Rondes, carrées, sous la forme d'un cube, plates, repliables, spécifiques aux fichiers raw...il existe aujourd'hui il multitude de chartes de gris et le photographe est parfois bien du mal à faire son choix. Pour vous aider, nous avons réalisé un "maxi comparatif" avec pas moins de 12 références parmi les plus connues. Sont-elles toutes efficaces ? Une "simple" feuille blanche est-elle compétitive face à des solutions à plusieurs dizaines d'euros ? Réponses dans notre comparatif.

Mise à jour du comparatif :

Pour cette première partie, nous vous proposons le test des produits suivants :

> Le test de la QP Card 101 X3
> Le test de la ScuadraTrueColors Medium et Small
> Le test de la CMP RefCard -4

La seconde partie de notre comparatif concerne les chartes suivantes :

> Le test de la charte Kaiser Pro Disk II
> Le test de la charte CMP RefCard White
> Le test des chartes Lastolite Xpo et Ezy Balance

charte gris test review
Quelques-unes des chartes comparées.

Une charte de gris est l’outil indispensable pour tout photographe désirant contrôler avec précision le rendu couleur de ses images.

Elle est généralement composée d’une ou plusieurs références de couleurs neutres (blanc, noir et gris) permettant de vérifier ou régler avec précision la balance des blancs des images. Elle peut également servir à une mesure d’exposition en mode spot à la prise de vue.

Les différentes sources d’éclairage que l’on rencontre en photographie (lampe à incandescence, système halogène, flash, lumière du jour, etc.) diffèrent les unes des autres par la couleur de la lumière qu’elles émettent. Par exemple, un éclairage de type « tungstène » (ampoule à filament classique) délivre une lumière très chaude comparée à un éclairage de type « lumière du jour nuageux» qui, lui, délivre une lumière très froide. Isaac Newton a démontré que toute lumière blanche peut se décomposer en un spectre de couleurs que l’on représente schématiquement par du bleu, du rouge et du vert. La différence de couleurs s’explique par des proportions différentes de rouge, de vert et de bleu selon le type d’éclairage. On caractérise les différents spectres d’émission des sources d’éclairage par une échelle de températures. On parle de température de couleur dont l’unité est le degré Kelvin.

charte gris test review
Spectre d’émission de différents types de sources lumineuses.

Si notre cerveau adapte automatiquement notre vision en fonction de l'éclairage, l'appareil photo restitue les "vraies" couleurs de la lumière qui différent donc selon l'illuminant. L’opération de balance des blancs consiste à équilibrer une image pour qu’un objet blanc (ou neutre) photographié sous un certain type d’éclairage soit restitué comme blanc sur l’image. Finalement, cela permet d’obtenir la vision la plus naturelle et la plus fidèle possible des couleurs par rapport à ce que notre oeil perçoit.

charte gris test review
Une même photographie réalisée avec des réglages différents de balance des blancs.

Le réglage de balance des blancs dans un appareil photo numérique est une opération purement logicielle et entièrement réalisée par le DSP (Digital Signal Processor). Il existe différentes façons de la réaliser : Automatique / Preset / Degré Kelvin / Perso Manuelle. L’étalonnage couleur est appliqué de manière « définitive » pour des photos réalisées en JPeg. Pour des photos réalisées en RAW, les informations de balance des blancs sont mémorisées dans les données EXIF de l’image (les métadonnées) et réinterprétées par le logiciel de développement ; cependant, au moment du développement, la modification du réglage n’a aucune conséquence « destructive » sur l’image.

Pour bénéficier d’un maximum de précisions quant au rendu des couleurs, on peut utiliser une charte de gris qui sert de référence connue pour ajuster la balance des blancs ou réaliser une mesure d’exposition (en mode Spot, dans le cas de l’utilisation d’une charte de gris moyen).

Le mode opératoire est assez simple. On réalise une première photo en incluant la charte de gris dans la scène sous l’éclairage souhaité (la mesure de l’exposition peut être réalisée à cette étape). Dans un deuxième temps, cette photo sert de référence pour réaliser les réglages de balance couleurs avec un logiciel de retouche ou de développement RAW (point noir, point blanc, point gris par exemple). On mémorise les réglages que l’on applique ensuite à toutes les photos réalisées sous ce même type d’éclairage.

Ce type d’outil peut être utile en particulier pour des prises de vue de nature morte ou pour de la reproduction. Il existe un bon nombre de situations pour lesquelles il serait intéressant d’utiliser une charte de gris, dans la mesure où l’on peut prendre son temps !

Depuis peu, on trouve sur le marché pléthore de solutions de chartes de gris. Il est très difficile de pouvoir faire un choix raisonné dans la mesure où toutes les solutions diffèrent par leur conception, leur utilisation et surtout par leur prix.

Le but de ce test est donc de comparer l’utilisation et la finesse des résultats obtenus des principales solutions de chartes de gris existantes.

Nous allons tester les solutions suivantes :

· Lastolite Ezy Balance modèle 30 cm et Xpo Balance 42 cm.
· Kaiser ProDisk II.
· QP Card 101 X3.
· Datacolor Spyder Cube.
· Scuadra TrueColors Medium et Small.
· CMP RefCard -4
· CMP RefCard White
· Kodak Gray Cards R27
· « Une simple feuille blanche »
· Colour Confidence Total Balance et Grey Balance Board.
· X-Rite Colorchecker Grey Scale Card, White Balance Card et Gray Scale Blalance Card.
· X-Rite Colorchecker Passport

Dans un premier temps, nous allons tester les différentes chartes de gris indépendamment les unes des autres. Sur cet aspect, nous allons intégrer le design, l’ergonomie, le packaging, la qualité de construction, les informations d’utilisation fournies par les constructeurs et les résultats obtenus en fonction des différentes possibilités d’utilisation.

Ces considérations essentielles seront complétées par une étude colorimétrique au moyen d’un spectrocolorimètre EFI ES-1000.

chartes de gris test review
Le spectrocolorimètre EFI ES-1000.

La courbe de réflexion spectrale de chaque charte nous renseigne sur la neutralité et les éventuels problèmes de métamérisme (changement de couleur de la charte en fonction de la qualité de la lumière).
Elle représente le coefficient de réflexion relatif (0 étant le minimum et 1 le maximum de réflexion) pour chaque longueur d’onde de la lumière réfléchie.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à visiter la page Wikipedia sur la lumière visible : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lumière_visible

Grâce à cette courbe, il est possible de déduire les valeurs colorimétriques L*a*b* réelles des chartes de gris, et de les comparer avec celles données par le constructeur.

Attention, ces comparaisons dépendent de la précision des différents instruments de mesure utilisés, aussi bien les nôtres, que ceux du constructeur de charte.

Deux instruments de mesure, même parmi les plus chers, peuvent donner des résultats différents.

Nous vous invitons à consulter les spécifications techniques de notre instrument de mesure, ainsi que le reste de la gamme EFI sur leur site : http://www.efi.com/.

Nous avons représenté les valeurs L*a*b* dans un diagramme de chromaticité a*b* « agrandi » pour rendre compte graphiquement de leur neutralité.
L’axe a* représente l’axe rouge-vert, l’axe b* représente l’axe jaune-bleu.
L*, non représenté sur le diagramme, est la valeur de clarté des patchs.

Plus les valeurs s’approchent de 0 sur chacun des axes, plus les patchs sont neutres.

Dans notre cas, nos mesures ne se focalisent que sur le centre du L*a*b* (nous mesurons des patchs de couleur neutre). Normalement les diagrammes L*a*b* se représentent de -128 à + 128 (comme dans Photoshop), pour plus de visibilité les nôtres se cantonnent de -14 à +14.

Vous trouverez plus d’information sur le L*a*b* sur Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/CIE_Lab

Dans un second temps, nous ferons une approche comparative, afin d’étudier les différents résultats que l’on peut obtenir avec les différentes chartes.

Dans la pratique

La deuxième partie du test consiste à mettre en œuvre la charte de gris grâce à une scène test et à étudier les résultats en fonction des différentes méthodes d’utilisation préconisées par le constructeur.

La scène test a été conçue pour nous permettre d’émettre un avis sur le rendu des couleurs, le rendu des valeurs et enfin le rendu des détails. Les différents éléments qui la composent ont été choisis afin de recréer les situations les plus délicates que l’on peut rencontrer dans la nature :

charte de gris test review
La scène de test mise en place au laboratoire.

· Objets brillants (outils, lampe de poche, lampe de projecteur épiscopique)
· Objets en verres (lampe de projecteur épiscopique)
· Couleurs très saturées (échantillons de peintures fluorescentes, ColorChecker de X-Rite)
· Détails grossiers (cartes à jouer, pinces à linge)
· Détails fins (pinceau et éventail)
· Textiles (nœud papillon en jean)
· Végétaux (bouquet de fleurs)
· Teintes chair (photo issue du Color Management Check-Up Kit de Kodak)
· Détails dans les hautes lumières (petit tas de poudre blanche… du talc !)
· Détails dans les ombres (la boîte noire dans laquelle se trouve un empilement d’agrafes)
· Couleurs références (billets de banque et timbre postal qui constituent une référence couleur connue par tout le monde)

Toutes les prises de vue ont été réalisées avec un Canon EOS 5D équipé du 28-70 mm f/2.8 série L en RAW. Les paramètres d’exposition et la mise au point sont restés les mêmes. La nature morte était éclairée au flash. Les fichiers RAW ont été développés grâce au module Camera RAW d’Adobe Photoshop CS3. Le développement se réalise toujours de la même manière (Preset flash pour la balance des blancs).

Le principe est simple, on réalise une première photo de la scène seule et une deuxième en y intégrant la charte de gris.

L’approche comparative

Comme il est rigoureusement impossible d’obtenir deux fois la même image avec un même appareil photo numérique, nous avons décidé d’intégrer toutes les chartes de gris à notre disposition dans la scène test afin de pouvoir comparer leurs performances sur une même image.

Après développement du fichier RAW dans les mêmes conditions que précédemment, nous avons réalisé les différentes méthodes pour équilibrer les couleurs d’une image en utilisant sur le même fichier, toutes les chartes de gris. Avec un jeu de calques sous Photoshop il est très facile de pouvoir comparer les résultats.

Pour obtenir une comparaison chiffrée, nous avons mesuré les valeurs L*a*b* de la gamme de gris de la ColorChecker, au moyen du spectrocolorimètre. Nous les avons par la suite comparées aux valeurs L*a*b* de Photoshop après développement et équilibrage des gris au moyen des chartes.

Les différences entre les valeurs réelles la charte et les valeurs mesurées après développement sont concentrées dans un seul chiffre, le DeltaE (L*a*b*), la distance entre deux couleurs. Plus le DeltaE est petit, plus les deux couleurs sont proches.

Plus d’informations sur le Delta E vous pouvez visiter la page Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Delta_E


Pour cette première partie, nous vous proposons le test des produits suivants :

> Le test de la QP Card 101 X3
> Le test de la ScuadraTrueColors Medium et Small
> Le test de la CMP RefCard -4

Mise à jour de notre comparatif avec 4 nouvelles chartes :

> Le test de la charte Kaiser Pro Disk II
> Le test de la charte CMP RefCard White
> Le test des chartes Lastolite Xpo et Ezy Balance
PARTAGER

Vos réactions sur le forum :
Comparatif géant de chartes de gris



Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation