IFA 2013 : Ça y est, c'est officiel ! Après de nombreuses fuites sur la toile, Sony lance son concept révolutionnaire d'appareil photo connecté intitulé QX à l'IFA. La firme japonaise lance deux modèles en même temps : le QX10 et QX100.

Sony QX 10 et QX100

Commençons par présenter le concept d'appareil QX. Un appareil QX c'est un appareil photo numérique réduit à son strict minimum à savoir un objectif, un capteur, un déclencheur ! Oubliez viseur, écran, boutons, etc.

Sony QX 10 de face

Sony QX 10 et zoom optique doré

Le QX10 dispose d'un zoom équivalent à un 25-250 mm f/3,3-5,9 associé à un capteur CMOS Exmor R de 18 millions de pixels en 1/2,3 pouces. Pour la petite anecdote, il s'agit d'une base technique du compact WX200. Son grand frère le QX100 dispose lui d'un capteur CMOS Exmor R de 20 millions de pixels associé à un objectif signé Carl Zeiss équivalent à un 28-100 mm f/1,8-4,9. Des spécifications qui rappellent celles du RX100 2... 

Sony QX100 et  molette de zoom
Une question se pose donc : comment ça marche ?

Les deux QX peuvent fonctionner de manière autonome grâce à leur déclencheur. Ils disposent d'une batterie et d'un emplacement pour carte mémoire micro SD. Bien entendu dans cette configuration, il faut viser en aveugle et aucun réglage n'est possible ! Mais bon, un RX100 2 qui se résume à sa plus simple expression (un bloc optique + capteur), voilà qui pourrait séduire certains photographes à la recherche de discrétion.

Sony QX 10 et QX100

Les QX sont également équipés du NFC et du Wi-Fi et sont donc capables de se connecter à un smartphone (Android ou iOS, oui oui !) qui se transforme en écran de visée. L'application PlayMemories Mobile prend alors le relais pour la capture. On récupère la visée et les réglages. On peut, bien entendu, transférer et partager les photos et vidéos directement depuis le smartphone.

Sony QX 10 et QX100

L'idée est simplement géniale ! Sony a développé deux montures pour venir fixer les QX sur les smartphones. Le premier vient se clipper, le second se fixe sur une coque. Monté, au hasard, sur le nouveau Experia Z1, on a réellement l'impression d'avoir un appareil photo entre les mains.  Le montage et l'appairage sont relativement faciles et rapides, mais il faut compter tout de même quelques secondes pour être prêt à déclencher avec l'application !

Sony QX 10 et QX100
Question poids et encombrement, les QX sont assez massifs. Le QX100, le plus imposant modèle des deux, mesure, replié, près de 5,5 cm de long pour un diamètre de plus de 6 cm et pèse près de 180 grammes. Dans ces conditions, il est bien entendu impossible d'imaginer laisser en permanence les QX sur un smartphone.

Malheureusement, l'enthousiasme retombe dès lors que l'on explore les possibilités de capture de l'application Play Memories Mobile. C'est assez décevant. En effet avec un RX100 2 on pourrait s'attendre à disposer d'une application de capture haut niveau avec la possibilité d'accéder à tous les réglages possibles comme sur un vrai compact. Il n'en est rien. Le nombre de réglages est extrêmement limité : pas de mode M, pas de fichiers bruts (raw)... L'interface décevante si bien que l'expérience photo n'est pas à la hauteur.

Sony QX10 QX100

Question réglages, on retrouve des modes auto avec de la reconnaissance de scènes, un mode priorité à l'ouverture et un mode programme. Oubliez le mode priorité à la vitesse ou manuel. Question réglages, on retrouve un accès à la balance des blancs, au mode autofocus, aux ratios et formats d'enregistrement, au correcteur d'exposition. C'est tout ! Et c'est dramatiquement pauvre. Pourtant avec des écrans tactiles de cette taille, il y aurait matière à repenser complètement l'interface photo pour les photographes avertis qui auront investi plus de 400 euros dans un module photo de qualité (les mêmes images que l'excellent RX100 2). Nous pourrions imaginer travailler directement sur les courbes de rendu sur l'écran, jouer avec un ou plusieurs doigts pour faire varier l'ouverture ou la vitesse, différentes grilles d'aide à la composition...

C'est d'autant plus dommage qu'on ne retrouve absolument pas de filtres artistiques ou créatifs pour une utilisation, certes tout auto, mais fun et orienté réseaux sociaux.
 Il est donc impossible de bénéficier des nouvelles fonctions photo de l'Xperia Z1 avec ces deux modules !

Notre premier avis

Le concept QX est-il l'avenir de la photo avec un smartphone afin palier les problèmes d'absence de zooms optiques ? Peut-être ! Le système est-il mature ? Oui et non. Mis à part des problématiques de miniaturisation sur les prochains modèles et de rapidité d'appairage, c'est surtout l'expérience photo sur le smartphone qui est à revoir. Imaginez avoir un beau RX100 2 et être limité à une utilisation sans réels réglages ? Quel gâchis !

C'est vraiment dommage, on a un peu l'impression que Sony a mis toute son énergie dans les boîtiers (ce qui est une bonne chose en soit) et a délaissé la partie logicielle sur le smartphone. Pour titiller des amateurs de photo, il aurait été judicieux de proposer une application de capture "pro" avec accès à tous les réglages classiques d'un compact expert, à commencer par l'enregistrement des images en RAW et l'accès aux réglages manuels.

Dans un premier temps, les fonctions que propose l'application sont largement suffisantes pour une utilisation amateur des boîtiers, mais une question se pose alors. Est-ce que ces utilisateurs potentiels ne se suffiraient pas des fonctions photo embarquées dans leur smartphone ? Nous attendons avec impatience des modèles de test pour juger de la qualité d'image et de la praticité d'usage.

Le QX10 sera disponible au prix de 200 euros et le QX100 au prix de 400 euros dès fin septembre. Le QX10 existe en deux coloris noir ou blanc, le 100 est lui proposé en noir uniquement.


Lire également :
> Tous les smartphones testés
> Toute l'actualité photo de l'IFA 2013
Source : Sony
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation