Le métier de photographe indépendant, évolue sans cesse, rapidement, et certains font le choix quasiment dès leur installation « à leur compte » de s'orienter aussi vers la vidéo.


 

 Nouvelles fonctionnalités = vecteur de convergence créative

Les nouvelles technologies proposées par certains fabricants, si elles peuvent sembler « de simples gadgets » pour certains, représentent en réalité de formidables vecteurs de convergences créatives et peuvent trouver un véritable écho et un usage, au sein d'une pratique terrain. Beaucoup de photographes « puristes » s'indignent contre l'intégration de cette technologie, de cette capacité à filmer par un appareil photo. Pourtant la réappropriation par le grand public et les professionnels a montré combien l'arrivée de cette fonctionnalité était importante dans la narration de l'image, en élargissant le champ des possibles.


Canon EOS 5D Mark II et la vidéo un phénomène extraordinaire
Canon avait-il prévu le succès de son 5d MKII auprès des vidéographes ?
 

Nouvelles manières de raconter les histoires ?

Le métier de photographe change, évolue et de plus en plus la photographie est devenue aussi un savoir-faire informatique. Sans pour autant qu'il soit question de perte du « plaisir » ni que le photographe soit désormais dans l'obligation de devenir un technicien informatique, nous pouvons nous interroger sur une nouvelle manière de raconter les histoires.

Si la photographie dans son ensemble a toujours été une question de cadrage et de lumière, à l'époque de l'argentique elle était aussi en grande partie de la chimie. Aujourd'hui un glissement s'opère et une nouvelle manière d'appréhender l'image passe par l'utilisation d'outils informatiques tels que Lightroom, Photoshop et désormais la table de montage. Ce n'est pas tant dans l'apprentissage de ces nouveaux logiciels que la difficulté réside, mais dans la façon d'appréhender la narration, la façon dont on va raconter, rapporter une histoire, un fait... Par exemple, une image, c'est un cadre fixe, un instantané. La vidéo, c'est 24, 25 images par seconde. Les contraintes de narration ne sont plus tout à fait les mêmes. Le temps du discours n'est plus le même non plus. À cela se surajoute le problème du son...
               
L'ergonomie des HDSLR n'est pas encore adaptée aux conditions de tournage

    
  Panasonic propose (avec Olympus) la des gammes d'hybrides photo-vidéo la plus développée du marché.

Les POM, l'avenir du métier

Les enjeux se trouvent à ce niveau-là : dans la capacité d'une part des photographes et ... des vidéographes à mettre au point des œuvres « d'images », communément appelées Petites Ouvres Multimédia (POM) et d'autre part, dans la capacité d'écoute que les fabricants accorderont au grand public et aux pros pour leur permettre de mettre en œuvre leurs petites « histoires » (nous pensons notamment au zoom lumineux, à la largesse des gammes optiques, à l'autofocus, mais aussi, à l'ergonomie, à l'autonomie, etc.).

Peut être qu'un glissement sémantique s'opère aujourd'hui et que le photographe-vidéographe pourrait éventuellement acquérir un nouveau statut d'imagier...mais l'apparition de ces nouvelles fonctionnalités doit être vue comme des outils, des moyens de production et si chacune de ces fonctionnalités doit être indépendante et performante, leur convergence doit être un atout et non pas simplement une multiplication de couches de gadgets mise en place pour répondre à une concurrence ou un simple atout marketing.

  La table de montage: un outil de travail comme les autres pour le photographe ?

Démocratisation

Aujourd'hui pour un budget d'environ 3000-4000 euros, il est possible d'être un « studio de production » à soi. Voici une possibilité d'avoir accès à un rendu d'image (nous ne parlons pas de grain ni de texture), mais en tout cas de s'approcher d'un rendu d'image que seuls les films 16 et 35mm permettaient : profondeur de champ réduite, sensibilité accrue, modelée et transitions flou-net par exemple. Ce que l'on appelle le fameux rendu cinéma. Alors démocratisation ne veut pas nécessairement dire vulgarisation, mais tant que certaines fonctionnalités peuvent être vues comme des outils de création, la voie de l'hybridation peut être intéressante à poursuivre.


Le devenir de la photographie ou la question du transmédia.

Pour plus d'informations sur les POM nous vous conseillons de visiter ce lien: http://www.freelens.fr/pom-videographie-webdocumentaire-definition/

Le Smart Reflex ?

Enfin ce questionnement autour de la convergence photo-vidéo nous amène à réfléchir sur un point : le secteur de la téléphonie.

La téléphonie a montré qu'il était possible de mettre en place des outils de communication à la fois convergents et pratiques : du simple téléphone d'hier, nous sommes passés au téléphone intelligent aujourd'hui avec la possibilité de le personnaliser selon ses besoins via une multitude d'applications. Pourquoi ne pas s'interroger sur de telles évolutions en ce qui concerne le matériel photographique ?

Envisageons qu'un constructeur propose un boîtier nu et qu'il soit possible via l'adjonction de firmwares téléchargeables (un firmware market ?) de le personnaliser à l'extrême : filtres artistiques, nouvelles fonctionnalités en vidéo, gestion des fichiers bruts, obturateur électronique...Plutôt que de choisir entre plusieurs appareils de même gamme (par exemple la différence entre un Fuji f500 exr et f550exr tient principalement dans l'ajout de fonctions gps et raw) un même public pourrait mettre à jour son appareil ou en démultiplier les capacités via un simple logiciel téléchargé sur Internet. Un modèle économique à réfléchir pour un constructeur qui verrait ses coûts de production diminués d'une part et un utilisateur qui pourrait évoluer selon son rythme d'autre part.

Reste bien sur le problème de la connexion. Ces appareils d'un nouveau genre doivent pouvoir communiquer et accéder à Internet pour s'ouvrir un champ de possible toujours plus large.
 
Et si nous envisagions un "firmware market" à l'image des Appstore et Android Market ?

         Nikon en pourparler pour l'achat de WebOS
En partant de la convergence photo-vidéo nous réfléchissons à ce que pourrait être un "smartreflex"
 
Seriez-vous prêt à acheter un appareil photo « classique » sans fonctionnalités « gadget » pour un prix plancher puis investir dans un « firmware market » au grès de vos évolutions et besoins pour un prix comparable aux applications disponibles sur l'Apple Store ou l'Android Market ?
 
Notez bien que nous ne parlons pas d'appareil photo capable de téléphoner ! ici nous abordons la question du Smartphone pour réfléchir aux effets de la convergence et mettre en exergue un cas d'implémentation technologique réussi. La question est donc de savoir si vous seriez intéressé par des appareils photo capables d'intégrer en leur sein des "applications" permettant d'envoyer directement vos images sur YouTube ou Flickr par exemple ?

Gageons que les constructeurs réfléchissent déjà à ces nouvelles problématiques et ces nouvelles pratiques. En témoigne Nikon qui semble s'intéresser à WebOS récemment mis en vente par HP.
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation