Le Canon EOS 50D a été officiellement présenté ce matin. Nous avons eu le temps de prendre (rapidement) en main le nouveau reflex équipé du 18-200 mm. De quoi délivrer une première impression.


Avant tout, il convient de préciser que l'EOS 50D ne vient pas, contrairement à ce que j'annonçais ce matin, remplacer le 40D, mais complèter la gamme reflex EOS.

Le capteur CMOS 15 Mpix qui équipe le nouvel EOS 50D est d'une conception entièrement novatrice avec une optimisation de l'espace des micro-lentilles (il n'y a plus d'espace entre celles-ci) pour maximiser l'arrivée de la lumière sur les photosites. Ce nouveau capteur est également plus rapide que celui présent dans le Canon EOS 40D (1,5x plus). Il est en outre épaulé par le processeur DIGIC 4 (lui aussi plus rapide que la précédente version) et qui assure de nombreuses fonctionnalités dont : la réduction du bruit sur plusieurs niveaux (désactivé, faible, standard et importante), la correction automatique de la luminosité, la mise sous tension...Notez que le mode rafale n'est pas dégradé par la gestion du bruit électronique sauf en mode Important.
On remarquera que le passage en mode priorité Haute Lumière est désormais signalé à la fois dans le viseur et sur l'écran LCD par la présence d'un symbole D+.
Le 50D intègre désormais une correction automatique du vignetage et embarque 26 profils d'objectifs (essentiellement des grand-angles EF-S et EF et quelques téléobjectifs). Il sera possible d'augmenter cette base de données jusqu'à 40 objectifs via Pictures Utility.
Le mode visée directe dispose de 3 modes AF. Le mode détection des visages permet de détecter jusqu'à 35 visages. Une simple pression sur le multicontrôleur permet de commuter le mode AF détection des visages au mode AF directe (rapide).
Le système antipoussière a été amélioré. Le filtre passe-bas est traité avec de la fluorite pour renforcer la répulsion des poussières.
Le lecteur de cartes est compatible UDMA et permet une vitesse de transfert de l'ordre de 133 Mo/s (la plupart des cartes actuelles sont à 45 Mo/s).
Les deux modes sRaw et sRaw2 permettent de limiter la taille des fichiers Raw (ils devraient "peser" environ 30 Mo) en diminuant la définition des images par interpolations des pixels. Le mode sRaw a une définition de 7,1 Mpix alors que le sRaw2 a une définition de 3,8 Mpix.
L'EOS 50D dispose d'une prise mini HDMI. Le câble nécessaire pour relier le reflex à un téléviseur HD sera vendu en option.
Deux nouvelles touches font leur apparition : une touche Fn personnalisable (mais peu d'options sont sélectionnables : qualité des images, bracketing d'exposition...) et une touche pour la visée directe.

Nous avons eu également quelques explications sur le mode CA (mode auto créatif dont vous pouvez apercevoir le fonctionnement dans la vidéo). Celui-ci permet de jouer, via des curseurs, sur des paramètres comme la netteté du fond ou l'exposition du sujet. Si la démarche est louable (les notions d'ouverture et de profondeur de champ ne sont pas familières pour tout le monde), on se posera la question de la légitimité d'un tel mode sur un reflex expert. En outre, la mise en oeuvre est assez laborieuse avec des pictogrammes pas facilement identifiables et des manipulations à répétitions pour opérer les changements.

Il est possible de réaliser des micro-réglages de la mise au point (problème de front ou back focus) et d'enregistrer les réglages pour 20 objectifs. Enfin, il est possible d'enregistrer directement les données de copyright dans les champs IPTC des images.

La première prise en main du 50D n'est pas déroutante : le boîtier est pratiquement similaire à celui du 40D. On retrouve donc un reflex bien construit (avec des joints étanches sur les trappes carte et batterie), un viseur plutôt agréable et un autofocus nerveux. L'écran LCD 920 000 points apporte un indéniable confort et la détection des visages s'est montrée des plus véloces.
Bien sûr avec des photosites très petits, on pouvait s'interroger sur le traitement du bruit électronique. S'il n'est pas possible de se prononcer définitivement avant les tests d'un exemplaire définitif, les quelques clichés réalisés se sont montrés vraiment étonnants pour un capteur APS-C jusqu'à 6400 ISO. Avec une définition de 15 Mpix, nous sommes plus qu'impatients de voir les résultats avec un firmware définitif.
Concernant le 18-200 mm IS, l'impression est plus mitigée. Cette optique était attendue, elle pourra décevoir le photographe exigeant. Si la luminosité est de bon aloi (f/3,5-5,6) avec un système de stabilisation, on regrette que la motorisation ne soit pas USM (pas de retouche du point pendant les mouvements), l'absence d'échelle de distance et le parasoleil vendu en option.

Vous pouvez également visualiser une vidéo de présentation du nouveau Canon EOS 50D par José Branchard, chef produit reflex chez Canon France.

Source : Canon France
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation