes peut-être pour l'instant moins rapides que certains de nos concurrents, mais ce n'est qu'une question de puissance de calcul. Attendez les prochaines générations de processeurs pour le traitement des données et vous verrez nous serons plus rapides. Nous pensons que les systèmes autofocus hybrides et les hautes cadences d'images ne font forcément pas bon ménage.

Focus Numérique – Les optiques Olympus sont-elles compatibles avec cette technologie DFD ?

Yoshiyuki Inoue – Non, les optiques de Panasonic ne bénéficient pas de notre système autofocus avancé DFD, car il faut que les optiques communiquent beaucoup d'informations au boîtier pour assurer des calculs. 

Focus Numérique – Avec le GX8, vous avez introduit la double stabilisation optique et mécanique. Pensez-vous que le système optique n'est plus assez performant et allez-vous généraliser ce type de stabilisation sur vos prochains boîtiers ?

Yoshiyuki Inoue – Nous pensons que la stabilisation optique est très performante et la stabilisation mécanique ne vient qu'en tant qu'assistante. À l'origine, la stabilisation optique était un meilleur choix, car elle permettait de stabiliser à la fois l'image et la visée. Aujourd'hui, les choses ont évolué notamment avec le système développé par Olympus. La combinaison des deux systèmes sera sans doute dans l'avenir plus efficace. Sur des courtes focales, la différence entre un système optique ou mécanique est peu visible, mais pour des grandes focales (à partir de 400 mm équivalent 24x36), la stabilisation optique est plus efficace. La combinaison des deux systèmes permet à la fois de gagner en efficacité et en amplitude. Pour ce qui est de l'intégration dans les prochains appareils, nous ne pouvons pas répondre à cette question.

Focus Numérique – La stabilisation optique ne peut pas être efficace sur 5 axes, par exemple...

Yoshiyuki Inoue – C'est vrai, mais nous travaillons à améliorer les deux systèmes. C'est un point essentiel pour Panasonic.

Focus Numérique – La communication avec les smartphones pour transférer les photos vers Internet est en plein développement. Que pensez-vous de SnapBridge présenté par Nikon il y a quelques semaines ?

CP+ 2016, Panasonic, interview de Yoshiyuki InoueYoshiyuki Inoue – C'est une technologie intéressante. Mais pour l'instant, je ne peux pas vous confirmer que nous travaillons dans ce sens.

Focus Numérique – Vous rapportez régulièrement des avancées dans vos recherches sur les capteurs organiques. Où en êtes-vous ?

Yoshiyuki Inoue – Nous avançons ! Nous étudions en ce moment plusieurs possibilités de développement. Pour l'instant, il est encore beaucoup trop tôt pour décider dans quel type d'appareil nous pourrons embarquer des capteurs organiques.

Focus Numérique – Avec tous les progrès technologiques des dernières années, comment voyez-vous l'avenir de la photo dans les 5 prochaines années ?

Yoshiyuki Inoue – Les avancées sont globales et nous étudions toutes les possibilités et tous les axes de développement. Toutefois, nous accordons beaucoup d'importance à la communication avec Internet. Nous pensons que le CM1 est une voie qu'il nous faut encore explorer.

Focus Numérique – Il y aura donc un CM2, après le CM10 qui ne téléphone pas et n'est disponible qu'en Asie ?

Yoshiyuki Inoue – Il y aura bien une suite, oui. Je l'appellerai plutôt CMx pour l'instant (rire).

Focus Numérique – Votre parc optique, dans le haut de gamme, manque un peu de cohérence...

interview PanasonicYoshiyuki Inoue – Avec le système Micro 4/3 nous avons une priorité : la compacité. Nous devons proposer des optiques de qualité, mais également très compactes. Mais nous sommes bien conscients que les optiques lumineuses sont très attendues. Nous allons travailler dans ce sens. Mais nous devons proposer des optiques plus compactes que la concurrence. C'est un point essentiel pour nous.

Focus Numérique – Nikon a proposé une très belle optique avec des lentilles diffractives : le 300 mm f/4. Nous pensons que cette technologie est une voie de recherche très intéressante pour l'avenir. Qu'en pensez-vous ?

Yoshiyuki Inoue – C'est effectivement très intéressant qui permet de réduire la taille des optiques. Malheureusement c'est très complexe à mettre en œuvre. Canon n'a pu réaliser que deux optiques DO et Nikon n'en propose qu'une seule. Actuellement, cette technologie est trop compliquée pour être utilisée en production. Nous ne proposerons pas d'optique avec cette technologie dans un futur proche.

> Toute l'actualité du #CP+2016
> Toute l'actualité
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation