Comme évoqué à l'occasion de précédents articles, une même question se pose de façon récurrente depuis l'avènement de la photographie sur smartphone : comment diable pallier les limitations des terminaux mobiles en matière de captation d'image sans entraver leur compacité ? Parallèlement aux avancées technologiques incorporées aux smartphones et au développement de modules photo externes, quelques constructeurs estiment que l'avenir de la photographie et de la vidéo mobile passera par l'adjonction d'accessoires.

Beastgrip Pro
Beastgrip Pro.

De la simple fixation pour trépied au complément optique onéreux, le smartphone est ici pensé comme une plateforme dont l'ergonomie peut être améliorée et les fonctionnalités, enrichies par l'accueil de produits tiers.

Trépieds et dispositifs de fixation

Les deux dernières générations de smartphones haut de gamme fonctionnant sous Android se sont largement améliorées concernant leur interface de prise de vue et proposent désormais aux utilisateurs de basculer en mode manuel. Disposer d'un trépied peut donc se révéler utile dans certaines situations — on pense notamment à la photographie de nuit, ainsi qu'à tout autre situation de prise de vue exigeant l'emploi d'un long temps de pose. Les possibilités sont alors démultipliées... souvent au prix d'un encombrement qui dépasse largement celui d'un simple terminal mobile.

Pour atteindre la stabilité tant recherchée, de nombreux produits sont disponibles sur le marché. Divers adaptateurs — prenant la forme de pinces ajustables en fonction de la taille du smartphone — disposent d'un pas de vis compatible avec la plupart des trépieds. Les constructeurs ont de plus adapté les dimensions de leurs trépieds aux terminaux mobiles, donnant naissance à des produits tels que le Manfrotto Pixi Smart ou encore à la gamme GripTight GorillaPod de Joby.

Manfrotto Pixi Smart
Manfrotto Pixi Smart.

Compléments optiques et systèmes d'attache

L'une des principales limitations des smartphones en ce qui concerne leurs capacités photographiques réside dans l'utilisation d'une seule et unique focale fixe avoisinant bien souvent 28 mm (équivalent 24x36). Si de récents smartphones tentent de contourner cet écueil par l'intégration de deux modules photo aux focales différentes (voir nos tests du LG G5 et de l'iPhone 7 Plus), divers compléments optiques — de qualité extrêmement variable — ont fait leur apparition sur le marché depuis plusieurs années.

Un complément optique peut être superposé à un objectif de smartphone de façon à modifier sa focale ou la distance de mise au point minimale qu'il autorise. Bien que le grand-angle soit choisi par la quasi-totalité des constructeurs de smartphones pour sa polyvalence, la possibilité d'obtenir une configuration adaptée à la capture de portraits ou à la macrophotographie avec un simple smartphone est fortement séduisante pour la plupart des amateurs d'image.

Sont ainsi commercialisés (seuls ou en kit) des compléments optiques disposant des mentions "téléobjectif", "macro" ou encore "fisheye". Malgré leur intérêt théorique, notez que tout ajout d'élément optique en plus de l'objectif intégré au smartphone résulte en une baisse de la qualité d'image. Si celle-ci peut se révéler discrète lors de l'utilisation de compléments optiques onéreux, de nombreux produits de piètre qualité entraînent de fortes dégradations des photos capturées.

Diverses solutions existent en la matière et se démarquent généralement par le système de fixation utilisé : les sociétés PNY et Pixter proposent ainsi des systèmes s'appuyant sur une pince virtuellement adaptable à tout smartphone, tandis que les produits développés par ExoLens utilisent des armatures en aluminium dont les dimensions sont pensées pour épouser précisément les formes de certains terminaux.


ExoLens Zeiss Mutar 0,6x Asph T*.

En plus de permettre des configurations optiques improbables, certaines coques et armatures sont pensées pour améliorer l'ergonomie du smartphone dans des situations de prise de vue particulières. Grâce à son design modulaire, le Beastgrip Pro, par exemple, autorise l'utilisation d'objectifs destinés à des appareils photo traditionnels et dispose de plus d'une poignée, ainsi que de supports permettant l'utilisation d'accessoires utiles aux vidéastes, tels qu'un micro externe ou un panneau Led.


Beastgrip Pro.

Stabilisateurs motorisés

Certains produits sont d'ailleurs spécifiquement développés pour la captation vidéo : les stabilisateurs motorisés (également connu sous le nom de gimbal) s'attaquent désormais aux smartphones, peu de temps après avoir conquis le marché des caméras d'action. Le concept consiste en une poignée surmontée d'une nacelle de stabilisation intégrant un gyroscope ainsi que des moteurs, et permettant d'accueillir un smartphone. Lors de l'enregistrement vidéo, les mouvements de l'opérateur de prise de vue sont détectés et compensés de manière à éviter les effets de saccades et autres inconvénients liés à la captation de vidéo en mouvement.

Ces accessoires s'adressent donc aux vidéastes et plus particulièrement aux journalistes et vlogueurs dont l'activité demande une configuration légère et peu encombrante. Parmi nos récents tests, nous vous invitons à consulter notre prise en main de l'Osmo Mobile de DJI, stabilisateur recommandé par nos soins et dont l'efficacité permet de donner une touche professionnelle aux images capturées avec un simple smartphone.

DJI Osmo Mobile
DJI Osmo Mobile.

Un appareil de prise de vue rudimentaire, des myriades d'accessoires

En répondant à des impératifs de compacité, les constructeurs de smartphones réduisent bien souvent l'appareil photo à sa configuration minimale (un capteur de petite taille et une focale fixe) et ouvrent ainsi le champ à la multiplication des accessoires en tous genres : fixations pour trépieds, compléments optiques, stabilisateurs, mais aussi flashs externes, déclencheurs et imprimantes mobiles. Toute captation d'images en lien avec la production de contenu professionnel requiert en effet l'utilisation d'accessoires étendant les fonctionnalités de base du smartphone.

Dans le cas d'une "accessoirisation" à l'extrême, une problématique simple se pose alors : dans quelle mesure est-il intéressant de sacrifier la compacité d'un smartphone — son principal atout — au profit d'un gain en fonctionnalités ? À l'occasion de notre test du complément optique grand-angle ExoLens Zeiss Mutar, nous louions d'ailleurs la qualité de fabrication et les propriétés optiques de cet accessoire, tout en nous questionnant sur son caractère pratique et sa réelle utilité.

Comme bien souvent, les réponses à ces questionnements dépendent de la pratique photographique de chacun. Il convient en effet de considérer que les accessoires pour smartphones ont pour seul enjeu l'ajout de fonctionnalités, et non l'amélioration de la qualité intrinsèque de l'image. Un complément optique, aussi bon soit-il, ne comble pas les défauts de l'objectif grand-angle intégré à un smartphone, mais il permet de lui attribuer une fonction différente.

Si, comme nous, vous scrutez patiemment l'horizon à la recherche du bond qualitatif annoncé à qui veut l'entendre par les constructeurs de smartphones, sachez que vous ne pourrez compter que sur ces derniers, non sur les accessoiristes. Gardons cependant à l'esprit que l'intérêt des photographes, vidéastes et journalistes pour ces outils témoigne d'un marché en bonne santé, portant en son sein des produits dont nous commençons seulement à percevoir le potentiel.

Voir aussi :
> Smartphones photo hors du commun et avancées technologiques
> Modules photo externes pour smartphones et innovations
> Tous les smartphones testés
> Toute l'actualité
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation