Arles 2016 – L'œuvre de Garry Winogrand est immense, gigantesque, vertigineuse. De son vivant, il réalise 100 000 tirages ; à sa mort, il en laisse 250 000 à découvrir. Considéré comme l'un des papes de la photographie de rue avec Robert Frank, Walker Evans ou Lee Friedlander, il dresse un vibrant portrait des États-Unis des années 1950 au début des années 1980.

Arles 2016, Ethan Levitas/Garry Winogrand - Radical Relation, exposition à la Grande Halle

Garry Winogrand photographiait avec son ventre, à l'instinct, et vite. Il voyait une scène, shootait et passait à la suivante. Et c'est exactement comme cela qu'il demandait à son public de lire ses images. S'arrêter quelques secondes sur un instantané, puis passer au suivant, la multiplicité des photos créant de fait un portrait global et une narration. Ses images ne s'inscrivent pas dans une série en particulier — d'ailleurs, de nombreux clichés s'intitulent "Fragment" — et l'exposition de ses planches contact donne à voir une séquence de vie. C'est à la lecture de la planche elle-même que se forme la série. Et ainsi de suite.

Arles 2016, Ethan Levitas/Garry Winogrand - Radical Relation, exposition à la Grande Halle

En outre, afin de sonder le potentiel inépuisable de la rue, Garry Winogrand s'interroge sur la dynamique complexe entre photographe, sujet et spectateur, où le sujet n'est plus forcément celui qui est au centre de la photo. Winogrand va en effet créer des situations où le photographe interagit avec son environnement jusqu'à le perturber et lui montrer qu'il est aussi acteur et sujet de la photographie. Le rapport à l'autre est donc au centre de sa réflexion.

Arles 2016, Ethan Levitas/Garry Winogrand - Radical Relation, exposition à la Grande Halle

Désigné (autoproclammé ?) comme l'un de ses héritiers, Ethan Levitas interroge lui aussi le spectateur par une approche qu'il veut singulière, à travers une série d'actions qui mettent le photographe en danger. Levitas photographie donc des policiers à New York en les saisissant dans une série de confrontations générées par la présence de l'appareil photo et dont l'issue est incertaine. On comprend vite que les policiers photographiés ne coopèrent pas, que l'arrestation guette ou que la photo sera effacée. D'où des négatifs dactylographiés sur lesquels on peut lire des messages comme "Je vais bientôt être arrêté pour cette photographie".

Arles 2016, Ethan Levitas/Garry Winogrand - Radical Relation, exposition à la Grande Halle Arles 2016, Ethan Levitas/Garry Winogrand - Radical Relation, exposition à la Grande Halle Arles 2016, Ethan Levitas/Garry Winogrand - Radical Relation, exposition à la Grande Halle

Plus loin, la démarche se conceptualise un peu plus avec des séries de portraits réalisés à la chambre tenue à bout de bras, et fixée pile dans l'axe d'une caméra de surveillance afin d'obstruer sa vision et de photographier via son angle. L'exercice donne naissance à une œuvre dans laquelle le regard des passants porte le questionnement de l'objet photographique dans l'espace public. Si les tirages chromogéniques sont sublimes, on reste un peu sur notre faim quant à l'approche de Levitas, à notre sens plus provocatrice qu'évocatrice d'un véritable malaise chez les sujets saisis.

Arles 2016, Ethan Levitas/Garry Winogrand - Radical Relation, exposition à la Grande Halle

C'est d'ailleurs l'adjectif que l'on retiendra pour finalement décrire les sujets capturés à la longue focale d'Ethan Levitas, qui joue plus qu'il ne construit avec son objectif un discours véritablement percutant ; en épitomé, cette frise déployée en début d'exposition où les portraits se succèdent, sans répondre finalement avec une force suffisante au travail de Garry Winogrand.

Arles 2016, Ethan Levitas/Garry Winogrand - Radical Relation, exposition à la Grande Halle

Au terme de l'exposition se dessine donc un dialogue intéressant entre les deux photographes, mais quand l'un parle avec son ventre et photographie avec autant de naturel que l'on respire, l'autre penche vers une conceptualisation exagérée et provocatrice qui laisse un peu trop de côté la spontanéité de la photographie de rue.
Ethan Levitas/Garry Winogrand - Radical Relation
Grande Halle

> Informations et présentations sur le site des Rencontres 2016
> Toute l'actualité des Rencontres de la Photographie d'Arles 2016
Lire également :
> Toute l'actualité
> Suivez l'actualité en direct sur la page Facebook de Focus Numérique
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation