Les grandes années de compétitions sportives sont souvent l'occasion pour Canon et Nikon d'annoncer le renouvellement de leurs appareils les plus haut de gamme. Avec l'Euro en juin en France et les Jeux Olympiques de Rio en août, 2016 ne déroge pas à la règle et c'est sans grande surprise que Nikon a dévoilé son D5 au CES de Las Vegas, suivi début février par son concurrent historique Canon avec l'EOS-1 D X Mark II. Les deux appareils jouent clairement sur le même tableau : capteurs 24x36 de 20 Mpxl, vidéo 4K, autofocus véloce, rafale hyper rapide. Ce sont des bêtes de courses taillées pour le sprint autant que pour le marathon. Mais sur le papier, quelques différences de stratégie les distinguent.



De nouveaux records

Lors son annonce associée à celle du D500, le Nikon D5 a surtout fait sensation par ses nouveaux records : de sensibilité, au-dessus des 3 000 000 ISO, et d'autofocus, avec un système à 153 collimateurs, dont 99 croisés et une sensibilité qui descend à -4 IL sur le capteur central (le Sony A6300 dispose de 425 points, mais sur l'imageur principal).

Face à cela, le Canon EOS 1 D X Mark II semble bien mal équipé pour lutter. Il conserve le rythme, certes excellent mais inférieur, de l'EOS 1 D X avec son système autofocus à 61 collimateurs et sa plage de sensibilité qui progresse à peine pour atteindre un maximum à 204 800 ISO.

Mais à y regarder de plus près, le porte-étendard de la marque rouge présente tout de même quelques caractéristiques supérieures, notamment ses 61 collimateurs sensibles à f/8 quand le D5 n'en compte que 15. Sur le terrain, cette différence pourrait être notable lors de l'utilisation d'un doubleur de focale, par exemple.

Sur les deux appareils, l'autofocus tire désormais profit du capteur d'exposition pour une recherche de point plus rapide. Le système était déjà employé par Nikon et il sera intéressant de voir si la présence de ce nouvel Ai Servo III+ chez Canon présente un gain significatif en rapidité. D'autant que le capteur d'exposition de l'EOS 1 D X Mark II est deux fois plus défini que celui qui équipe le D5 et que l'appareil est également en mesure de tirer parti des gyroscopes intégrés aux objectifs.

Côté cadence, c'est Canon qui affiche un meilleur chrono, à 14 im/s avec le suivi de l'autofocus, et jusqu'à 16 im/s miroir relevé. Nikon arrive une place derrière, mais toujours en bonne position avec une rafale à 12 im/s ou 14 im/s dans les mêmes conditions.

Des stratégies différentes

Si les deux appareils effectuent une course de vitesse très disputée, c'est peut-être sur un autre tableau que se joue vraiment la compétition. En effet, bien que clairement concurrents, les Canon EOS 1 D X Mark II et Nikon D5 empruntent des voies légèrement différentes.

Chez Nikon, on a mis l'accent sur les qualités de course du D5 en vitesse, mais aussi en endurance avec une autonomie de plus de 3 700 vues. La batterie de l'EOS 1 D X Mark II montrera quant à elle des signes de fatigue dès les 1 200 images parcourues.

Chez Canon en revanche, on a pris le parti de l'efficacité pour éviter les pertes de temps. Ce sont donc les automatismes de l'appareil que les ingénieurs ont particulièrement travaillés. Le capteur dévolu à la mesure d'exposition est mieux armé et une série de traitements sont appliqués de manière automatique aux fichiers JPEG pour qu'il ne soit pas nécessaire de passer par le développement des fichiers RAW.
La marque a par exemple automatisé le Digital Lens Optimizer, propose un double système de nettoyage du capteur avec cartographie des poussières et a intégré un GPS qui facilitera grandement le référencement des images par zone géographique.

Côté vidéo, les deux appareils sont passés à la 4K, mais là aussi de manière différente.

Nikon a fait le choix de la 4K "Télé" à 3 840 x 2 160 px. Un format plus courant qui devra cependant se limiter à des séquences de 6 minutes et à une zone particulièrement restreinte de l'image, entraînant un facteur de correction de focale de 2,2.

Chez Canon, c'est la 4K "Ciné" à 4 096 x 2 160 px qui a été retenue. Si le choix est étonnant, on appréciera de pouvoir filmer pendant 30 minutes consécutives ainsi que l'impression plus grand angle due au coefficient de correction de 1,3.

En Full HD, on pourra exploiter pleinement le capteur du D5, alors que le Canon se distinguera par son mode à 120 im/s pour de super-ralentis dont on pourra extraire des images de plus de 8 Mpx. Chez Canon, le mode vidéo profite également du système Dual Pixel AF qui, associé aux fonctionnalités tactiles de l'écran, pourrait faire gagner un temps précieux de mise au point. En revanche, on peut se montrer déçu de l'exploitation partielle des fonctionnalités de cet écran tactile, quand Nikon propose une navigation du bout des doigts aussi bien en capture photo que vidéo et en mode lecture.

Doit faire ses preuves sur le terrain

Comme toujours, ce comparatif de fiches techniques donne une vision parcellaire de ce qui distingue les deux appareils. Et à comparer les fiches techniques des Canon 1 D X Mark II et Nikon D5, on comprend bien que si des différences apparaissent sur le papier, c'est réellement sur le terrain que va se jouer la compétition entre les deux poids lourds. On les comparera alors sur leurs facultés d'interprétation des images, leur fluidité, leur efficacité et leur fiabilité.

Car à 6 200 € pour l'EOS 1 D X Mark II et 7 000 € pour le Nikon D5, ce qui est certain, c'est que la moindre défaillance mettrait l'un des deux KO.

COMPARAISON DES FICHES TECHNIQUES

  1 D X Mark II Nikon D5
Capteur 20,2 Mpx 20,8 Mpx
Taille du capteur 35,9 x 23,9 mm 35,9 x 23,9 mm
Densité par cm² / taille photosite 8,48 Mpx / 1,39 µm 8,36 Mpx / 1,43 µm
Filtre AA oui oui
Capteur stabilisé non non
     
Sensibilité 100-25 600 ISO
ext. 204 800 ISO
100-102 400 ISO
ext. 3 280 000 ISO
     
Collimateurs 61 153
Dont croisés 41 99
Plage de fonctionnement -3 à 18 IL -4 à +20 IL
Collimateur sur le capteur principal oui non
Mesure d'expo Capteur RVB 360 000 px Capteur RVB 180 000 px
Compensation d'expo ±5 IL ±5 IL
Mesure spot lié au point AF sélectionné oui oui
     
Obturation max. 1/8 000 s 1/8 000 s
Synchro flash 1/250 s 1/250 s
     
Rafale max 14 i/s 12 i/s
Nb max. JPEG en rafale illimité 200
Nb max. RAW en rafale 170 200
     
Viseur pentaprisme (optique) pentaprisme (optique)
Grossissement 0,76x 0,72x
Couverture 100 % 100 %
     
Taille écran 8,1 cm 8,1 cm
Définition écran 1 640 000 points 2 359 000 points
Orientable non non
Tactile oui oui
     
Wi-Fi non non
NFC non non
Bluetooth non non
GPS oui non
Intervallomètre - oui
USB 3.0 3.0
Prise micro oui oui
Sortie HDMI oui oui
Sortie Ethernet RJ-45 oui oui
Sortie casque oui oui
     
Flash intégré non non
NG / /
     
Format vidéo H.264/MP4 H.264/MPEG-4
Résolution max 4 096 x 2 160 px 3 840 x 2 160 px
Cadence 60/50/30/25/24p (120/100p en Full HD) 30p/25p/24p (60/50p en Full HD)
     
Mémoire CF type I et CFast 2.0 XQD x2 ou CF x 2
Autonomie max (CIPA) 1 210 photos 3 780 photos
Poids (nu sans batterie) 1 340 g 1 235 g
Dimensions Environ 158 x 168 x 83 mm Environ 160 x 159 x 92 mm

Lire également :
> Présentation du Canon EOS 1 D X Mark II
> Présentation du Nikon D5
> Tous les reflex testés
> Toute l'actualité
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation