Depuis 14 ans, Canon et Nikon sont spécialistes de la stabilisation optique. Cependant, la recherche a depuis plus porté sur l'amélioration du système que sur l'extension de son domaine d'excellence : le téléobjectif. Canon vient cependant d'annoncer une révision majeure de son stabilisateur d'image IS, l'ouvrant à de nouvelles applications notamment en macrophotographie.

Classiquement, la stabilisation optique repose sur des capteurs gyroscopiques, détectant les mouvements de rotation de l'appareil en tangage et en lacet. Un groupe optique est ensuite déplacé pour que la projection de l'image sur le capteur (ou la pellicule) soit fixe, quels que soient les mouvements de l'appareil... en rotation.

Cela fonctionne particulièrement bien pour les téléobjectifs. En effet, une fois équipé d'une longue focale un peu lourde, l'appareil oppose une inertie notable aux mouvements de translation et a plutôt tendance à tourner autour de son centre de gravité. Comme, du fait des hautes vitesses d'obturation nécessaires, ce sont également les objectifs pour lesquels l'intérêt de la stabilisation est le plus évident, tout va bien : avec un gain de 3 vitesses, par exemple, une photo au 1/80è de seconde avec un 300 mm a toutes les chances d'être nette.

Cependant, sur les objectifs plus courts, la stabilisation perd en efficacité. La vitesse limite est plus basse, les mouvements plus importants, et surtout l'inertie est moindre : on voit donc apparaître des translations -- l'appareil monte, descend, se décale à gauche ou à droite pendant la prise de vue.

Ce type de mouvement devient particulièrement perceptible en macro : au rapport 1:1, un déplacement d'un dixième de mm de l'appareil entraîne un déplacement double de l'image projetée sur le capteur ; si le pas du capteur est de 5 µm, cela entraînera un flou de pas moins de 40 pixels !

Canon va donc ajouter aux gyroscopes des accéléromètres, capables de détecter un mouvement de l'appareil en l'absence de rotation. Le système de correction optique demeure a priori le même (son principe demeure identique : déplacer une image sur le capteur), mais l'algorithme de pilotage est modifié pour prendre en compte ces nouvelles informations.

Selon le communiqué, ce nouveau système, baptisé Hybrid IS, devrait arriver dans un nouvel objectif EOS «dont la commercialisation est prévue avant la fin de l’année 2009». Il est raisonnable de supposer qu'il s'agira d'un nouvel objectif macro, mais nous n'en savons pas plus pour l'heure.

PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation