Après plus d'une semaine passée avec Canon EOS 6D et des premiers retours sur l'ergonomie, la définition du capteur, le système autofocus, les modes d'acquisition et la réactivité de l'appareil, il est temps d'approfondir le test terrain sur la qualité des images. Dans un premier temps, nos testeurs se sont penchés sur les aux hautes sensibilités ISO, la dynamique de capture et enfin à l'utilisation des Styles d'Images.

Maintenant, ils étudient le mode vidéo (AF et modes d'enregistrement), les performances de l'appareil pour des photos d'action et la sensibilité de l'AF dans de faibles conditions lumineuses : des questions récurrentes que nous avons reçues sur ce nouvel EOS 6D.

Nos 4 lecteurs-testeurs vous répondent !

Pensez-vous que l'EOS 6D soit bien armé pour la photo d'action ?
Après utilisation, que pensez-vous de la rafale et de la rapidité globale du boîtier ?

Julien, 23 ans économiste de la construction. Amateur débutant, il utilise un Nikon D90 (équipé d'un capteur APS-C).

Manuel
, 28 ans, technicien support. Amateur averti, son boîtier personnel est un Canon 30D (équipé d'un capteur APS-C).
Pour mon usage, il correspond tout à fait.

Je me doute que pour de la photo professionnelle sur un meeting aérien, ce n'est pas les mêmes besoins, mais dans 80% des cas, la rapidité de cet EOS 6D pallie à la lenteur de mon D90.

Dans les faits, la rafale est tout à fait correcte en JPEG, plutôt satisfaisante en RAW, et un peu moins bonne dans ces deux modes respectifs lors du fonctionnement "silencieux". Le facteur limitant étant dans tout les cas, l'enregistrement du fichier.

Rien à dire sur l'autofocus, qui est, bluffant de rapidité.
Oui le 6D est un appareil réactif et rapide. Je n'ai pas eu l'occasion de l'utiliser lors d'un événement sportif, mais il y a quelques points qui me font dire que c'est tout à fait envisageable :

- L'AF est assez rapide pour prendre en rafale une voiture qui me croise sur la route.

- Le mode rafale est aussi rapide que le mode rafale "haute vitesse" de l'EOS 30D (3,4 ips à 1/400).

- En Raw, la rafale commence à ralentir au bout de 14 ou 15 prises de vues.
 
Bruno, 39 ans, photographe professionnel.  Dans son travail, il jongle avec un 5D Mark II (capteur 24 x 36 mm) et un 1D Mark IV (capteur APS-H).

Cyril
, 23 ans, étudiant. Photographe expert, il dispose déjà d'un boîtier 24x36 : un Canon EOS 5D.
Le mode rafale est un peu limité, surtout en RAW.

Mes cartes SD ne sont pas assez performant par rapport à mes CF et le buffer met beaucoup de temps à se vider.

J'ai photographié des atterrissages et décollages d'avions et je n'ai eu aucun déchet dû à l'autofocus.

L'EOS 6D n'est pas un boîtier sportif, cependant, et comme tout reflex, il n'est pas un appareil lent à l'utilisation !

On trouvera plus adapté pour des utilisations spécifiques (sport, animalier), mais le 6D convient pour 90% des situations courantes.

La rafale est satisfaisante en mode normal, et j'ai l'impression qu'en mode silencieux, la perte devient notable.

La réactivité de l'autofocus est satisfaisante, j'ai eu
très peu de déchet lié à des problèmes d'AF.

L'AF est souvent délicat en faibles conditions lumineuses.
Que pensez-vous de l'accroche de ce dernier dans ces conditions ?


Julien
, 23 ans économiste de la construction  . Amateur débutant, il utilise un Nikon D90.


Manuel
, 28 ans, technicien support. Amateur averti, son boîtier personnel est un Canon EOS 30D.
Imbattable !

À part des zones très peu contrastées par exemple, la surface d'un carton dans la pénombre, ou encore, un mur uni, toujours dans la pénombre, où il n'a pas accroché dès la première fois, je n'ai que très rarement mis en défaut l'autofocus du 6D (sur collimateur central).

En ce qui concerne les autres collimateurs, en utilisation One Shot, ce n'est pas toujours ça, mais en suivi 3D (Ai Servo), rien à redire.
En mode "One Shot" (pour sujet fixe) l'AF est très performant sur le collimateur central.

Les collimateurs périphériques sont plus capricieux avec une lumière faible, mais c'est tout de même mieux qu'avec mon EOS 30D.

En mode "AI Servo" (sujet en mouvement), j'ai réussi à faire des photos nettes, en rafale, d'un ami marchant vers moi en zigzaguant dans une station de métro parisien.

Par contre dans la rue avec l'éclairage des lampadaires, l'AF a plus de mal à détecter le sujet et prend alors ce qu'il trouve au premier plan.
 
Bruno, 39 ans, photographe professionnel.  Dans son travail, il jongle avec un EOS 5D Mark II et un EOS 1D Mark IV (capteur APS-H).

Cyril
, 23 ans, étudiant. Photographe expert, il dispose déjà d'un boîtier 24x36 : un Canon EOS 5D.
Pour moi l'AF est très performant dans toutes les situations : surtout si on se limite au collimateur central.

Comme je l'ai déjà dit, plus que la luminosité en elle-même, c'est l'association manque de lumière + manque de contraste du sujet qui va faire patiner l'AF. Par manque de lumière et sujet noir sur fond clair ou le contraire, il marche très bien.
Le collimateur central est quasi impossible à prendre en traitre, c'en est bluffant.

Il surpasse nettement tous les collimateurs de tous les reflex que j'ai eu l'occasion de tester.

Les autres collimateurs sont moins performants, ils
sont plus ou moins équivalents aux collimateurs latéraux classiques de reflex.

Je n'ai pas encore eu l'occasion de tester l'AF sur des sujets en mouvement en cas de faibles conditions lumineuses.

L'autofocus en vidéo semble assez lent. Quel usage permet-il réellement : vidéo familiale, sportive, interview ? L'absence de prise casque est-elle vraiment pénalisante ?


Julien
, 23 ans économiste de la construction  . Amateur débutant, il utilise un Nikon D90.


Manuel
, 28 ans, technicien support. Amateur averti, son boîtier personnel est un Canon EOS 30D.
Pour un usage familial, il est à mon avis tout juste équivalent à un compact (en terme d'autofocus et de prise de son notamment).

Toutefois, il convient de noter que par rapport à mon D90 (qui ne disposait pas d'AF en vidéo) de beaux progrès ont été réalisés.

En effet, le mode suivi de visage est "assez" performant ; et dans la mesure où l'on ne fera pas trop varier les paramètres d'éclairage, il suffira à suivre une scène du quotidien tout en se déplaçant.

En ce qui concerne l'usage professionnel que l'on pourrait avoir de ce mode vidéo, il faudra se contenter de plans fixes, à moins de disposer d'un bon support équipé d'un système de démultiplication de la course de mise au point. Mise au point qui est, par défaut, beaucoup trop imprécise pour filmer des sujets en mouvements.

En même temps, ces objectifs n'ont pas été conçus pour de la vidéo.

L'absence de prise micro obligera à séparer la prise de son (ce qui dans un usage pro, ne devrait pas être gênant...).
Par rapport à mon Panasonic Lumix TZ5, l'AF vidéo est moins rapide sur l'EOS 6D. De plus les moteurs des objectifs Canon sont très bruyants et le "pompage" pour la mise au point est du plus mauvais effet sur la vidéo.

J'aurais aimé pouvoir tester avec un objectif STM.

Quel usage cet AF vidéo permet-il ? Eh bien pas grand-chose d'intéressant pour moi.

La vidéo familiale, j'ai essayé avec le mode suivi de visage, mais je l'ai trouvé moins convainquant que l'AF continu de zone du TZ5. La vidéo sportive sans AF continu sur une zone, je doute que ça soit probant.

Les interviews je n'en fait jamais. Le seul type de vidéo que j'envisagerais de faire avec le 6D c'est du paysage en focus manuel.

Pour moi c'est une grosse déception de voir que Canon permet seulement deux modes AF vidéo sur le 6D (le mode AFQuick est inutile), alors que mon TZ5 qui date de 2008 en propose 5.
 
Bruno, 39 ans, photographe professionnel.  Dans son travail, il jongle avec un 5D Mark II et un 1D Mark IV (capteur APS-H).

Cyril
, 23 ans, étudiant. Photographe expert, il dispose déjà d'un boîtier 24x36 : un Canon EOS 5D.
Effectivement, il faut oublier les vidéos d'action. Il faut garder à l'esprit que les grosses réalisations filmées avec des reflex engagent beaucoup de moyens techniques : accessoires pour rendre le reflex plus ergonomique et multiplication des plans et vues, avec un gros travail de post production.

De plus, les changements d'exposition aussi posent problème.

Pour les vidéos familiales, je préfère mon caméscope Sony et son stabilisateur qui est très performant. À la rigueur, on peut prendre le reflex pour filmer un bébé qui ne se déplace pas vite. Mais il est vrai que niveau qualité d'image, le reflex est loin devant quand il faut monter en ISO.

Pour des interviews, le reflex est mieux que beaucoup de caméra. Voilà 2 exemples (en qualité web) :


Les gros plans de Jacques Weber sont faits avec un 5D Mk II et le Canon 100 Macro L, c'est filmé en SD pour limiter les écarts avec les autres plans qui sont pris avec une caméra.


La caméra de gauche est un 1D Mark IV avec la 24-70 L, à droite c'est une vraie caméra.

Pour être honnête, je ne vois pas en quoi l'absence de prise casque est un inconvénient. De toutes les façons, si on veut de la qualité, on passe par un enregistreur externe.
L'autofocus en visée-écran et en vidéo est pour moi peu utilisable.

Les objectifs USM sont bruyants, car la mise au point qui se fait par à-coup et génère des « clac ». C'est encore pire  avec les motorisés « classique » (le 35 f/2 en vidéo est un vrai plaisir pour les oreilles !). Je n'ai pas d'objectif STM donc je ne sais pas si le problème de bruit disparait avec ce type d'objectif.

En dehors des problèmes d'ordres acoustiques, le pompage qui a lieu lors de la mise au point est extrêmement désagréable à l'usage. La précision est assez bonne quand la lumière est suffisante, cependant l'AF par corrélation de phase reste plus précis en basse lumière.

Le son est correctement capturé, cependant lorsque le porteur du reflex parle, le son sature très vite. L'usage de micro externe atténuerait sans doute ce
problème.

Je pense que l'usage de la vidéo pour le grand public est limité à une utilisation pour des interviews ou des plans fixes. J'entends par grand public, des personnes n'utilisant pas de followfocus ou d'autres accessoires pour une utilisation toute manuelle du mode vidéo.

Du coup, pour des gens souhaitant faire une utilisation « experte » de vidéo, l'absence
de prise pour casque devient préjudiciable et le 6D se retrouve « le cul entre deux chaises », car avec des lacunes pour tous les types d'utilisateurs. Pour le grand public, le mode vidéo d'un compact est, à mes yeux, plus intéressant.

 Canon EOS 6D
Le Canon EOS 6D : une arme de guerre pour la vidéo ?

En vidéo, la différence de qualité entre le mode All-I / IPB est-elle visible sur un écran de télé ou est-ce uniquement un avantage pour le montage vidéo ?
Julien, 23 ans économiste de la construction  . Amateur débutant, il utilise un Nikon D90. Manuel, 28 ans, technicien support. Amateur averti, son boîtier personnel est un Canon EOS 30D.
Pas de différences visibles entre les modes de compression All-I et IPB. (1920x1080 @25IPS affiché sur un téléviseur Samsung LE40C630) Je n'ai pas remarqué de différence notable entre ces deux modes sur mon écran plasma Full HD.

Côté montage, iMovie met un peu plus de temps à traiter les vidéos en ALL-I. Je n'ai pas trouvé ça catastrophique, car je n'ai fait que de courtes vidéos.

Mais sur plusieurs heures de vidéos à monter ça peut avoir un impact non négligeable pour un professionnel.

Bruno, 39 ans, photographe professionnel.  Dans son travail, il jongle avec un 5D Mark II et un 1D Mark IV (capteur APS-H).

Cyril
, 23 ans, étudiant. Photographe expert, il dispose déjà d'un boîtier 24x36 : un Canon EOS 5D.
Pour être honnête, je n'ai pas vu de réelle différence. Surtout que c'est dur d'être objectif quand on sait quel est quel fichier. Il faudrait faire un test à l'aveugle pour être impartial.

J'ai fait des vidéos tests très courtes, vu la taille des fichiers à uploader. De toutes les façons, les vidéos sont difficilement exploitables en WiFi ou cpl. Il faut les transformer pour les lire sur un lecteur multimédia ou à partir d'un NAS en DLNA.

Si on sort de l'usage familial, c'est autre chose.



> Téléchargez les vidéos de test de Bruno
 J'ai eu beau chercher, je n'ai pas vu de différence !

Canon EOS 6D

Nos 4 lecteurs vont continuer à essayer leur nouveau boîtier pendant les jours à venir. N'hésitez pas à leur poser vos questions : quid du GPS, du WIFI, de l'application EOS Remote ? Nos testeurs sont également là pour répondre à vos interrogations.

Lire également :

> Test lecteurs : premiers avis
> Test lecteurs : ergonomie
> Test lecteurs : capteur, AF et acquisition
> Test lecteurs : ISO, dynamique et styles d'images
> Test Canon EOS 6D

Contact LES RDV PHOTOS Charte de la vie privée