Avec l'arrivée de Canon sur le segment des compacts à objectifs interchangeables (COI), c'est tout ce segment photographique, initié par Olympus et Panasonic il y a tout juste 4 ans, qui est désormais consacré. En fermant la marche, Canon et l'EOS M, c'est son petit nom, n'ont pas le droit à l'erreur. Alors, pari réussi ?

Canon EOS M avec le 22 mm f/2 et les 4 coloris disponibles
Le nouveau Canon EOS M ici présenté avec l'optique pancake 22 mm f/2 se décline en 4 coloris : argent, noir, blanc et rouge.

Depuis le lancement des Nikon 1, nombreux sont les photographes qui attendaient Canon sur le segment en pleine évolution que sont les COI. En dévoilant l'EOS M (oui, il n'a pas de numéro, juste une lettre, comme se nommeront les prochains modèles de la gamme, mystère...) Canon rejoint donc les principaux fabricants photo sur ce segment en plein développement. Pourquoi M ? L'origine n'est pas clairement définie, sans doute pour Mini ou Mobile. 

Canon EOS M face sans optique
Le Canon EOS M et son capteur APS-C que nous connaissons déjà, puisqu'il équipe déjà le reflex EOS 650D. Une Led est disponible pour épauler le système autofocus.

Nouvel autofocus, nouvelle monture et nouveaux objectifs

Si l'arrivée de Canon sur le segment COI n'était plus vraiment un mystère, la question du capteur choisi  restait entière. La présentation, il y a quelques semaines du reflex Canon EOS 650D, avait toutefois donné quelques indices. En effet, le nouveau capteur APS-C Cmos de 18 Mpx intègre une nouveauté essentielle : un système autofocus par corrélation de phase qui utilise certaines photodiodes du capteur pour opérer la mise au point sur 31 collimateurs. Le système n'est pas complètement nouveau et est déjà utilisé à la fois par Fujifilm, précurseur dans le domaine, et Nikon, sur les boitiers J1 et V1.
Canon EOS-M capteur et correlaction de phase
Le capteur du Canon EOS M et la zone en rouge sur laquelle le boîtier utilise des photodiodes pour réaliser la mise au point. Sur la zone bleue, c'est un autofocus par détection de contraste qui serait utilisé.

C'est donc bien ce capteur de 22,3 x 14,9 mm que nous retrouvons dans l'EOS M qui permet une mise au point sans miroir. Nos premiers essais ont montré une réactivé assez moyenne proche de celle des compacts de la marque, mais un ton en dessous des des Micro4/3 les plus vifs du moment (Olympus OM-D EM-5 ou Panasonic GX1). Notez qu'il s'agissait de modèles non définitifs et des progrès sont attendus sur ce point précis. En plus de l'autofocus classique (Single), vous pouvez opter par un mode FlexiZone (multi ou single) très pratique avec un écran LCD tactile et bien sûr la détection des visages et le suivi AF. 

Logiquement, le compact à objectifs interchangeables EOS M reprend une partie des caractéristiques techniques du 650D avec notamment l'utilisation du processeur de traitement des données de dernière génération DIGIC 5 qui permet  l'écriture de fichiers raw CR2 sur 14 bits (5184 x 3456 pixels), une cadence rafale à 4,3 vps sur 17 JPeg et 6 raw (étonnamment le 650D grimpe lui à 5 vps...), un mode vidéo HDTV 1080 à 29,97 / 25 / 23,976 vps. En mode HDTV 720p, vous pouvez monter jusqu'à 59,94 / 50 vps pour réaliser de beaux ralentis. La plage ISO s'étend de 100 à 25600 ISO et devrait être une copie conforme de celle du 650D (très bien jusqu'à 3200 voire 6400 ISO, plus problématique au-delà). En l'absence de cellule, c'est le capteur qui estimera l'exposition (évaluative, pondérée centrale et spot).

L'EOS M dispose également du nouveau système de nettoyage par onde supersonique (celui d'Olympus ?!?) qui équipe également le reflex haut de gamme 1D X. Initié sur l'EOS 1100D, l'obturateur mécanique à premier rideau électronique trouve également sa place sur l'EOS M et seul le second rideau produit un son mécanique. Au final, le boitier n'est pas complètement silencieux, mais assez discret (l'OM-D EM-5 fait toutefois moins de bruit).                       

En supprimant le miroir, Canon a réduit la taille du boîtier qui ne fait plus que 109 x 67 x 32 mm pour une masse d'environ 300 g. Le tirage optique ne fait plus que 18 mm et il a fallu donc utiliser une nouvelle monture baptisée EF-M. La marque propose aujourd'hui 2 optiques : un classique 18-55 mm f/3,5-5,6 IS de belle facture, mais assez encombrant et un séduisant 22 mm f/2 équivalent à un 35 mm.

Canon EOS-M 22 mm f/2 et 18-55 mm f/3,5-5,6
Le 22 mm à gauche et le zoom transstandard 18-55 mm à droite. Vous l'avez sans doute remarqué en début d'article, l'EOS M sera disponible en noir, blanc, argent et rouge. Les optiques seront disponibles uniquement en gris.

Une bague EF est également disponible (150 euros environ et probablement proposée dans un kit avec le 22 mm f/2). Celle-ci permet de conserver tous les automatismes et de conserver le coefficient multiplicateur 1,6x de la gamme Canon.
Canon EOS m avec bague EF et 70-200mm f/2,8
Avec le 70-200 mm f/2,8, l'EOS M parait bien rikiki. SI la chose est possible, on doute déjà de la prise en mains d'une telle association.

Prise en mains et interface

Nous avons eu la possibilité de prendre en mains le nouveau compact de Canon. La finition est plutôt réussie et les matériaux utilisés semblent de qualité. La préhension est agréable à la fois par la cale pour le pouce au dos de l'appareil et le petit grip à l'avant. Un grip dont nous avons déjà pu apprécier l'efficacité sur le S100 de Canon par exemple. L'EOS M est clairement orienté pour le grand public, en témoigne l'absence de barillet pour le choix des modes d'exposition (P,S,A et M). Vous retrouverez une interface plutôt dépouillée avec au dos une touche pour l'enregistrement vidéo, 3 commandes et un trèfle de sélection entouré d'une roue codeuse pour faciliter les réglages ou la navigation dans les menus.

Canon EOS M dos
L'interface est assez dépouillée et ressemble volontairement à celle d'un compact de la marque, orientation grand public du boîtier oblige.

L'écran est de belle facture et affiche 1 040 000 points sur une diagonale de 7,7 cm (ratio 3:2) et comme celui du 650D, il est tactile et multipoint. Il s'avère très réactif et agréable à utiliser. Comme sur un smartphone, vous pouvez utiliser les deux doigts pour zoomer ou naviguer dans une image. Malheureusement, celui-ci n'est pas inclinable ou orientable. 

Sur le dessus du boitier, certains auront remarqué la molette sur l'épaule droite. Malheureusement, il s'agit d'un «simple» sélecteur de mode (auto, photo, vidéo) auquel il aurait été judicieux d'ajouter une position On/Off afin d'éviter les manipulations d'une commande annexe. Le mode A+ (auto) donne accès à une interface simplifiée, mais qui manque encore d'élégance (pas d'images pour les exemples, manque de couleur). Les autres modes disposent d'une interface graphique plus classique, mais qui fonctionne avec le tactile. C'est sobre et efficace «à la Canon» serait-on tenté de dire !

Canon EOS M dessus
Les deux entrées audio pour la stéréo sont malheureusement localisées sur la gauche de l'appareil. 

Certains l'auront vite remarqué, l'EOS M ne dispose pas de flash intégré (d'autres marques avaient déjà pourtant essuyé les plâtres de cet oubli...), mais une griffe porte accessoire est bien présente. Vous pourrez donc fixer le flash externe SpeedLite 90EX livré avec tous les boîtiers. Notez que celui-ci fonctionne avec toute la gamme reflex EOS et nécessite 2 piles AA. Il dispose d'un NG de 9 (ce qui est assez faible) à 100 ISO et permet de piloter les flashes distants sans fil. Il est toutefois assez volumineux : monté sur l'EOS M, l'ensemble est plus haut qu'un 500D par exemple.

Canon EOS M avec flash
Pas de flash intégré, mais une griffe et un flash SpeedLite 90EX livré en standard.
 
Côté connectique, le compact Canon est complet avec une entrée Micro (et des vu-mètre) pour améliorer la captation audio, une sortie HDMI et une sortie USB2. Le boîtier accepte même les cartes SD UHS-I, ce qui n'est pas le cas du 650D !
Canon EOS M avec le 22 mm
L'EOS M bénéficie d'un nouveau type d'attache pour la courroie de cou ou une dragonne.

Taille réduite oblige, l'EOS M embarque une nouvelle batterie LP-E12 qui dépasserait à peine les 200 vues.

Prix et disponibilité

L'EOS M sera disponible en septembre avec EF-M 18-55 mm pour environ 900 €, ou en bi-kit avec le 18-55 mm et le 22 mm pour 1100 €.

Notre premier avis :

Il faut bien avouer que l'EOS M nous laisse un peu sur notre faim. Canon a choisi une orientation grand public pour son compact, un choix facilement compréhensible puisque le créneau est actuellement le plus porteur.

Toutefois, nous avons plus de mal à comprendre certains choix pour ce nouveau système. Ainsi, pourquoi ne proposer que 2 optiques (un zoom 18-55 mm tout ce qu'il y a de plus classique et un 22 mm f/2 intéressant) alors que les Nex de Sony ont souffert d'un parc optique trop restreint ? En outre, Panasonic a créé avec le 14-42 mm PowerZoom rétractable et motorisé à la fois compact et pratique en vidéo, une nouvelle référence pour le grand public que Canon ne peut ignorer. Même si une bague d'adaptation EF/EF-S existe, la raison de l'existence de tels produits tient essentiellement à la recherche d'appareils compacts, ce qui ne sera plus le cas avec une optique EF ou EF-S.

L'absence de flash intégré est également difficile à comprendre. Certes, l'EOS M est livré avec un flash externe, mais celui-ci est gros, peu puissant et nécessite des piles. Gageons que nombreux sont ceux qui ne visseront pas le flash à chaque sortie... D'autres choix, pour un modèle grand public, nous paraissaient plus importants que la prise micro stéréo. Ainsi, un écran orientable, un mode panorama par balayage ou des connectiques plus évoluées (GPS, USB3 ou même Wi-Fi) auraient été un plus.
Les photographes amateurs regretteront quelques manques comme une molette de réglage sur l'avant (pour l'index), la possibilité de connecter un viseur (optique ou électronique) ou de pouvoir personnaliser quelques commandes.

Si pour nous, le positionnement de l'EOS M nous semble un peu flou, le COI de Canon est séduisant par différents aspects comme sa belle finition, son écran tactile de qualité, son capteur APS-C qui permettra de jouer avec la profondeur de champ (notamment avec le 22 mm f/2) ou l'interface facile à appréhender. Dans tous les cas, nous sommes impatients de pouvoir tester ce nouvel arrivant !

Canon EOS M

Source : Canon France
Contact LES RDV PHOTOS Charte de la vie privée