Canon présentait donc ce matin son nouveau reflex numérique entrée de gamme  : l'EOS 1000D (599 euros nu, 699 avec un 18-55 mm stabilisé).

Canon EOS 1000D flash ouvert

L'occasion de prendre rapidement en main le nouveau reflex accompagné du flash cobra Speedlite E430 EX II (299 euros).
Premier constat, l'EOS 1000D a une finition nettement moins qualitative par rapport au 450D, même si les boîtiers sont similaires au niveau du design. Le plastique employé est beaucoup plus léger et la prise en moins beaucoup moins rassurante. Le revêtement sur la poignée et au dos de l'appareil est également différent et moins agréable sur l'EOS 1000D. Les touches de contrôle sont toutefois plus larges et donc plus facilement manipulables et le barillet de sélection des modes d'exposition est également plus haut et plus facilement utilisable.
Un coup d'oeil dans le viseur nous remémore les temps (pas si anciens) des EOS 300D/350D/400D et si le grossissement est très légèrement supérieur (0,81x contre 0,8x pour le 400D), la visée est beaucoup plus étriquée que sur l'EOS 450D (0,87x) et le champ couvert reste identique (95%). La visée est également légèrement plus claire grâce à la présence d'un nouveau pentamiroir dont le tain est plus réfléchissant. La différence n'est vraiment pas significative. On appréciera toutefois l'affichage de la sensibilité ISO dans le viseur.
L'écran LCD de 2,5 pouces (230 000 points) est très lumineux et permet une assez bonne lisibilité même en plein soleil. Les angles de vision sont légèrement élargis et sont désormais de 170°.

Le capteur de 10 Mpix dispose de photosites dont la taille est de 5,7 µm (contre 5,2 pour l'EOS 450D) et le rapport signal / bruit est équivalent à celui du 400D. La présence d'un processeur Digic III devrait garantir un excellent traitement du bruit électronique (assez proche de celui de l'EOS 450D) et cette puce assure également une bonne réactivité de l'appareil (mise sous tension, enregistrement, exposition...).
Le système AF reste sur 7 collimateurs (équivalent à celui des 350D/400D), mais de nouveaux algorithmes (ceux présents dans le 450D) devraient assurer une meilleure réactivité. On regrettera toutefois la plage de luminosité réduite (0,5 - 18 IL).
Le mode rafale est à 3 i/s en Jpeg, mais à 1,5 en Raw et Raw + Jpeg. Dans ce dernier mode, le buffer est limité à 4 vues...
La visée sur écran LCD est bien sûr présente après avoir été intégrée sur les modèles haut de gamme et vous disposez toujours de deux modes AF : rapide (avec mouvement du miroir et utilisation du système AF classique) et direct par détection du contraste. Ce dernier mode est toujours aussi lent (quelques secondes pour réaliser la mise au point) et on est loin des performances d'un simple Powershot série A. Nous ne manquerons pas de nous étonner de ce petit détail : le système Live View n'est pas activé par défaut. Il faudra faire un détour par les menus pour l'activer lors du tout premier démarrage de l'appareil. Ce ne sont que quelques boutons à presser, certes, mais nous nous serions attendus à ce que cette possibilité soit offerte par défaut sur un boîtier susceptible d'attirer des clients d'APN compacts, dont une des premières questions une fois confrontés à un reflex est souvent : «Comment on allume l'écran ?»
L'EOS 1000D dispose également des styles d'image et de l'amélioration de l'exposition (contre-jour, sous-exposition, faible contraste...) et d'un système de nettoyage relativement performant (identique à celui du 450D).

Après une rapide prise en main, la première réaction concerne le prix de lancement. À 599 nu et 699 avec un 18-55 mm stabilisé, le kit reste cher (sensiblement plus cher que les kits concurrents : Sony Alpha 200 ou Pentax K200D). Il s'agit toutefois d'un prix public qui devrait être différent de celui que le consommateur trouvera en boutique. Si l'ergonomie générale est améliorée (la prise en main est beaucoup plus agréable), la finition est vraiment très légère et face à un Pentax K200D notamment, la visée est vraiment étroite. Sur un plan technique, l'EOS 1000D se positionne très bien face à la concurrence avec un capteur 10 Mpix et une puce de traitement rapide et de qualité. L'autofocus ne devrait pas poser de problème et les 7 points sont amplement suffisants pour un usage amateur. On peut juste regretter qu'une option ne permette pas d'utiliser automatiquement des menus simplifiés (il est possible de créer des menus personnalisés), la profusion de paramètres pouvant décontenancer un photographe débutant.
On attend avec impatience de recevoir les premiers exemplaires pour des tests.

Vous pouvez retrouver la prise en main (rapide) de l'EOS 1000D et la présentation de José Branchard (Chef produit photo Canon France) dans cette vidéo.


Le nouveau flash Speedlite 430 EX II (299 euros) est une belle évolution du précédent modèle qui reprend de nombreuses caractéristiques du modèle haut de gamme (580 EX II) et notamment le sabot en métal, les contacts montés sur des ressorts, le système de verrouillage rapide et la possibilité de piloter celui-ci depuis un boîtier. Le nombre guide est de 43 maximum et il couvre un champ jusqu'à 14 mm.

Vous pouvez retrouver une présentation du flash cobra Canon Speedlite 430 EX II dans cette vidéo.

Source : Canon France
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation