Un mois après le lancement des festivités, la 45e édition des Rencontres Arles Photographie bat son plein. Expositions, stages photo et rencontres événements se poursuivront jusqu'au 21 septembre.

rencontres arles photographie 2014

Malgré une préparation chaotique et de multiples coups d'éclat médiatiques dus au changement de direction, le festival remporte un succès toujours croissant. Certes, il a fallu s'adapter à une nouvelle configuration des lieux d'exposition. Dépossédée d'une partie des ateliers SNCF, la direction menée par François Hébel a dû faire quelques concessions, en exportant notamment deux expositions à plusieurs kilomètres du centre-ville. Certains visiteurs habitués d'Arles ont été ainsi été un peu contrits de dépendre d'une navette pour découvrir le travail de Vincent Pérez et Patrick Swirc à l'abbaye de Montmajour. Mais la beauté du lieu les a vite consolés. À travers cette contrainte, le festival a lancé le pari de drainer un nouveau public, celui des touristes du pays arlésien. L'avenir nous dira si le défi a été relevé.

Rencontres Arles Photographie 2014, les ateliers de la SNCF

Pour l'instant, les premiers chiffres parlent d'eux-mêmes. 13 300 visiteurs internationaux ont fait le déplacement pour la semaine d'ouverture, soit 11 % de plus que l'année dernière. Ce public des premiers jours est en grande partie professionnel, venu là pour couvrir médiatiquement l'événement, rencontrer les artistes ou montrer leur travail lorsqu'il s'agit de photographes. Et ce sont habituellement les visiteurs les plus critiques.

Rencontres Arles Photographie 2014, les événements

Si nous ne disposons pas encore du chiffre de la fréquentation globale 2014, on peut d'ores et déjà entendre quelques retours sur cette édition.

Parade. La thématique, choisie et assumée par F. Hébel pour tirer sa révérence après quinze années de direction en a décontenancé plus d'un. Il est vrai qu'il était difficile de trouver un parcours cohérent entre des sujets aussi éclatés que les collections de livres chinois de Martin Parr, l'exploration du mythe arlésien par Christian Lacroix, ou la rétrospective de Bailey. Mais compte tenu des difficultés logistiques auxquelles le festival a fait face, le résultat est plus qu'à la hauteur. Une vraie parade, donc, avec ses heureux hasards, ses coups d'éclat et ses couacs inhérents à un numéro d'équilibriste.

Rencontres Arles Photographie 2014, instants

Une dernière fois, l'imparable duo Hébel-Jeanneney a transformé la petite ville en théâtre international de la photographie. Fidèles à leur ligne éditoriale qui s'acharne à explorer cet art sous toutes ses formes, ils ont su dénicher quelques pépites. Citons la collection Arthur Walther, installée à l'Espace Van Gogh, et que Patrick Swirc en personne nous recommandait lors de notre entretien. Une preuve supplémentaire qu'il y avait beaucoup de choses à voir : notre propre rédaction n'a pas pu chroniquer de façon exhaustive tous ses coups de cœur !

Une page se tourne dans l'histoire de ce festival créé il y a 45 ans par le photographe Lucien Clergue. Le passage de François Hébel aura définitivement donné ses lettres de noblesse à cet événement. Celui qui a su redresser l'économie du festival lui a aussi offert une renommée internationale, en multipliant par 10 ses chiffres de fréquentation, au fil des éditions.

Rencontres Arles Photographie 2014, instants

Le prochain directeur, Sam Stourdzé, prendra ses fonctions le 1er octobre. Comme nous l'expliquait le président Jean-Noël Jeanneney à la conférence de presse d'ouverture, il faudra à leur successeur l'énergie et l'inventivité d'un œil nouveau pour tenir fermement le gouvernail lors des prochaines éditions. La fondation Luma n'ayant pas encore tiré toutes ses cartes, le festival avance sur un plancher meuble. Rien n'est figé. Les lieux vont changer, le budget aussi, et le public tranchera.
PARTAGER

Vos réactions sur le forum :
Arles 2014 : premiers bilans



Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation