Poisson d'avril !




C'est un pavé jeté dans la (très) grande mare photographique que vous avez peut être découvert sur Les Numériques. Le géant centenaire de la photographie, Leica, vient d'être racheté par un géant des Internets, le non moins célèbre Facebook.

La nouvelle est tombée hier en fin d'après-midi et a déjà secoué le milieu de la photographie. Amateurs et professionnels se demandent ce que Mark Zuckerberg réserve encore comme surprise. Même si l'opération semble inquiéter, le PDG de Facebook se veut rassurant : "Ce rachat ne remettra en aucun cas la légitimité de Leica en question. Nous n'imposerons aucune décision qui ne sera validée par Andreas [NDLR : Andreas Kaufmann, interviewé par nos soins l'été dernier] et le board actuel. À chacun son domaine de compétence." Une information qui rassénère autant qu'elle effraie. Tout un chacun espère en effet qu'aucun Leica F ne fera son apparition sur le marché. "Remplacer la pastille rouge par une bleue n'aurait aucun intérêt et ferait même paniquer les puristes", sourit un proche de l'affaire évoquant le daltonisme de Mark Zuckerberg.

C'est encore une fois une somme faramineuse qui a été déboursée par le géant : pas moins d'1,9 milliard de dollars, soit environ 1,4 milliard d'euros. Cette somme colossale aurait de quoi inquiéter quelques-uns des 1 200 employés des usines de Sölms (bientôt Wetzlar), Vila Nova de Famalicão (Portugal) et des diverses filiales à travers le monde, qui se demandent légitimement si la dépense ne va pas provoquer quelques licenciements, histoire d'amortir les coûts. Selon Facebook, aucun plan de restructuration n'est à prévoir. "Nous souhaitons nous investir dans la photographie bien au-delà d'Instagram" a commenté Mark Zuckerberg à la conférence de presse qui a eu lieu au siège de Facebook à Palo Alto, en Californie  — conférence retranscrite sur Youtube et disponible ici.

Certains employés du célèbre réseau social évoquent un réel intérêt de leur patron. "Mark a toujours aimé la photographie. Quelque part, Instagram était un coup d'essai, Leica est son coup de cœur", confie l'un d'entre eux.

Ainsi, l'actionnaire majoritaire de Leica, Andreas Kaufmann, fait de la place à un Mark Zuckerberg plus motivé que jamais. Une retraite bien méritée pour ce passionné de photo qui devrait pouvoir se reposer un peu sans pour autant abandonner la gestion de l'entreprise.

Une bonne nouvelle pour Leica ? C'est probable. Une bonne nouvelle pour Facebook ? Assurément. Une bonne nouvelle pour la photographie ? Là, nous n'en mettrions pas notre main à couper. Par exemple, s'il est de notoriété publique que le chanteur Seal, proche d'Andreas Kaufmann, est membre du jury du Leica Oskar Barnack Preis, nous nous demandons si M. Zuckerberg aura le même honneur et s'il appliquera la même censure que celle en vigueur sur son réseau social. Youpi.


PARTAGER

Vos réactions sur le forum :
Après Instagram, Facebook rachète Leica !



Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation