2011 est sur le point de s'achever, l'occasion d'une petite rétrospective de cette année écoulée.

Magnitude 9

Concentrant la majorité des constructeurs d'appareils photo de la planète, le Japon a été frappé le 11 mars dernier par un séisme de magnitude 9. Lequel n'aurait fait que peu de victimes et de dégâts s'il n'avait pas généré un tsunami gigantesque responsable de 90% des 23 500 morts et disparus recensés (au 11 juin), de la destruction plus ou moins totale d'une quinzaine de villes et du drame nucléaire de Fukushima. En marge de ces horreurs, le monde industriel - dont celui de la photo - a souffert des dommages causés aux usines. Le tissu industriel japonais étant très dense et fonctionnant en flux tendu, même les acteurs qui ne possédaient pas d'usines dans la région de Sendai ont ressenti les effets de ce tremblement de terre par manque de pièces. Mais la résilience du peuple japonais se retrouve dans ce clip de Fujifilm destiné aux futurs acheteurs de X100, impatients de voir arriver leur appareil photo :



Sendai avant et après http://www.nytimes.com/interactive/2011/03/13/world/asia/satellite-photos-japan-before-and-after-tsunami.html

Inondations

Une mousson exceptionnelle : c'est la raison des inondations du Royaume de Thaïlande. Des trombes d'eau ininterrompues ont causé plus de 600 morts (source : Le Monde du 24/11/11), submergé 40% de la capitale Bangkok, détruit 15% des récoltes de riz et abaissé la croissance du PIB de 7,5% en 2010 à 1,5% seulement (pour 4% de prévisionnel). Or il se trouve que la Thaïlande sert de plateforme pour nombre de constructeurs, les ingénieurs et ouvriers thaïlandais étant reconnus pour leurs qualités et leur faible coût. Dans ce malheur, le monde de la photo et notamment Nikon et Sony ont souffert de l'immersion totale de leurs usines : les reflex d'entrée de gamme de Nikon et une partie des Nex de Sony sont fabriqués en Thaïlande, causant des retards de livraison pour la période critique de Noël. De nombreuses autres marques ont, là encore, subi des destructions de matériel ou des retards sur des livraisons de pièces.

Usine Nikon inondation

Dans un registre moins « optique » mais qui touche quand même le monde de l'image puisque nos photos sont désormais stockées numériquement, la majorité des usines de disques durs se sont elles aussi retrouvées sous l'eau. Et comme la Thaïlande est responsable de 40% de la production mondiale, le prix de ces périphériques a explosé : un disque dur de 1,5 To qui ne coûtait que 75 euros en août se déniche aux alentours de 120/130 euros.

Mortelle Lybie

Ils étaient loin d'être des débutants : les deux reporters de guerre Chris Hondros et Tim Hetherington sont morts le 20 avril 2011 en Lybie d'un obus de mortier. Un obus qui blessa en outre leurs confrères Guy Martin et Michael Christopher Brown (US). Plus tôt dans l'année, c'était un caméraman d'al Jazira Ali Hassan al-Jaber (Qat.) qui reçut une balle le 3 mars, tandis que le photographe Anton Hammerl (Af.Sud) retenu prisonnier par les troupes de Khadafi fut exécuté le 5 avril. Tim Hetherington était le plus connu d'entre tous au travers de son film sur les troupes américaines en Afghanistan Restrepo qui reçut le Grand prix du jury du festival de Sundance pour le meilleur film documentaire et des nombreux World Press qu'il remporta. Bien que courte dans la durée, la guerre de l'Otan contre le dictateur libyen fut particulièrement dure pour le petit monde des photojournalistes de guerre.

Rapporteur de guerre
 

 

Chère pellicule

Fujifilm qui arrête la production d'un grand nombre de références de pellicules, Kodak qui ne traitera plus de KodakChrome et l'agence de presse AP qui titre un sujet sur la disparition de la pellicule du territoire américain d'ici dix ans, le destin du film semble scellé selon certains spécialistes. Et même si certains, comme Kodak, croient encore au support autant pour la hype que pour le retour aux sources des générations numériques, une autre importante menace qui plane sur le film négatif est l'arrêt de la fabrication de caméras de cinéma analogiques, le film de cinéma assurant jusqu'alors une rente à Fujifilm et Kodak. Une rente qui leur permettait de maintenir à flot leurs usines de production de films. Le Canon EOS 5D Mark II aurait-il, indirectement, contribué à l'accélération de la mort des pellicules ?

La suite en 2012...
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation